La cité des jarres

Arnaldur Indridason

Trad. Eric Boury

Points, 2006, 408 p., 7,70€

4e de couv. :

Un nouveau cadavre est retrouvé à Reyk-javik. L’inspecteur Erlendur est de mauvaise humeur : encore un de ces meurtres typiquement islandais, un «truc bête et méchant» qui fait perdre son temps à la police… Des photos pornographiques retrouvées chez la victime révèlent une affaire vieille de quarante ans. Et le conduisent tout droit à la «cité des Jarres»…

Mes impressions de lecture :

J’ai découvert cet auteur il y a une douzaine d’année avec « L’homme du lac », j’avais aimé cette ambiance où le passé a une grande importance. J’ai lu plusieurs romans de la série des Erlandur mais je ne les ai pas tous chroniqué, puisque je n’ai retrouvé qu’un article. Dans ma pal il y a de nombreux titres en attente.

J’ai gagné  il y a quelques années un volume avec trois histoires… dont « La cité des jarres » qui est en fait la troisième enquête publiée. merci à cette blogueuse.

Dans cette histoire le fil conducteur est la femme et l’enfantement. Nous allons retrouver des personnages qui vont avoir des grossesses non désirées pour différentes raisons. Ce roman qui date de 2000 (en VO) traite déjà d’un sujet qui est d’actualité « le consentement », ce n’est pas d’aujourd’hui que certains hommes remettent en question le comportement déplacé masculin.

L’histoire débute en 2001 mais va nous faire faire des incursions dans les années 60.

Ce que j’aime dans ces séries ce sont les interférences entre la vie personnelle de l’enquêteur et sa vie professionnelle. Il a des relations très conflictuelles avec sa fille.

Il néglige sa santé et on sent poindre des problèmes futurs.

Vous savez, si vous me suivez, que j’aime la thématique de l’eau. Je m’attendais à trouver ici celle classique liée à une île et j’ai la surprise de découvrir cette du marécage asséché.

Je vous laisse découvrir ce qu’est la cité de jarre et le rôle qu’elle va jouer.

Il ne me reste plus qu’à lire les autres titres en attente.

Je n’ai pas encore tenté les autres séries.

Et vous appréciez-vous ces romans ?

Qui en parle ?

Cryssilda de « Voyager et lire »

Comme un oiseau dans les nuages

Sandrine Kao

Éditions Syros, 6 janv 2022, 285 p, 16,95 €

Mes lectures Syros

Chronique Jeunesse du mercredi

4e de couv. :

Que savons-nous des secrets qui nous lient à nos ancêtres ? 
Anna-Mei, seize ans, tient de sa mère ses origines chinoise et taïwanaise. Elle n’a pourtant presque aucun souvenir de cette mère, morte peu après sa naissance. Lors d’un concours de piano vital pour elle, Anna-Mei s’effondre, victime d’une angoisse venue de très loin. Sa grand-mère maternelle va alors lui raconter l’histoire fascinante des femmes de leur famille, car il est temps que les secrets enfouis soient enfin révélés…

Mes impressions de lecture :

Cela fait un petit moment que je n’ai pas lu un roman de Sandrine Kao. Dernier chroniqué ici « Un lapin peut changer une vie ».

Ce roman m’a fait penser à un roman adulte qui traite du même sujet « s’aimer, malgré tout » de Nicole Bordeleau, la couverture fait écho. Bien entendu les deux heures sont totalement différentes. Mais dans les deux cas les héroïnes souffrent à cause des secrets de famille et des souffrances ancestrales.

La couverture est magnifique est très reposante. Un contraste avec la dure réalité des héroïnes.

Le début du roman nous plonge dans les problèmes psychiatriques. Anna-Mei a-t-elle tenté de se suicider ? Ou développe t-elle des problèmes plus psychiatrique. On se rend tout de suite compte qu’elle cache des choses, mais quoi exactement ?

C’est un roman à deux voix qui en convoquent d’autres. Le confinement que nous avons connus en 2020 va aussi faire partie de cette reconstruction. Le huis clos, l’enfermement, le cocon…

J’ai beaucoup aimé ce dialogue entre la grand-mère et sa petite fille. Chacune à leur tour avancent dans leur « confession ». Du passé lointain on enchaîne les révélations sur l’histoire familiale et l’Histoire de la Chine au XXe siècle, tandis que la petite fille déroule les souvenirs qui l’on conduite à cette crise « psychotique ». Et si tout était lié ?

La grand-mère, est mère de substitution et aussi la détentrice de l’histoire familiale. La transmission va pouvoir se faire. Tout le monde n’a pas cette possibilité.

