Dix minutes à perdre

Jean-Christophe Tixier

Syros, coll. Souris Noires, mars 2015, 153 p., 6,30€

Mes lectures Syros

dix minutes

4 e de couv :

Pour la première fois de sa vie, Tim va passer deux jours tout seul. Seul dans la très vieille maison où il vient d’emménager avec ses parents. «Si tu as dix minutes à perdre, commence à détapisser les murs de ta chambre», ironise son père. Tim le prend au mot. Dix minutes, pas une de plus. Mais en arrachant un lambeau de l’affreux papier peint fleuri, Tim fait apparaître un mystérieux message. Ceci est mon histoire…

L’auteur :

Après avoir travaillé vingt ans dans le domaine de la formation, Jean-Christophe Tixier partage désormais son temps entre l’écriture de romans, de pièces radiophoniques pour France Inter, et l’organisation d’un salon dédié aux littératures noire et policière intitulé «Un Aller-Retour dans le Noir» qui se déroule chaque année à Pau. Pour chaque livre qu’il écrit, il choisit l’accompagnement d’une chanson qui le suit en boucle du début à la fin de son projet.

Ma chronique :

En choisissant de lire ce roman, je me souvenais comme j’aimais lire les enquêtes invraisemblables de la bibliothèque rose ou verte… Je suis surprise ces dernières années de voir la littérature jeunesse évoluer et parler de choses qui « parlent » aux enfants d’aujourd’hui.

Dès le début du roman voilà ce que l’on trouve :

« Sur l’écran, le visage de mon ami est pixellisé. Cette foutue connexion Internet fonctionne mal. »

« Les miens [parents] me fliquent comme si j’étais un terroriste sur le point de commettre un attentat »

« Skype s’interrompt »

« A peine licencié mon père s’est jeté sur le premier boulot qu’il a trouvé. A cinq cent kilomètres de là où nous habitions »

« Nouveau départ » « changer de vie »

Il regrette le skate-park » « les cinés etc…

« Je n’ai toujours pas de portable.

Un citadin exilé à la campagne… Un adolescent et ses repères. Adaptation à un nouvel environnement et à une nouvelle vie alors que l’école est fermée. Les enfants sont plus intégrés aux problèmes familiaux et concernés par les faits de société.

Un roman jeunesse très agréable à lire, assez court pour ne pas affoler les moyens lecteurs de 10-12 ans.

Des personnages sympathiques, un garçon et une fille de 13 ans, Tim et Léa…premiers émois très doux… résolution d’un mystère par d’ennuyeuse vacances estivales. Un message énigmatique… un ancien braquage… des bandits cupides … leur petite enquête est pleine de rebondissements… conversations téléphoniques ambigües etc…

Le personnage va évoluer entre le début et la fin de l’histoire.

Je vous laisse découvrir les enchaînements des événements et la fin assez réaliste même si édulcorée elle reste logique.

Ne vous fiez pas au titre… ce petit roman n’est pas une perte de temps, c’est une petite parenthèse.

Je remercie les éditions Syros qui m’ont fait découvrir une de leur collection que je ne connaissais pas.

syros 2

5 réflexions au sujet de « Dix minutes à perdre »

  1. Ping : ars 2017 | L'Atelier de Ramettes 2.1

  2. Ping : Dix Minutes de Dingue | L'Atelier de Ramettes 2.1

  3. Ping : Dix minutes sur le vif | L'Atelier de Ramettes 2.1

  4. Ping : Dix minutes en mode panique | L'Atelier de Ramettes 2.1

  5. Ping : Dix minutes et 13 secondes | L'Atelier de Ramettes 2.1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s