Comme un oiseau dans les nuages

Sandrine Kao

Éditions Syros, 6 janv 2022, 285 p, 16,95 €

Mes lectures Syros

Chronique Jeunesse du mercredi

4e de couv. :

Que savons-nous des secrets qui nous lient à nos ancêtres ? 
Anna-Mei, seize ans, tient de sa mère ses origines chinoise et taïwanaise. Elle n’a pourtant presque aucun souvenir de cette mère, morte peu après sa naissance. Lors d’un concours de piano vital pour elle, Anna-Mei s’effondre, victime d’une angoisse venue de très loin. Sa grand-mère maternelle va alors lui raconter l’histoire fascinante des femmes de leur famille, car il est temps que les secrets enfouis soient enfin révélés…

Mes impressions de lecture :

Cela fait un petit moment que je n’ai pas lu un roman de Sandrine Kao. Dernier chroniqué ici « Un lapin peut changer une vie ».

Ce roman m’a fait penser à un roman adulte qui traite du même sujet « s’aimer, malgré tout » de Nicole Bordeleau, la couverture fait écho. Bien entendu les deux heures sont totalement différentes. Mais dans les deux cas les héroïnes souffrent à cause des secrets de famille et des souffrances ancestrales.

La couverture est magnifique est très reposante. Un contraste avec la dure réalité des héroïnes.

Le début du roman nous plonge dans les problèmes psychiatriques. Anna-Mei a-t-elle tenté de se suicider ? Ou développe t-elle des problèmes plus psychiatrique. On se rend tout de suite compte qu’elle cache des choses, mais quoi exactement ?

C’est un roman à deux voix qui en convoquent d’autres. Le confinement que nous avons connus en 2020 va aussi faire partie de cette reconstruction. Le huis clos, l’enfermement, le cocon…

J’ai beaucoup aimé ce dialogue entre la grand-mère et sa petite fille. Chacune à leur tour avancent dans leur « confession ». Du passé lointain on enchaîne les révélations sur l’histoire familiale et l’Histoire de la Chine au XXe siècle, tandis que la petite fille déroule les souvenirs qui l’on conduite à cette crise « psychotique ». Et si tout était lié ?

La grand-mère, est mère de substitution et aussi la détentrice de l’histoire familiale. La transmission va pouvoir se faire. Tout le monde n’a pas cette possibilité.

J’ai beaucoup aimé ces histoires de femmes qui a tour de rôle on dû affronter des épreuves. Des destins brisés, des lignées rompues.

On va découvrir si extraire du silence les secrets de la lignée maternelle va pouvoir expliquer et résoudre certains problèmes.

Bonne lecture.

Je remercie les Éditions Syros de leur confiance

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s