Pouvons-nous aider les arbres ? Oui c’est possible

Katie Daynes

Ill. Róisín Hahessy

Trad. : Nathalie Chaput

Éditions Usborne, 3 nov 2022, 52 p., 11,95 €

4e de couv. :

Sauver les forêts du monde n’est pas une entreprise aisée, mais avec les connaissances d’un jaguar, d’un orang-outan, de deux oursons et d’un écureuil, tout devient possible !

Mes impressions de lecture :

C’est le premier livre de cette nouvelle collection que je lis (je n’ai pas le précédent et premier titre  » Pouvons-nous sauver les ours polaires ? »). Une collection qui va s’intéresser à des sujets touchant écologie semble t-il. Le sous-titre qui répond à la question c’est « Oui c’est possible ! » on est donc dans l’idée : il y a un problème mais on peut le résoudre, on verra ensuite si les nuances apparaissent dans le texte.

Parlons tout d’abord de l’objet livre. la couverture est est à l’image de ce que l’on va retrouver à l’intérieur. Couverture dure, format du livre (22×25). À l’intérieur c’est du papier glacé, souple. J’ai tellement lu de livres avec des rabats chez Usborne que j’ai été surprise qu’il n’y en ai pas.

L’autre surprise de cet ouvrage c’est la façon d’amener le sujet qu’à choisi Katie Daynes. On voit dans une double page des enfants dans une cabane dans les arbres dans un jardin qui prennent conscience qu’ils sont entourés d’animaux. on voit des insectes puis des yeux aux milieux du feuillage. On tourne la page et là on découvre des animaux sauvages « exotiques ». Et on n’est pas dans un zoo !

On découvre donc : un jaguar, un orang-outan, puis deux ourson et un écureuil. Des animaux qui parlent une autre surprise pour un documentaire. Qui mieux que c’est êtres vivant dans des zones en danger pour sensibiliser les enfants. Chaque animal va nous faire découvrir sa forêt avec ses particularités et les changements dus à l’Homme qui mettent en péril leur espèce ! Les lecteurs vont donc faire un peu de géographie. Ce livre montre aux enfants que le monde animal et monde végétal sont liés, ainsi que l’Homme et la terre. .

Après, tous ces constats dramatiques ils vont amener les enfants vers la question « comment aider ? Que faire? »

J’ai trouvé drôle que ce soit un jaguar, animal carnivore qui réponde : « si les gens mangeaient moins de viande, il n’y aurait pas de bétail. »

Ce que j’ai beaucoup aimé dans ce documentaire c’est le fait que ce ne soit pas un adulte « savant » qui donne les informations à l’enfant, mais que ce soit autour de dialogues en reprenant des questions simples dans lesquelles les enfants pourraient se reconnaître. Il y a certaines petites phrases un peu « naïves » mais il ne faut pas oublier que c’est un livre pour les jeunes enfants. C’est bien aussi de voir des choses que l’on fait déjà à la maison.

Il n’y a pas de chapitres avec un titre, le sujet est amené par cette discussion. Les sujets vont monopoliser plusieurs disciplines que ce soit la géographie, les sciences… l’enfant va avoir tous les sens en éveil puisqu’on lui demande d’observer, écouter, sentir, se poser des questions, réfléchir et agir en impliquant tout le monde.

Après l’au revoir des enfants à leurs amis animaux venus leur parler, ce le livre se termine avec la question « Et maintenant? » où l’on voit ces enfants citoyens envisager leur rôle dans le futur chacun prenant des responsabilités pour faire changer les choses en fonction de ses affinités.

Cet ouvrage est dans l’air du temps. Certaines questions ou réponses auraient été différentes en d’autres temps. C’est un livre qui peut ouvrir le débat en fonction des convictions personnelles, ce qui en soit est très positif.

Je vous laisse découvrir cet ouvrage que je trouve assez engagé.

Voir aussi sur le blog Usborne : CLIC

Je remercie les Éditions Usborne de leur confiance.