J’ai beaucoup aimé ces histoires de femmes qui a tour de rôle on dû affronter des épreuves. Des destins brisés, des lignées rompues.

On va découvrir si extraire du silence les secrets de la lignée maternelle va pouvoir expliquer et résoudre certains problèmes.

Bonne lecture.

Je remercie les Éditions Syros de leur confiance

Les 4 enquêtrices de la supérette Gwangseon

Jeon Gunwoo

Trad. Kyungran Choi et Bessora

Éditions du Matin Calme, nov 2021, 318 p., 14,90 €

4e de couv. :
Quand quatre femmes exaspérées par un exhibitionniste prennent les choses en
main.
Dans une supérette de quartier, quatre femmes se retrouvent pour de petits
travaux et de bons après-midi de papotages. Elles ont respectivement dans les
20, 30, 40 et 60 ans environ. Toutes s’ennuient auprès de maris qui rivalisent
de paresse et de machisme. Alors quand un exhibitionniste sévit dans le
quartier, elles décident d’enquêter pour le faire arrêter. Et y parviennent.
Peu après, dans leur résidence composée d’une dizaine d’immeubles, un serial
killer vient de reprendre ses activités criminelles après quelques années de
pause. Sa spécialité : laisser prés du corps de ses victimes sans tête un
badge  » smiley « .
Ensemble, pour gagner la prime qui paiera le divorce de l’une d’elles, bravant
mille dangers, les quatre Sherlock Holmes de la supérette vont se lancer sur
les trousses de l’assassin.

Mes impressions de lecture :

Vous connaissez peut-être mon penchant depuis quelques années pour les Cosy  Mystery. J’ai surtout lu des romans britanniques et français, alors quand j’ai vu que les Éditions du Matin Calme en publiaient un, je n’ai pu résister à cette découverte. Je me le suis acheté pour les fêtes de fin d’année.

Je ne sais pas si vous connaissez les éditions « Matin Calme », leur couvertures sont souvent  avec des tons Noirs, Rouge et Blanc ce qui correspond au genre polar et roman noir, ici pour le « cosy mystery » les teintes sont plus pastelles pour qu’on ne s’y trompe pas, c’est très bien vu !

Ce qui m’a intéressé dans ce roman ce sont les personnages féminins.  Sur la quatrième de couverture il était annoncé comme un roman féministe cruel et drôle. Cela focalise le lecteur sur ces aspects en particulier.

J’ai noté d’entrée l’emploi de « papa de… » ou « maman de… » alors qu’on aurait dit monsieur ou madame. La notion de grande sœur est aussi une notion que je trouve très intéressante et qui me rappelle des souvenirs personnels loin de la Corée ce n’est donc pas spécifique à cette région du monde.

La présence du diable m’a rappelé certaines choses qui étaient racontées dans « Carnets d’enquête d’un Beau Gosse nécromant » de Jung Jeahan comme la place des superstitions et des forces du mal qui rodent dans la vie des coréens.

On y voit la vie quotidienne des petites gens, la première scène avec les chiffonnières qui vivent au jour le jour des cartons et papiers qu’elles ramassent, ce qui les pousse à certains extrêmes. Puis,  Les quatre femmes avant de devenir des détectives amatrices, elles arrondissaient leur fin de moi en cousant des yeux au nounours.

Les victimes sont des femmes et l’aspect sexuel des crimes est évident. Quand aux quatre enquêtrices, on a une jolie brochette de femmes qui ne sont pas heureuses dans les rôles qu’on leur a attribués dans la société. Elles vont transgresser les règles sociales et sortir des conventions.

C’est très intéressant les relations qu’elles ont avec la gente masculine de ce roman. On a la relation père-fille, mari-femme, homme-femme, professionnel masculin et femmes, mère et enfant…  quand au travail il est alimentaire est peu valorisé. Miri rêvait de devenir détective lorsqu’elle était jeune mais « ce métier n’existe pas en Corée » et pas de femme dans la police (d’après ce qu’elles laissent sous entendre).

