La rivière à l’envers. Tome 1. Tomek

Jean-Claude Mourlevat

Pocket jeunesse, 2009, 190 p., 5,95 €

Dans le cartable de mon fils il y a…

4e de couv. :

L’incroyable épopée de Tomek, un petit épicier de 13 ans. Sur les traces de Hannah, il recherche l’eau de la rivière qui rend immortel.

« Ainsi vous avez tout dans votre magasin ? demanda la jeune fille. Vraiment tout ? » Tomek se trouva un peu embarrassé : « Oui… enfin tout le nécessaire… » « Alors, dit la petite voix fragile, alors vous aurez peut-être de l’eau de la rivière Qjar ? » Tomek ignorait ce qu’était cette eau, et la jeune fille le vit bien : « C’est l’eau qui empêche de mourir, vous ne le saviez pas ? »

Ma chronique :

J’ai lu ce roman en même temps que mon fils de 5 ème, ils travaillent sur le thème du voyage. Le mois d’octobre est le mois de la littérature de l’imaginaire et cela tombe bien puisqu’il s’agit d’un voyage dans un monde imaginaire.

J’ai été un peu troublée car je « fan » des romans de William Morris (1834-1896) et j’ai retrouvé des éléments qui m’ont fait fortement penser à «  » et « la plaine étincelante ». Vous allez me dire que certains thèmes sont classiques lorsqu’on touche aux voyages initiatiques dans le monde fantastique/fantasy.

Tomek 13 ans, orphelin, vit comme un petit vieux, raisonnable il tient l’épicerie laissée par ces parents, il va à la pêche, il s’ennuie un peu mais s’en accommode. Un jour il sert une jeune fille qui l’éblouit. Elle est comme une étoile filante brillante et fugace. Il ne connaît même pas son nom. Il sait juste qu’elle cherche la rivière Qjar. Il décide de la rattraper et lui aussi rapporter de l’eau de cette rivière mythique.

Il part seul à l’aventure. Il n’a aucune expérience. Cette fois c’est lui qui abandonne les siens (dont son ami et père de substitution Isham ).

Vont suivre les étapes qui vont permettre de connaître ses limites,  il va affronter des dangers, faire des choix, vaincre ses doutes…

Il y a tout l’aspect qui tourne autour des rencontres des personnes qui vont le faire avancer, le guider, l’accompagner, ou le freiner… Amitié, secours, apprentissage… il va avancer physiquement et psychologiquement avec/contre les autres.

Comme on est dans un pays imaginaire, on va avoir des décors très particuliers, il va croiser des êtres singuliers. Traverser des contrées mystérieuses chargées de magie. Il va même devoir résoudre une énigme du style celle du Sphinx ou périr.

On a donc toute la thématique du mouvement, il va vers l’autre, il va vers un ailleurs. Ainsi que la thématique du temps qu’on peut aussi lier au mouvement.

On va suivre Tomek avec ses hauts et ses bas. Va-t-il retrouver Hannah ? Il va la raté de peu (cela donne une tension supplémentaire)… je vous laisse découvrir par vous-même.

Il va apprendre de chaque rencontre, de chaque épreuve.

C’est un roman jeunesse assez bref (190 p) les chapitres sont courts et on passe d’une étape à l’autre assez vite, il est conseillé à partir de 9 ans.

La richesse du texte a du potentiel pour réaliser des travaux à partir de son contenu.

Je me suis régalée d’autant plus qu’on y retrouve le thème de l’eau !

Je vais essayer de me procurer le tome2 pour avoir la version de « Hannah » qui n’a pas fait le voyage dans les mêmes conditions. Elle a emprunté un autre itinéraire donc fait d’autres rencontres… et son but est différent.

A bientôt

Romans adultes

plaine étincelante
source au bout du monde

Suite tome 2 : Hannah

Article précédemment publié sur Canalblog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s