La grosse bêtise T3 La reine du carnage

Agnès Debacker

Ill. Mathieu Demore

Éditions Syros, Collection OZ, 20 oct 2022, 208 p., 9,95 €

Mes lectures Syros

Chronique Jeunesse du Mercredi

4e de couv. :

Ils sont six, experts en bêtises, et prêts à tout pour s’entraider ! Amitié, aventure et magie à volonté ! 

Chloé a mis des crustacés dans les poches de tous les élèves… Juste après, elle est victime d’un mauvais sort : elle marche avec des petits pas de fourmi. Pas de doute, une nouvelle sorcière sévit dans l’école ! Qui est-elle et comment l’arrêter ? Chloé et ses copains vont mener l’enquête…

Mes impressions de lecture :

Attention les enfants gags en tout genre à ne pas reproduire dans votre vie quotidienne !

Un roman haut en couleur où tout le monde ne verra pas la vie en rose ! Ah Ah ah !

Dans le tome 1 notre fine équipe de farceurs a su trouver celui qui pouvait contrer les sorts de la sorcière qui causé des dégâts dans leur entourage, dans le tome 2 une partie de l’équipe a trouvé qui était cette jeteuse de sort. Tous sauf un  à qui ils ne doivent pas révéler le secret.

Cela donne des situations compliquées pour empêcher celui qui ne sait pas de continuer à chercher. Alors ils décident de reprendre leurs bêtises et autres farces.

Quand tout à coup Chloé se retrouve victime d’un sort. Pourquoi ? Elle n’a pourtant rien fait à la sorcière !

Notre fine équipe doit détourner l’attention de la maîtresse pour aider Chloé qui fait des pas de fourmi. Leur imagination n’a pas de limite pour le grand plaisir des lecteurs. L’autrice est très créative ! Mais où va-t-elle chercher tout ça !

D’autre part on apprend qu’Anton et sa mère vont partir dans quelques jours  en Norvège pour élever des lamas… rien que cela ! C’est impensable, notre équipe a donc un autre souci à résoudre… comment empêcher que cela se réalise.

Il semblerait que les situations se complexifient, tous ses rebondissements qui vont surprendre et maintenir le suspens et l’attention du lecteur.

Les liens du petit clan vont se resserrer.

Un troisième tome qui relance bien le sujet.

La couverture qui est dans la lignée des précédentes donne quelques indices sur les évènements qui vont se dérouler au cours de cet épisode.

Un nouveau roman de la collection Oz qui m’a enchanté et fait rire.

Je remercie les Éditions Syros de leur confiance.

Dans la même série :

Les énigmes d’Hypatie : Mais où est passé le blob ?

Claudine Aubrun

Couv. Marion Duclos

Éditions Syros, Coll. Polar Mini Syros, 25 août 2022, 48 p., 3,65 €

Mes lectures Syros

Chronique jeunesse du mercredi

4e de couv. :

Une héroïne passionnée par les sciences. Des énigmes à résoudre. Et une bonne dose d’humour ! 

Hypatie a invité son amie Alice pour une soirée pyjama ! Elle a hâte de lui présenter Jean-Didier, le blob qui habite chez elle. Le blob, c’est un être incroyable à une seule cellule, qui ressemble un peu à une éponge et qui est très intelligent. Mais à la maison, catastrophe ! Le blob a disparu.

Mes impressions de lecture :

J’ai eu la chance de recevoir les deux premiers romans de la série « Qui complote au pied du volcan ? » et je les ai dévoré l’un après l’autre. Celui-ci je l’ai lu après l’autre, mais c’est sans importance, les deux font référence à l’autre.  Je ne sais pas quand sortirons d’autres aventures.

Dans cette aventure elle sera avec sa mère une scientifique qui travaille dans un laboratoire de Toulouse.

On va découvrir son amie Alice qui est différente d’elle mais tout aussi dynamique. Elles sont complémentaires. Elles vivent dans deux familles bien différentes. J’ai souris en voyant l’air effaré de la maman d’Alice quand elle a laissé sa fille chez sa copine. Dans cet épisode l’amitié joue un rôle.

L’humour fait partie de cette série, mais on a aussi quelques montées d’adrénaline.