Quand elles vont aborder les enquêtes, c’est avec un autre angle que les policiers. Les victimes vont leur confier plus d’informations parce qu’elles vont se sentir écoutées. Le visionnage des vidéos surveillances va être différent de celui des policiers par exemple…

J’ai beaucoup aimé la bienveillance et la solidarité féminine. J’ai aussi adoré les voir changer au fur et à mesure qu’elles s’impliquent dans les enquêtes. Elles essaient d’intégrer les hommes, mais la plupart campent sur leurs positions, ce qui révolte le lecteur ! (enfin moi)

L’humour est là, même si cela dénonce certaines choses, je pense notamment aux références à Holmes et Agatha Christie, car ne l’oublions pas nous sommes en Corée, certaines n’ont jamais lu un des romans (ou un roman quel qu’il soit) et il y en a même une qui va se lancer dans la lecture d’une adaptation enfant. Ce qui est amusant,  c’est ces drôles de dames qui vont s’acheter des trench-coats alors que les chaleurs estivales font leur apparition, cela donne lieu à des situations hilarantes. Je ne sais pas quel est l’équivalent en coréen mais elles semblent croire que l’habit fait le moine, il leur faut donc un uniforme  pour être identifiées comme détectives.

Il y a des scènes cocasses comme il se doit dans ce genre littéraire. Le côté amateur donne lieu à des entrées en scène surprenants. Quand ces femmes prennent les choses en main cela va au-delà des courses poursuites…

L’humour c’est aussi dans le langage, la traduction a su donner le ton et l’emploi de certaines formules pour rendre la narration très visuelle et vivante. On sent la retenue et tout à coup on se relâche. Un exemple : Les victimes de l’exhibitionniste parlent de son « petit truc » et puis on donne comme sobriquet à ce délinquant sexuel « Boules de mulot ».

Les événements vont prendre un tour plus dramatique et lorsque le moment de la résolution arrivera on sera au cœur de l’action en compagnie de ces quatre femmes… Ah la la la…. Je ne peux rien vous dire !

Même si j’avais compris des choses avant j’ai trouvé la résolution des énigmes très bien menée.

J’ai beaucoup aimé ce roman avec des femmes attachantes. J’espère qu’il y aura d’autres « cosy mystery » aux  Éditions du Matin Calme.

Les abysses

Rivers Solomon

Trad. Francis Guévremont

Aux Forges de Vulcain, 2020, 200 p., 18 €

Mes lectures Aux Forges de Vulcain

4e de couv. :

Lors du commerce triangulaire des esclaves, quand une femme tombait enceinte sur un vaisseau négrier, elle était jetée à la mer. Mais en fait, toutes ces femmes ne mourraient pas. Certaines ont survécu, se sont transformées en sirènes et ont oublié cette histoire traumatique. Un jour, l’une d’entre elles, Yetu, va leur rappeler, dans ce roman d’émancipation, magique et réflexif, sur la condition noire et sur l’impossibilité d’une justice, en l’absence de vérité.

Mes impressions de lecture :

Je n’ai pas lu le premier roman de Rivers Solomon « Les incivilités fantômes » publié chez Aux Forges de Vulcain, car il me semblait trop difficile à chroniquer… ce qui ne veut pas dire qu’un jour je ne tenterai pas ! Il est dans ma wish list…

La couverture de ce roman nous plonge immerge immédiatement dans l’histoire de ce peuple issu du trafique d’esclave. Des femmes enceintes et des bébés qui ont muté, des sortes de sirènes. Un peuple qui  s’est crée tout seul par la volonté de certaines survivantes et qui s’est donné comme nom les « wajinrus ». Car pour exister il faut avoir un nom, pour survivre il ne faut pas être seul. La narratrice va comprendre l’importance des mots, du langage, des concepts plus abstraits.

Pour survivre il a fallu faire des concessions. Ces créatures ont mis en place un système de mémoire collective dont quelques porteurs appelés historiens sont les réceptacles. Les autres membres n’ont que qu’une mémoire partielle pour créer un peuple où le présent est  basé sur les bonnes choses. Une fois par an les historiens déversent cette histoire commune et se rajoutent des évènements de l’année.

Cette fable pose beaucoup de questions. Qu’est-ce qui est gardé pour être transmis d’une génération à l’autre ? L’art des historiens de réécrire pour que ce soit facilement compréhensible et transmissible n’est pas sans danger. Que ce passe t-il si un historien disparait ? S’il ne supporte plus le poids de la souffrance de ce lourd passé ? et de là on passe à l’idée de destinée, une fois désigné comme historien c’est à vie… Il faut de l’abnégation, s’efface pour le groupe.

Quel lien reste t-il entre ce peuple des abysses et ceux de la surface, les deux-jambes ? que ce passe t-il lorsque ces deux mondes se croisent ?

J’ai beaucoup aimé tout ce qui touche à la mémoire. Ajoutez à cela mon autre thématique de prédilection « l’eau » : mémoire, temps, régénérescence, naissance et renaissance… et vous avez une lectrice qui plonge dans cette histoire.

