Harvey

Emma Cline

Trad. Jean Esch

Éditions de la Table Ronde, Quai Voltaire, 6 mai 2021, 106 p., 14 €

Mes lectures de la Table Ronde

4e de couv. :

Harvey a mal partout. Le bracelet électronique n’arrange rien, il a les chevilles fragiles et craint de chuter dans l’escalier tapissé de la villa qu’on lui a prêtée. Demain c’en sera fini, il sera disculpé de tout ce qu’on lui a mis sur le dos dans le seul but de lui nuire. Dès demain il pourra se lancer dans de nouveaux projets. Entre deux coups de fil à ses avocats, avec lesquels il s’efforce d’être patient, il aperçoit Don DeLillo dans le jardin voisin. Adapter son chef-d’œuvre, Bruit de fond, au cinéma. Voilà. C’est LE moment de faire ce film, braille-t-il au téléphone en attendant l’arrivée d’un médecin qui lui fera une perfusion, une nouvelle thérapie, à la pointe. Devant le miroir, Harvey songe qu’il doit se faire blanchir les dents. Il demandera à son assistante de lui prendre rendez-vous, et de lui trouver un restau où emmener DeLillo. Ah, et sa fille Kristin vient dîner ce soir avec Ruby, sa petite-fille. Tout le monde semble penser qu’il joue sa vie, demain. Il ne voit pourtant pas de raison de s’inquiéter, surtout quand il lit les commentaires de soutien sur internet – il y en a –, surtout après la perfusion qui le fait dériver dans l’espace.
Il a tout le temps devant lui.

Mes impressions de lecture :

Ce roman court est aussi percutant que la nouvelle d’ Emma Cline « Los Angeles » que j’ai lue il y a quelques mois.

Elle traite un sujet dérangeant en ce mettant du côté du « méchant ». De plus il est le reflet d’une réalité actuelle. Le fait que cela touche les femmes a peut-être aussi contribué à me mettre mal à l’aise. Ce qui en soit n’est pas un négatif puisqu’elle cela signifie que le lecteur est au plus près de ce qui est raconté.

On découvre Harvey, ce producteur de cinéma accusé d’abus de pouvoir sur des femmes. Emma Cline est assez vague sur les charges exactes retenues contre lui, puisqu’on est  auprès d’un homme en phase de dénie qui a le sentiment qu’on veut lui faire porter le chapeau. Au début on ne sait pas trop quoi en penser a-t-il raison ? Il est même optimiste que l’issue du procès. Le lecteur bien sûr fait le lien avec des affaires tristement célèbres autour du #meetoo.

Au fur et à mesure que dans son dénie il se raconte on se fait sa propre opinion. Nous avons donc l’homme avec son corps souffrant d’une part, sa colonne vertébrale qui est abîmée, symboliquement très fort. Il nous donne l’image d’un homme à terre que l’on piétine. C’est comme si on tirait sur une ambulance. 

Le personnage n’est pas sympathique, on le découvre calculateur. Il sait qu’il doit jouer un rôle pour donner une image positive de lui, mais le naturel revient vite au galop. Le pouvoir et les drogues créent chez lui  une vision de son « génie » qui fausse la réalité dans son esprit. Il va jusqu’à faire des projets professionnels, il est vraiment dans sa bulle.

On a à côté de ce corps et de cet esprit dérangé tout l’aspect logistique. On a des détails sur cette maison qu’on lui a prêté, le confort, la sécurité, l’intimité préservée. Tout n’est que luxe dans les moindres détails, ce qui ne contribue pas à le rendre plus humain et aimable.

Le rapport à sa famille est aussi perverti que les autres relations. L’utilisation de certains mots donne bien l’image d’une créature visqueuse et répugnante.

Emma Cline est lucide, elle n’est pas dans le jugement mais laisse bien en évidence tous les éléments qui vont conduire le lecteur  et son protagoniste vers une seule conclusion. Tout à coup il réalise ce qu’il va lui arriver.

Tout au long le lecteur se demande : Aura-t-il des remords ? Fera t-il son mea Culpa ? Y aura-t-il une certaine rédemption possible ?

Une nouvelle fois cette histoire d’Emma Cline est comme un coup de poing qui laisse le lecteur sans souffle.

Je remercie les Éditions de la Table Ronde de leur confiance.

Qui en parle ?

Pamolico

Maeve

2 réflexions au sujet de « Harvey »

  1. Ping : Harvey, Emma Cline – Pamolico – critiques romans, cinéma, séries

  2. Ping : Daddy | L'Atelier de Ramettes 2.1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s