Cette jolie métisse n’a peur de rien. Elle est très observatrice. Même si elle réfléchit  et élabore des hypothèses elle a une tendance à passer à l’action. Si on a l’impression qu’elle est livrée à elle-même avec ses parents très occupés on va se rendre compte que non.

« Le blob » est un sujet très en vogue, cela fait des mois que mon fils m’en parle. Je pense que le fait que Thomas Pesquet en a emporté un dans la station a dû jouer un rôle dans cet attrait. L’autrice nous donne quelques informations supplémentaires à la fin du volume pour ne pas alourdir le texte.

Je remercie les Éditions Syros de leur confiance.

Qui en parle ?

Jangelis

Voir aussi les autres titres de Claudine Aubrun sur ce blog

Les énigmes d’Hypatie : Qui complote au pied du volcan ?

Claudine Aubrun

Couv Marion Duclos

Éditions Syros, Coll. Polar Mini Syros, 25 août 2022, 48 p., 3,65 €

Mes lectures Syros

Rentrée littéraire 22

Chronique jeunesse du mercredi

4e de couv. :

Une héroïne passionnée par les sciences. Des énigmes à résoudre. Et une bonne dose d’humour ! 

Hypatie rejoint son papa en Sicile. Il est volcanologue et se réjouit de l’emmener voir l’Etna, ce célèbre volcan ! Mais sa bonne humeur disparaît en découvrant que quelqu’un a saboté l’article qu’il vient d’écrire pour son travail. Heureusement, Hypatie a une idée pour trouver le coupable !

Mes impressions de lecture :

Cette série débute par deux romans qui sortent le même jour l’autre c’est « Mais où est passé le blog ». J’ai lu les deux sans savoir par lequel commencer car les deux font référence à l’autre. J’ai commencé par celui du volcan, histoire de voyager.

Dans cette série à lire à partir de 8 ans, c’est la science qui est mise en avant. Les volcans est un sujet qui intéresse les enfants de cet âge. De plus c’est un sujet d’actualité. C’est intéressant d’en entendre parler par une gamine qui est sur le terrain. Cela donne une touche plus concrète.

On découvre cette gamine avec des parents scientifiques qui travaillent dans des domaines et des lieux différents. Ici elle va retrouver son père qui travaille sur l’Etna en Sicile. On va se retrouver au cœur du volcan où presque. J’adore le prénom de cette petite, ça ne doit pas être facile à porter à cet âge là.

J’ai bien aimé comment elle a préparé son sujet. Elle savait que son père allait lui poser des questions sur les volcans. C’était très drôle ce jeu entre père et fille.

Mais n’oublions pas qu’il s’agit d’un polar, il va donc y avoir un mystère à découvrir.

Hypatie a hérité l’esprit scientifique de ses parents qu’elle met au service de la résolution d’énigmes. Elle n’hésite pas à foncer quand elle a une idée en tête. Elle est aime la justice et ne peut laisser son père dans la situation où il est. On va avoir quelques palpitations plusieurs fois au cours de ce séjour.

Elle est très attachante.  La couverture réalisée par Marion Duclos nous donne une idée de la gamine dynamique qu’est Hypatie. Elle prend l’avion seule, pour retrouver son père. C’est un personnage qui doit faire rêver certains jeunes lecteurs.

Après Nino et ses enquêtes autour de l’art je suis ravie de découvrir cette nouvelle série.

À la fin du volume l’autrice donne quelques explications complémentaires  au sujet des volcans.

Je remercie les Éditions Syros de leur confiance.

Qui en parle ?

Jangelis

Voir aussi sur ce blog autres avis de lecture des romans de Claudine Aubrun

Halloween, mes autocollants brillants

Kristie Pickersgill

Illustrations : Kyle Beckett

Traduction : Veronique Duran

Éditions Usborne, 29 sept 2022, 32p., 6,95 €

Mes lectures Usborne

Chronique jeunesse du mercredi

4e de couv. :

Fais la connaissance de fantômes terrifiants, de squelettes cliquetants et bien plus encore à l’occasion d’une fête d’Halloween très pailletés. Sers-toi des 250 autocollants pour animer les scènes lugubres de ce livre.