La mémoire collective, la mémoire dans les corps, la relation face à la société… cela donne une communauté où la narratrice utilise le « nous » car elle est elle et elle est son peuple. Au début c’est surprenant lorsque apparaît ce nous, mais on a vite compris le sens profond.

Nous avons donc une nouvelle forme de société qui a débuté par des femmes, elles n’ont pas rejeté les hommes, elles ont trouvé une façon de survivre, pour procréer. Elles sont beaucoup dans l’accueil des autres femmes / enfants venus d’en haut.

Pour ce qui est de la constitution d’une société elles n’ont aucune base venue de l’autre monde. On est dans l’idée de collectif, le tout est un et un est le tout. Elles vont mettre leur modèle de société propre.

On va suivre plusieurs « expériences » ce qui va nous permettre de se faire une idée de ce que vivre dans les abysses implique.

Il y a de nombreuses émotions fortes dans ce roman il est question de vie et de mort, de souffrance et de reconstruction, d’identité et de communauté, de force et de faiblesse… Elle ne montre pas une société idéale ou idéalisée, elle regarde les choses en face.

Ce roman parle aussi des différences, de la peur de l’autre, la crainte de l’inconnu… l’angoisse de la solitude. Et d’autres sujets qui nous concerne tous.

Il y a aussi de belles rencontres… et de bons moments…

Je vous laisse maintenant découvrir votre propre interprétation de ce qui est conté et ce qui n’est pas dit car c’est un roman qui fait appel à l’histoire personnelle de chaque lecteur.

Ce n’est pas un roman qui laisse indifférent chacun réagira en fonction de sa sensibilité.

Je remercie les Éditions Aux Forges de Vulcain.de leur confiance.

La dame d’argile

Christiana Moreau

Préludes, 9 juin 2021, 319 p., 18,90 €

Mes  Lectures Préludes

4e de couv. :

Sabrina est restauratrice au musée des Beaux-Arts de Bruxelles. Elle vient de perdre sa grand-mère, Angela, et a découvert, dans la maison de celle-ci, une magnifique sculpture en argile représentant un buste féminin, signée de la main de Costanza Marsiato. Le modèle n’est autre que Simonetta Vespucci, qui a illuminé le quattrocento italien de sa grande beauté et inspiré les artistes les plus renommés de son temps.
Qui était cette mystérieuse Costanza, sculptrice méconnue ? Comment Angela, Italienne d’origine modeste contrainte d’émigrer en Belgique après la Seconde Guerre mondiale, a-t-elle pu se retrouver en possession d’une telle œuvre ? Sabrina décide de partir à Florence pour en savoir plus. Une quête des origines sur la terre de ses ancêtres qui l’appelle plus fortement que jamais…

Mes impressions de lecture :

J’avais beaucoup aimé ces deux précédents romans qui eux aussi abordaient le thème des vocations des femmes. Des femmes qui sortent de leur condition attribuée par la société. La mise en avant d’un talent que ce soit dans le domaine de la musique, du tissage ou ici de l’art.

Christiana Moreau aime jouer avec le temps et différents espaces géographiques. « La Dame d’argile » ne fait pas exception.

Chaque chapitre est la mise en avant d’une femme dans cette lignée qui a conduit de l’argile et la restauratrice. Dans les premiers chapitres, on découvre des femmes au moment où leur vie bascule par leur volonté, leur ténacité. L’émancipation débute dans le cadre familial.

Restauratrice, elle ne va pas que restaurer des œuvres, elle va restaurer le nom d’une artiste, d’une lignée de femmes.

Christiana Moreau aime raconter des destins hors du commun, quelles soient fictives ou réelles. Elle nous emporte dans leurs bagages.

Les petites touches historiques m’ont appris des choses comme par exemple l’immigration italienne en Belgique et les accords politico-financiers dont ils ont été l’objet.

Les livres passerelles proposés : j’ai lu « La tresse » de Laetitia Colombani, j’ai dans ma PAL  « Chimères » de Nuala O’Faolain… il était dit que je devais lire « la dame d’Argile ».

J’ai beaucoup aimé les différents cheminements de ces quatre femmes. On commence par le point de bascule, le moment où elles partent. Puis l’arrivée sur les lieux où leur destin doit se déployer. Et enfin l’action, les conséquences. Ces quatre destins sont liés…

Ce nouveau roman de Christiana Moreau a su m’emporter dans ses trajectoires où l’amour bouleversera les destins. C’est un roman qui traite aussi de la transmission par les femmes.

L’aspect historique m’a permis de me plonger dans d’autres époques et apprendre des choses. La documentation exhaustive est introduite dans la narration de manière fluide. Une chronologie en fin de volume permet de se rendre compte des dates de la partie qui se déroule à la Renaissance.

La couverture est magnifique et représente le personnage historique.

Je remercie Préludes de leur confiance.

De la même autrice :

La sonate oubliée

Cachemire rouge

Harvey

Emma Cline

Trad. Jean Esch

Éditions de la Table Ronde, Quai Voltaire, 6 mai 2021, 106 p., 14 €

Mes lectures de la Table Ronde

4e de couv. :

Harvey a mal partout. Le bracelet électronique n’arrange rien, il a les chevilles fragiles et craint de chuter dans l’escalier tapissé de la villa qu’on lui a prêtée. Demain c’en sera fini, il sera disculpé de tout ce qu’on lui a mis sur le dos dans le seul but de lui nuire. Dès demain il pourra se lancer dans de nouveaux projets. Entre deux coups de fil à ses avocats, avec lesquels il s’efforce d’être patient, il aperçoit Don DeLillo dans le jardin voisin. Adapter son chef-d’œuvre, Bruit de fond, au cinéma. Voilà. C’est LE moment de faire ce film, braille-t-il au téléphone en attendant l’arrivée d’un médecin qui lui fera une perfusion, une nouvelle thérapie, à la pointe. Devant le miroir, Harvey songe qu’il doit se faire blanchir les dents. Il demandera à son assistante de lui prendre rendez-vous, et de lui trouver un restau où emmener DeLillo. Ah, et sa fille Kristin vient dîner ce soir avec Ruby, sa petite-fille. Tout le monde semble penser qu’il joue sa vie, demain. Il ne voit pourtant pas de raison de s’inquiéter, surtout quand il lit les commentaires de soutien sur internet – il y en a –, surtout après la perfusion qui le fait dériver dans l’espace.
Il a tout le temps devant lui.

Mes impressions de lecture :

Ce roman court est aussi percutant que la nouvelle d’ Emma Cline « Los Angeles » que j’ai lue il y a quelques mois.

Elle traite un sujet dérangeant en ce mettant du côté du « méchant ». De plus il est le reflet d’une réalité actuelle. Le fait que cela touche les femmes a peut-être aussi contribué à me mettre mal à l’aise. Ce qui en soit n’est pas un négatif puisqu’elle cela signifie que le lecteur est au plus près de ce qui est raconté.

On découvre Harvey, ce producteur de cinéma accusé d’abus de pouvoir sur des femmes. Emma Cline est assez vague sur les charges exactes retenues contre lui, puisqu’on est  auprès d’un homme en phase de dénie qui a le sentiment qu’on veut lui faire porter le chapeau. Au début on ne sait pas trop quoi en penser a-t-il raison ? Il est même optimiste que l’issue du procès. Le lecteur bien sûr fait le lien avec des affaires tristement célèbres autour du #meetoo.

Au fur et à mesure que dans son dénie il se raconte on se fait sa propre opinion. Nous avons donc l’homme avec son corps souffrant d’une part, sa colonne vertébrale qui est abîmée, symboliquement très fort. Il nous donne l’image d’un homme à terre que l’on piétine. C’est comme si on tirait sur une ambulance. 

Le personnage n’est pas sympathique, on le découvre calculateur. Il sait qu’il doit jouer un rôle pour donner une image positive de lui, mais le naturel revient vite au galop. Le pouvoir et les drogues créent chez lui  une vision de son « génie » qui fausse la réalité dans son esprit. Il va jusqu’à faire des projets professionnels, il est vraiment dans sa bulle.

On a à côté de ce corps et de cet esprit dérangé tout l’aspect logistique. On a des détails sur cette maison qu’on lui a prêté, le confort, la sécurité, l’intimité préservée. Tout n’est que luxe dans les moindres détails, ce qui ne contribue pas à le rendre plus humain et aimable.

Le rapport à sa famille est aussi perverti que les autres relations. L’utilisation de certains mots donne bien l’image d’une créature visqueuse et répugnante.

Emma Cline est lucide, elle n’est pas dans le jugement mais laisse bien en évidence tous les éléments qui vont conduire le lecteur  et son protagoniste vers une seule conclusion. Tout à coup il réalise ce qu’il va lui arriver.

Tout au long le lecteur se demande : Aura-t-il des remords ? Fera t-il son mea Culpa ? Y aura-t-il une certaine rédemption possible ?