Mes impressions de lecture :

Tout d’abord j’ai été surprise par le format ( 24×17) celui d’un grand cahier donc facilement transportable.

Petits et grands vont s’en donner à cœur joie avec les 250 autocollants brillants.

Les scènes se déroulent en double page ce qui donne une vision panoramique sur 34 cm.

Sommaire

Citrouilles cauchemardesques
crypte caverneuse
Forêt funèbre
Ruines répugnantes
Manoir Monstrueux
Sorcières sinistres
Insectes ignobles
La saison hantée (page simple)

Suivent oui feuilles détachables grâce à des pointillés prédécoupés où l’on retrouve les d’autocollants avec le numéro des pages aux quels ils sont destinés. Au bout d’un moment ces images vont choisir leurs pages !

Je vous ai donné les titres des différentes scènes pour vous donner une idée des décors que vous allez trouver. Dans chaque lieu des petites consignes viennent canaliser les jeunes lecteurs. Il y a des enfants/adultes qui n’en feront qu’à leur tête (moi par exemple) et il y a ceux qui voudront ou auront besoin de ses indications. C’est un espace ludique donc chacun fera en fonction de l’enfant qu’il accompagnera. Chaque enfant sera attiré par un ou des décors en fonction de ses affinités.

Toutes les scènes de nuits avec des nuances bleutées, violacées, verdâtres et beigeâtres, ambiances assurées. La couverture en ai une parfaite illustrations. Comme vous le voyez les autocollants on des fonds qui rappellent ceux des scènes auxquels ils correspondent.

Petit hic pour les enfants/adultes pointilleux on masque parfois des objets et le fond n’est pas toujours raccord. Je rappelle on est dans le ludique et interactif.

Sur les photos ci-dessous on ne voit pas le côté brillant que donne les couleurs argentées

Les feuilles « plastifiées », oui c’est plus que du papier glacé, permettent de décoller les autocollants pour les replacer, ce n’est pas à l’infini les autocollants perdent de leur aspect adhésifs et se recourbent. Cela reste très pratique lorsqu’on veut les repositionner.

Avant
Après

En parlant d’inter actif ce genre de livre permet aussi de partir dans des jeux narratifs raconter une histoire soit oralement soit à l’écrit, faire travailler son imaginaire et son vocabulaire. Partir dans le grand n’importe quoi est très plaisant. D’autant que pour certains enfants ces scènes sont effrayantes et dégoutantes donc il faut les faire parler. Pour d’autres qui sont dans ce délire de créatures monstrueuses il faut en profiter. J’adore tourner en dérision c’est situations beurk beurk beurk… il faut surjouer.

Chut, il ne faut pas le dire j’ai pioché un autocollant par page pour le mettre dans mon bullet journal… et autres supports.

Je remercie les Éditions Usborne de leur confiance.

Meto. Zone noire

Yves Grevet

Éditions Syros, 6 octobre 2022, 280 p., 16,95 €

Mes lectures Syros

Chronique jeunesse du mercredi

4e de couv. :

Le retour du phénomène Méto. Un nouveau roman qui peut se lire indépendamment de la trilogie culte. 
Méto est celui qui a libéré les « Maisons ». Ces lieux terrifiants où l’on enfermait les enfants que leurs parents avaient été forcés d’abandonner. Aujourd’hui Méto a 17 ans. Considéré comme un héros par les siens, il est recherché sur tout le continent. Lorsque sa petite sœur est kidnappée, il accepte le marché des ravisseurs : être enfermé vivant dans un cercueil avec la rançon, et livré en Zone contaminée…

Mes impressions de lecture :