Une nouvelle fois cette histoire d’Emma Cline est comme un coup de poing qui laisse le lecteur sans souffle.

Je remercie les Éditions de la Table Ronde de leur confiance.

Qui en parle ?

Pamolico

Maeve

L’étrange disparition d’Esme Lennox

Maggie O’ Farell

Trad. Michèle Valencia

10/18, 2009, 240 p., 8,10€

Existe chez Belfond

Le mois irlandais avec Maeve

Le club de lecture Auf

4e de couv.

Depuis soixante ans, le monde l’a oubliée et sa famille ne prononce plus son nom. Esme Lennox n’existe plus. Mais quand ferme l’asile où elle vivait recluse, la vieille femme réapparaît brusquement. Au bras de sa petite nièce, Esme découvre une Écosse moderne peuplée de fantômes… qui réveille, sous le silence des années, les secrets inavouables d’une vie volée.

Mes impressions de lecture :

J’avais ce roman dans ma Pal depuis 2012 car je voulais le lire pour mon club de lecture, de fil en aiguille il aura fallu que Maeve organise « Le mois irlandais » pour que je le dépoussière.

On a beau ne pas vouloir prêter d’importance à la couverture, j’avoue que celle de mon édition ne m’encourageait pas.  Ce visage aux yeux fermés, le teint pastel, associé au titre … mon imagination s’est un peut emballée ! sur la couverture de la version poche le visage est masqué. En fait ce visage avec cette coiffure correspond à la description.

En lisant certains passages j’ai pensé à : « le bal des folles » de Victoria Mas. Encore une histoire révoltante autour des jeunes filles qui ne rentraient pas dans le rang.

Je venais de lire « Le chant du perroquet » qui n’a rien à voir à première vu avec ce roman et pourtant dans les deux cas il est question d’identité. Et de jeux entre deux temps.

Que de digressions !

L’histoire débute en Inde, se poursuit et se termine en Écosse. Entre les années 30 et les années 90. On a donc des changements de lieu et d’époque qui ont leur importance. Un drame à lieu en Inde, Esme subit un premier choc suivi par le bouleversement du changement de vie et de culture. Et puis un autre coup du sort. Tout cela on va l’apprendre à travers des monologues intérieurs d’Esme ou des divagations Kitty/Kathleen. Le lecteur va en apprendre plus qu’Iris puisque les deux narratrices ne s’adressent pas à elle.

Il manque une génération, celle du père d’Iris qui est décédé. Ce chaînon manquant est important car cela crée une distance entre ce qui s’est passé soixante ans auparavant et les découvertes d’Iris.

En plus de cette thématique de la mémoire brisée, entre Kathleen qui a Alzheimer et Esme qu’on a fait taire en la coupant du monde, on la thématique des normes sociales.

Iris a une vie amoureuse compliquée et on se dit qu’en d’autres temps elle aurait subit le même sort qu’Esme ou d’autres jeunes filles.

La thématique de la maternité est en contrepoint. La grand-mère de Kathleen et Esme, leur mère, la mère d’Iris et celle qui va devenir mère et la femme de Luke… on a presque l’image de la malédiction de la « mère », cela peut donner un certain pouvoir à la femme ou devenir une damnation.

Roman bouleversant avec une fin dramatique et terrible. C’est l’image de la boucle qui se referme. Est-ce que cela clora cette malédiction qui semble peser sur cette famille ?

Quel sera l’avenir d’Iris ?

J’ai bien aimé l’écriture de Maggie O’Farrell et je pense que j’en lirai d’autres.

Ni seuls, ni ensemble

Marie-Fleur Albecker

Éditions Aux Forges de Vulcain, 11 mars 2021, 243 p., 18 €

Mes Lectures Aux Forges de Vulcain

4e de couv. :

Louise et Karim sont deux jeunes gens de notre temps, que bien des choses opposent et qui, malgré leurs différences, se rencontrent, s’aiment, et se mettent en couple. Mais peu à peu, une troisième voix entre avec eux dans leur nouveau foyer : la société. La société qui a des idées bien arrêtées sur ce que devrait être une femme, ce que devrait faire un homme, sur ce que l’on doit manger, porter, acheter, accepter, refuser, encourager, détester, aimer. Est-ce une si bonne idée, de faire couple, quand tout conspire contre vous ?

Mes impressions de lecture :

Attention ! Chers lecteurs ceci n’est pas une romance comme pourrait vous le suggérer cette pièce montée et cette couleur rose bonbon… point de guimauve ! Mais il y a bien une histoire d’amour d’aujourd’hui.

Je m’en doutais d’un parce que je commence à bien connaître les éditions aux Forges de Vulcain et aussi parce l’autrice à beau avoir un nom romantique ces écrits n’en n’ont que faire… Elle nous avait déjà montré dans « j’abattrai l’arrogance  des tyrans » qu’elle préfère l’action aux discours politiques.

Dès le début je me suis dit c’est l’autopsie d’un couple ou celle d’idéaux politiques de jeunes parisiens issus de deux mondes diamétralement opposés. Quand je pense à autopsie c’est l’aspect clinique de la dissection. On se demande quand vont-ils se prendre le pied dans le tapis et dégringoler. Et puis on les voit gravier les escaliers de la vie privée et publique. Étape après étape on se surprend à les voir avancer, évoluer…

On découvre les personnages à travers eux ou à travers un narrateur. Tantôt on est dans la tête de Karim, tantôt dans celle de Louise, tantôt « ensemble » on passe dont du je à elle et il. C ‘est parfois pour montrer les angles de vue du même sujet soit pour voir leur évolution personnelle.

J’avoue avoir été surprise au début de la naïveté de Karim et de Louise sur des sujets différents. Par moment ils le sont moins mais forcément où on pourrait le penser. Chacun symbolise quelque chose dans la France d’aujourd’hui. Heureusement, (bien que je n’en doutais pas), elle évite l’écueil des stéréotypes, elle en joue.

J’étais étonnée par le rôle donné à  Louise. J’avais imaginé un autre parcours pour elle que celui choisi par Marie-Fleur Albecker.

Dans quelle mesure les personnages vont-ils vivre leurs désillusions ? Étaient-ils aussi naïf que je le croyais au début ? A chaque nouvelle étape ils vont devoir revoir leurs positions morales vis-à-vis eux-mêmes de l’autre et de la société. C’est presque un roman de formation.

J’ai bien aimé l’humour caustique et les interactions entre les personnages et le narrateur (le témoin). Quand aux noms donnés à certains personnages ils sont assez croustillants… On ne peut éviter de penser à des personnalités connues… Qui va faire les petites fiches à glisser entre les mains de certains ?

NB :  pour les fan des Forges : j’ai croisé une histoire de muse, de fractale, de Cthulhu, un être griffu (Pendragon ? ou Cochrane ?), Un peu du « Christ Président », les références à une certaine époque sombre de la France (une bouche?), j’ai aussi pensé à Jolene…ainsi qu’un petit coin de Brie et certainement un peu de  quelques autres références aux autres auteurs des Forges et encore je ne les ai pas toutes notée !

Je vous conseille de lire  » Et j’abattrai l’arrogance des Tyrans » qui se déroule à une autre époque.

Je remercie les Éditions Aux Forges de Vulcain de leur confiance.

Les digitales

Fabienne Legrand

Préface Aurélie Jean

Cherche Midi Éditeur, 4 mars 2021, 52 p., 10 €

Mes Lectures Cherche Midi Éditeur

4e de couv. :

85 % des métiers de 2030 n’existent pas encore. Et ils seront digitaux. Nouveaux besoins, nouveaux outils, tout est à inventer: un potentiel qui fait rêver et une formidable opportunité pour tous et pour toutes ! Car les femmes – le saviez-vous ? – ont été pionnières dans le domaine de l’informatique. Venez découvrir les possibilités illimitées de ces métiers grâce aux témoignages de celles qui les ont choisis et qui les aiment, et grâce aux dessins irrésistibles de drôlerie de Fabienne Legrand.

Mes impressions de lecture,

J’ai choisi de publier ma chronique le 8 mars jour des droits de la Femme, car cela semblait pertinent, et que quelqu’un de concerné par le sujet me l’a suggéré.

C’est un livre à mettre entre toutes les mains des collégiennes et lycéennes. En effet ce livre mets en évidence le manque de connaissance du sujet dans les choix de carrière. Il nous montre comment un métier féminin au départ à basculer du moment où il y a eu des développements financiers. On a des noms de femmes dont on entend à peine parler depuis quelques années alors que depuis longtemps elles œuvraient dans domaines de pointe.

Cet ouvrage donne la parole à des femmes aux postes variés et assez élevés dans les métiers de l’informatique. Ce ne sont pas de longs discours ni des présentations théoriques ce sont des exemples concrets, des expériences, des chiffres…

Ce  livre met aussi l’accent sur la multitude de métiers qui sont sous l’appellation « informatique ». Les dessins humoristiques jouent aussi sur cela.