Après la trilogie, Meto reprend du service. Vous avez en parallèle des bandes dessinées qui paraissent et paraîtrons dans les prochaines mois, c’est bon à savoir ! je n’ai pas testé les BD. Et vous ?
Je croyais qu’après la trilogie on ne retrouverait pas toute la bande de Méto, quel plaisir de continuer à le voir évoluer.
On peut lire cette aventure sans avoir lu la trilogie… mais après vous aurez envie de la lire, car les éléments  qui sont donnés pour comprendre certaines choses donnent envie d’en savoir plus.
J’ai lu la trilogie il y a quelques années lorsque l’intégrale est sortie et je me suis rendu compte que j’avais gardé en mémoire beaucoup de passages. Une série très marquante.
La couverture nous montre des personnages déterminés. Ce que j’aime chez Meto c’est qu’il a gardé son humanisme malgré tout ce qu’il a vécu. Ils n’ont pas réussi à le rendre insensible et sadique.
Dans cette uchronie, il y a une troisième guerre mondiale et il y a des zones irradiées. Et c’est justement par là qu’est envoyé Meto en tant que rançon. On retrouve les thématiques post-apo autour de la survie et du changement de société. Même si bien entendu cela ne se passe pas toujours bien.
Il va retrouver d’anciens habitants de la Maison et pas que les meilleurs. On va retrouver l’entraide chez certains et le sadisme d’autres. Le passé les rattrape Meto et ses amis.
Il ne peut passer son chemin lorsqu’il découvre se qui se passe dans le « cube », il sait rallier les bonnes personnes autour de lui.
De nombreux rebondissements vont tenir le lecteur en haleine. On dirait qu’ils vont de Charybde en Scylla. On vit les émotions des personnages,leurs angoisses et leurs bonheurs. On se cache avec eux. Il y a beaucoup d’action mais aussi de la réflexion sur les conséquences de leurs actes, sur leur intégrité morale etc.
Qui sortir vivant de cet enfer ? En tout cas personne ne sortira totalement indemne.
Ce que j’aime dans cette série ce sont les valeurs qui sont mises en avant, et les liens qui se tissent entre les protagonistes. Thématique de la résistance et de l’insubordination pour aller vers une société plus « saine ».

Je parle beaucoup de Meto et des protagonistes. Mais il faut souligner l’importance des rôles féminins volontaires. Des personnages féminins forts qui savent ce qu’elle veulent. Elles agissent avec énergie et courage.

Je remercie les Éditions Syros de leur confiance.

NB 1 : J’ai beaucoup pensé à la série « U4 » dont Yves Grevet à écrit « Koridwen » et un peu dans « Contagion » lorsqu’on voit le personnage traverser la France ou encore dans l’opposition aux adultes corrompus.

NB 2: J’ai pensé à « À crier dans les ruines » d’Alexandra Koszelyk, un roman adulte qui se passe 20 ans après Tchernobyl, lorsqu’il est question des populations qui continuent à vivre dans les zones irradiées.

Voir aussi sur ce blog :

L’intégrale Meto

Mes premières questions. Où va ce que je mange ?

Katie Daynes

ill. Dan Taylor

trad. Claire Lefebvre

Éditions Usborne, coll. Mes premières questions, 29 sept 2022, 14 p., 10,95 €

Mes lectures Usborne

Mes chroniques jeunesse du mercredi

4e de couv. :

Que ce passe-t-il quand j’avale ?
Où vont les aliments ensuite ?
Pourquoi j’ai besoin de manger ?
Découvre les réponses dans ce livre à rabats.

Mes impressions de lecture :

Où va ce que je mange ? voilà une question qu’on s’est tous posée. Dans cet ouvrage qui s’adresse aux 4 ans et plus j’ai découvert des réponses. En grandissant on se contente parfois de certaines connaissances, les grandes lignes, alors que petits on peut passer son temps avec des « pourquoi ? ». Il faut dire que le « pipi-caca » quand tout va bien n’est pas vraiment un sujet qui m’attire. La présentation ici joue un rôle important pour impliquer le lecteur.

Lorsque j’ai ouvert, ce livre j’ai été agréablement surprise. Je ne savais pas à quoi je m’attendais mais souvent le thèmes de la digestion on voit un corps en coupe avec les organes dessinés avec des informations, dans cet ouvrage ce n’est qu’à la fin qu’on retrouve ce type d’image et de description. Ici on n’a pas un intérieur de corps mais des enfants qui fêtent quelque chose . Des bambins aux bouilles rondes et aux aspects extérieurs différents, comme pour rappeler que nous sommes tous différents mais avec les mêmes organes à l’intérieur. La page suivante les mêmes enfants dans un autre contexte, etc. Petit à petit on explore l’intérieur du corps.

Sommaire :

Où va se que je mange ?
Que ce passe-t-il quand j’avale ?
Où les aliments vont-ils ensuite ?
qu’arrive-t-il aux déchets ?
Pourquoi je dois manger ?
À table !

Visuellement on est sur une double page pour chaque question. On est sur du 22×20 donc le livre ouvert le livre permet d’être facilement tenu et on a une vue panoramique. Les rabats viennent d’une part rigidifier les pages et augmenter le volume de texte. On a des pages cartonnées, colorées et brillantes, très attractives. Le texte et illustrations à l’intérieur des fenêtres sont mats.

Le fait que chaque question soit explorée en double page cela permet au regard de faire le mouvement comme si on lisait une histoire et un écho au cheminement de la nourriture, c’est bien pensé.

Ce que j’ai bien aimé aussi dans cet ouvrage c’est qu’on ne s’arrête pas juste au « caca » cela va après, on sort du corps et de la maison… que ce soit pour des analyses ou après la station d’épuration.

Je vous laisse découvrir.

Je remercie les Éditions Usborne de leur confiance

Sur ce blog de la même collection :

D’où viennent les bébé ?

Découvrons ensemble Le système solaire

Rosie Dickins

ill. Carmen Saldaña

Trad Virginie Clauzel et Caroline Slama

Éditions Usborne, coll. Découvrons ensemble, sept 2022, 16 p., 12,95 €

Mes lectures Usborne

Mes chroniques jeunesses du mercredi

4e de couv. :

Envole-toi pour un voyage cosmique à la découverte du Soleil et des planètes, ainsi que des lunes et des astéroïdes, qui orbitent autour.

Mes impressions de lecture :

Aujourd’hui il pleut et le soleil n’est pas visible à cause des nuages alors je me suis dis tiens si je partageais ma lecture du dernier « découvrons ensemble » des Éditions Usborne.

Je fais partie des gens qui sont fascinés par les astres et comme une enfant je m’émerveille lorsqu’on nous montre des images de l’espace. Alors vous imaginez bien les petites étoiles dans mes yeux en voyant les belles illustrations de cet ouvrage. Et ça c’est important pour partager avec les enfants.

Il est indiqué qu’il y a 16 pages cartonnées dans ce livre, mais en réalité il y en a plus car il y a de nombreux rabats plus où moins grands. Et chaque enfant aura sa façon d’aborder la lecture. Soit il se contente des images et des quelques titres, soit il regarde chaque fenêtre et chaque message. Il peut revenir plusieurs fois selon son degré d’implication.

Quand aux rabats, je me suis munie d’une lime à ongle car à la première lecture, il est difficile d’en ouvrir certains, particulièrement sur la première page qui est collée à la couverture. C’est un détail, parfois il est utile de juste un peu soulever le petit volet avec de découvrir avec l’enfant, d’autre fois c’est bien de lui laissé cette tâche qui ressemble à l’ouverture d’un cadeau.

Sommaire :

Le système solaire
Le soleil
Mercure
Vénus
La terre
Mars
Jupiter
Saturne
Neptune
Limite extérieure
Au-delà du système solaire
Anecdotes étonnantes

Sur la page « système solaire » dans les informations on a l’indication des pages qui développent le sujet.

Ce qui me plait aussi dans ce sujet, c’est le vocabulaire qui a pour moi un côté magique. Que ce soit les noms des planètes qui sont liés à la mythologie, ou des contrées ou autres termes extraordinaires. Ce type de lecture peut déboucher sur des exercices/jeux de diction.

Pour en revenir au vocabulaire j’ai beaucoup apprécié l’utilisation de mots pas toujours évidents pour les petits accompagnés de définitions simples qui ne sont pas rébarbatives. Des informations intéressantes avec des chiffres, des dates, des données scientifiques qui accrochent les lecteurs.