En fin de volume il y a une mini bibliographie, un lexique et des noms d’écoles.

La mise en page qui joue avec des encadrés aux couleurs et les fonds blancs, ainsi que différentes typographies donnent un rythme dynamique au texte. Le jeu des couleurs on le retrouve aussi dans les illustrations avec des personnages ou des arrières plans crayonnés et des personnages (surtout des femmes) sont en couleur et mise en avant, pour mieux cibler et mettre en relief le sujet abordé.

Divisé en 6 parties les sujets ne sont pas développés mais son un point de départ pour de la réflexion et des idées à creuser.

J’ai retenu de ce livre qu’il y a de nombreuses possibilités de carrières qui sont à explorer. Bien qu’il y ai du chemin avant qu’une égalité des chances dans le monde du travail il faut déjà commencer par proposer ses orientations à l’école.

Je remercie Cherche Midi Éditions de leur confiance.

Mots croisés

Fanny Vandermeersch

City éditions, 9 sept 2020, 255 p., 17,90 €

Mes Lectures City

mots croisés

4e de couv :
Elles sont quatre. Quatre femmes de générations et d’horizons différents qui ne se connaissent pas, mais ont des destins étonnamment similaires : les années passent, sans saveur, sans drames ni véritable bonheur. Jusqu’au moment où leurs vies se croisent. Il y a Juliette qui écrit en secret un roman qu’elle n’ose pas envoyer aux éditeurs. Madelaine qui, malgré ses 82 ans, n’a pas renoncé à rencontrer l’amour. Quant à Christina, elle a décidé de prendre une colocataire pour tromper l’ennui. Ce sera l’arrivée de Béatrice, jeune femme au passé tourmenté mais qui est pourtant l’incarnation de l’optimisme. Ce sont autant de tranches de vie que vont partager ces femmes. Elles vont réaliser qu’elles ne sont plus seules et qu’elles ont beaucoup à offrir… De ces amitiés vont naître de nouvelles opportunités et de nouvelles chances de trouver le bonheur, enfin.
Un délicieux roman sur la force de l’amitié et les nouveaux départs.

Ma chronique :

Un petit feel good pour la rentrée ça fait du bien ! C’est un livre pour les week-ends plaid et thé chaud… même si moi je suis plutôt en mode thé glacé et bain de soleil !

C’est une histoire qui se déroule à Lille et autour, mais en fait on pourrait être dans la ville d’à côté, on peut transposer. Les personnages bougent assez peu. Il y a quelques référence à Paris mais sans plus. C’est une histoire qui va se jouer dans un petit périmètre. A part Madelaine qui est une vieille habitante les autres sont des plus ou moins nouvelles habitantes.

Les personnages féminins sont prépondérants, alors que les personnages masculins semblent représenter un ailleurs.

Comme dans tout bon feel good il y a des sujets forts et des sujets légers. De l’humour et de la bonne humeur. Nous allons suivre un instant la vie de femmes à divers âges de la vie. Il y a aussi l’adolescente qui cherche à s’émanciper en bouleversant la vie de sa mère. Justement sa mère qui elle aussi cherche à changer de vie… Il y a celle qui a radicalement changé de vie mais dont les blessures n’ont pas encore cicatrisé… Il y a celle qui a vécu mais qui a encore des envies… Il ya celle qui a transformé ses souffrances en ondes positives… Il y a celle qui n’attendait rien et qui aura une surprise… Il y a celle qui n’arrive pas à exprimer ce qu’elle ressent et se referme…

Et derrière chaque histoire il y a des hommes qui viennent compléter la vie…

J’ai bien aimé le personnage de la bibliothécaire et tout ce qui touche à l’écriture et la lecture.

Chaque chapitre met en avant un personnage, on va donc suivre plusieurs trames. Les histoires sont à a troisième personne. Pas de soucis de repérage.  On essai de voir qui va rencontrer qui et comment, car dans un premier temps on ne voit pas trop ce qui va les unir.

Il va y avoir des scènes touchantes et d’autres qui m’ont bien fait rire. Il y est beaucoup de confiance, confiance en l’avenir, confiance en ses capacités et confiance en l’autre…

Si j’avais un personnage chouchou ça serait Madelaine qui n’en rate pas une ! Mais je vous laisse découvrir…

C’est le premier roman de cette autrice que je lis… il faudra que je découvre ses romans publiés chez les éditions Charleston et les éditions Déliées…

Le week-end approche vous allez peut-être vous poser et vous laisser emporter. Bonne lecture !

Je remercie City éditions de leur confiance.

city éd