Les illustrations sont très belles et variées, les pages sont très colorées, je n’ai pas eu de difficulté pour lire. j’ai adoré les petits aliens qui viennent donner une touche humoristique.

Bonne découverte ! Et n’oubliez pas le mois d’octobre c’est le mois de la science !!! Peut-être qu’autour de vous il y a des activités de prévu.

Je remercie les Éditions Usborne de leur confiance.

QUI EN PARLE ?

Jangelis

À voir sur ce blog :

Découvrons ensemble le tableau périodique

Découvrons ensemble les fractions

Découvrons ensemble les ordinateurs et la programmation

Découvrons ensemble les formes géométriques

Système solaire Livre /Puzzle

Dopamine

Patrick Bard

Éditions Syros,  sept 2022, 215 p., 16,95€

Mes lectures Syros

Chronique Jeunesse du mercredi

Rentrée littéraire automne 2022

4e de couv. :

Février 2021 : le corps d’une jeune fille de quatorze ans est retrouvé dans la Marne. Ses meurtriers, identifiés très vite, sont deux camarades de classe. Une fille et un garçon qui ne semblent pas conscients de la gravité de leur acte et invoquent des mobiles inconsistants. Entre addiction aux écrans, haine déversée sur les réseaux sociaux, harcèlement et calomnie, le juge d’instruction chargé de l’affaire décide de décrypter coûte que coûte la mécanique de l’impensable.

Mes impressions de lecture :

« Qui aurait pu prévoir qu’ils étaient capables de tuer ? Le nouveau roman choc de Patrick Bard.  » Lorsque j’ai lu cette accroche sur le site des Éditions Syros je me suis demandé ce qui se cachait derrière. Ce n’est pas un effet marketing, c’est vraiment un choc. La violence chez les ados n’est pas d’aujourd’hui mais il y a depuis quelques années des dérives que la technologie permet/engendre.

La couverture est excellente que ce soit dans les couleurs ou la composition, elle reflète vraiment le contenu.

D’entrée on découvre la jeune fille morte et on sait qui a commis le crime atroce. Tout l’enjeu de l’intrigue c’est de comprendre le pourquoi ces deux ados de 15 ans étaient passés à l’acte. Dans un premier temps on va suivre le juge d’instruction qui malgré son expérience est dans l’incompréhension. Il faut qu’il détermine les différentes responsabilités et l’enchainement des événements.

On va suivre les auditions des acteurs du drame. Le couple diabolique ne parle pas, n’exprime aucun remord… ce manque de « sentiments » perturbe le juge d’instruction qui essai de les faire parler.

On va découvrir les tenants et les aboutissants en écoutant les protagonistes. Le lecteur aura en plus ce qui ne sera pas dit en audition. Le rythme de la narration va changer un peu avant de revenir à de nouvelles auditions. On est bien guidé par le titre des chapitres où on a le nom de celui qui raconte et la date. C’est important car avec cette structure on ne va pas découvrir l’histoire chronologiquement. Il n’y a pas de longueurs, le changement de focale tiens le lecteur en éveil. Dans qu’elle mesure l’auteur joue t-il avec la « dopamine » que diffuse son histoire ? À la fin on aura des explications d’un médecin, cela fait froid au dos.

À un moment donné madame le proviseur dit que ce n’est pas faute de faire de la prévention contre le harcèlement et les dérives liées à internet, et pourtant ils sont tous passés à cause de l’omerta qui règne chez les adolescents. Que ce soit en lycée public ou privé c’est pareil. Patrick Bard démonter les mécanismes pour mieux nous montrer les rouages.

On retrouve aussi les effets de groupe, les clans et les rivalités. Ce roman nous montre des ados d’aujourd’hui avec cette hypersexualisation. Malheureusement, on n’est pas dans l’exagération. Les deux confinements de 2020 n’ont rien arrangé ni pour les adultes, ni pour les ados qui vivaient sous le même toit. Les réseaux et internet ont pris encore plus de place.

On ressent bien dans ses fragments de vie les différents degrés de violence que ressentent les adolescents à cette période charnière de leur vie. Ils ne font pas dans a dentelle, aucune concession… ils ont des émotions à fleur de peau.

J’ai lu cette histoire avec un regard d’adulte et de mère d’un ado. Soyons honnêtes on a beau prévenir et accompagner on ne peut pas contrôler les dérives. Il faut rester vigilant et à l’écoute. Je suis curieuse de savoir comment un ado reçoit ce roman. Je pense que selon le vécu de chacun ils retiendront plus tel ou tel aspect.

La partie concernant Krystal m’a rappelé une autre lecture (dans un autre style) « E.V.E entité Vigilance Enquête » de Carine Rozenfeld, c’est un sujet qui va devenir de plus en plus présent.

Le roman est recommandé pour les 13 ans et +, ce qu’il relate (en dehors du crime) correspond à ce qui nos ados peuvent rencontrer au collège mais attention aux âmes sensibles.

Je sens que ce roman va rester gravé dans ma mémoire pendant un moment.

Je remercie les Éditions Syros de leur confiance.

Ce que nous jetons et comment l’éviter

Autrice : Rose Hall

Ill. Sandra de la Prada

Éditions Usborne, Coll. Look Inside, 8 sept 2022, 14 p., 10,95 €

Mes lectures Usborne

Chroniques jeunesse du mercredi

4e de couv. :

Bouteilles vides, carottes biscornues ou jouets cassés, beaucoup de choses ne devraient pas être jetées. Soulève les rabats et découvre comment nous pouvons prendre soin de notre planète en produisant moins de déchets.

Information sur le site Usborne :

Je profite de cette première chronique de la rentrée pour vous faire part d’une petite découverte. Le site des éditions Usborne a changé de « décor » il est bien coloré, et il y a sur la page d’accueil il y a entre autre une rubrique « faits amusants ». Je ne sais plus depuis quand elle a été mise en place mais je ne me souviens pas que c’était quotidien. Je connaissais l’activité qui aujourd’hui est hebdomadaire. C’est une façon de mettre en avant des ouvrages de la maison d’édition et ainsi de découvrir ou de redécouvrir des titres pour ensuite avoir envie de lire le livre.

https://usborne.com/fr/activites-pour-enfants/faits-amusants

Mes impressions de lecture :

Je découvre une nouvelle collection « Look inside », regarder à l’intérieur, un joli programme en perspective.

J’ai choisi cet ouvrage car il traite d’un sujet actuel qui nous touche tous et qu’il n’est pas trop tôt pour en parler aux enfants pour développer leur pensée face à ce quotidien. Nous vivons aujourd’hui avec le tri sélectif à la maison et plus ou moins c’est devenu un automatisme de jeter dans tel ou tel bac mais c’est bien d’expliquer pourquoi.

Sur une double page on traite d’une question avec une brève introduction puis les illustrations et des rabats permettent de développer chaque point. Le format carré  201 x 225 cm permet une tenue en main facile et en travaillant en double page cela donne une vue sur 40 cm. C’est assez concentré, mais l’effet des rabats qui se cachent dans les objets du quotidien et du matériel urbain permet de focaliser le regard de l’enfant sur des points stratégiques.

Que jetons nous ?

A l’origine, les matières premières.

Que deviennent les déchets ?

Une nouvelle vie pour les déchets

La collecte des déchets

Tri et recyclage

Voir plus loin

Le livre est cartonné  puisqu’il y a double page  puisqu’il y a les petites fenêtres et l’enfant pourra le manipuler facilement. Le livre est adressé aux 5 ans et plus, bien entendu c’est en fonction de l’enfant. Les petits rabats sont assez solides grâce à l’épaisseur du papier. J’ai remarqué que ce genre de livre occupe les enfants en partie parce qu’ils aiment ouvrir les petits volets.

Vous pourrez continuer les recherches avec la rubrique « Quicklinks » lorsqu’elle sera mise à jour. Elle facilement repérable sur la page d’accueil puisqu’il y a un onglet.

A vous de faire le tri dans les informations…

Je remercie les Éditions Usborne de leur confiance.