Les héritiers de Brisaine T.1 La malédiction du Bois d’Ombres

David Bry

Ill. Noémie Chevalier

Éditions Nathan, 2021,  168 p. , 11,95 €

CHRONIQUE JEUNESSE DU MERCREDI

4e de couv. :

Le Village de Trois-Dragons, au cœur du royaume de Fabula : la magie, autrefois courante, a disparu suite à une grande guerre.
Enguerrand, avec l’aide de son ami Grégoire, part à la recherche d’Aliénor, sa petite sœur, dans le Bois d’Ombres, une forêt dangereuse et maudite. Mais en pénétrant dans ce bois interdit, il semble que les enfants aient réveillé la magie noire du lieu… Le village est en danger !
Soutenus par la guérisseuse Brisaine, les trois amis vont devoir faire la lumière sur cette mystérieuse malédiction. Pour affronter les terribles dangers qui les guettent, il leur faudra du courage et l’aide de surprenantes créatures alliées.

Mes impressions de lecture :

Au mois de mai David Bry était l’invité du Blog Book en Stock. Durant tout le mois il a répondu aux questions de ses lecteurs. J’ai découvert cet auteur et j’ai lu un roman de fantasy adulte (que je n’ai pas encore chroniqué), j’ai aussi appris qu’il écrivait en jeunesse, j’ai donc gardé l’info dans un coin de ma tête. Début juin, je regarde le programme du salon du livre du Grand Narbonne qui avait lieu le 10-12 juin pour faire mes repérages auteurs. La librairie BD & Cie m’envoie sa newsletter en annonçant la venue sur le stand du salon de Noémie Chevalier que je ne connaissais pas… et là que vois-je c’est l’illustratrice de la saga « Les héritiers de Brisaine » de David Bry. Je ne pouvais laisser passer une telle info. Donc samedi je suis passé acheter et faire dédicacer le premier tome de cette série et j’ai eu droit au visage de la jeune héroïne.

Vous l’aurez compris les illustrations ont leur importance dans ce roman jeunesse, des pleines pages en noir et blanc. La couverture est un bel exemple version couleur de ce qu’on va retrouver à l’intérieur. Pour débuter on a une carte, vous savez comment sont les lecteurs de fantasy, ils adorent les cartes, de vrais voyageurs de l’imaginaire. Les personnages principaux sont représentés ainsi que l’univers de Fabula.

J’ai donc choisi ce roman pour son auteur, pour son illustratrice et parce que c’était de la fantasy jeunesse… je n’ai pas lu la quatrième de couverture donc quel ne fut pas ma surprise lorsque j’ai vu apparaitre les noms des personnages. L’un d’eux m’est très cher donc j’étais déjà sous le charme…

Nous avons donc trois enfants de 8 à 12 ans (c’est justement la tranche d’âge des lecteurs) de modeste condition, voir des souffre douleurs. On comprend très vite qu’ils ont en eux les germes de ce qu’ils veulent être adultes Enguerrand l’aîné est garçon d’écurie et aspire à être écuyer pour devenir chevalier. Aliénor la plus jeune est aussi très vive et fonce tête baissée, protectrice des animaux. Et il y a leur ami Grégoire qui est entre les deux, lui a des prédispositions pour la magie, il écrit un grimoire, dont on a un petit aperçu en fin de volume (texte et illustrations).

Bien sûr notre trio est ami d’une « sorcière » Brisaine une conteuse des légendes des Trois-Dragons. Elle les nourrit de toutes ces histoires. Puis, on découvrira d’autres personnages…

Ce sont des personnages positifs, purs et gentils.

Vous vous doutez bien qu’il y a les « méchants » qui vont essayer de leur mettre des bâtons dans les roues.

Dans ce premier tome nous découvrons donc cet univers et une partie du passé de ce royaume. Quelques parts d’ombre, et ce n’est pas que le Bois qui est d’Ombre, les âmes aussi. De nombreux rebondissements vont faire palpiter les lecteurs. J’ai été prise dans cette histoire.

Nos trois jeunes héros vont devoir mener une mission périlleuse avec les épreuves.

Les thématiques autour de la forêt, la magie, l’amitié, l’honneur sont très présentes.

J’ai adoré ce premier tome, j’ai très envie de lire les autres tomes de la saga. On a tous les bons ingrédients pour un bon roman fantasy et un conteur qui sait faire vibrer le lecteur.

Je vous laisse découvrir leurs mésaventures.

Challenge 15K, catégorie « #30 Les Musclés »

#payetonslip

Le mois de David Bry (1-8)

Chers lecteurs,

Le mois est passé trop vite ! Je n’ai pas cessé d’avoir des contretemps. Et un de mes soucis est réglé, j’ai un nouvel ordinateur qui ne se prend pas pour une Ford T.

J’espère que vous avez suivi les échanges sur « le mois de David Bry » sur le blog book en Stock. Non ? Séance de rattrapage alors.

Un auteur bien sympathique et qui aime les échanges interactifs… je vous laisse découvrir grâce aux liens vers chez les Vénérables !

Interview 8

Interview 7

Interview 6

Interview 5

Interview 4

Interview 3

Interview 2

Interview 1

Bibliographie

Que suis-je en train de lire pour participer à ce mois de… David Bry.

Cette fois-ci je me doutais que j’aurais un problème de temps alors je n’ai pas demandé de partenariat. Je me suis acheté un roman qui m’a attiré dès que Dup et Phooka nous ont présenté cet auteur. De la Fantasy, avec une couverture que je trouve magnifique. Une histoire de destin. Une histoire sombre. Je ne sais pas quand je vais terminer ma lecture car je suis désorganisée…

Stig, cadet du clan Feyren, se réjouit de participer pour la première fois aux festivités du solstice au sommet du Wegg, demeure du roi de l’hiver, signe de son passage à l’âge adulte. Le jeune homme au pied bot, difformité qui lui vaut le mépris son père, observe avec candeur et enthousiasme les conteurs, danses, ripailles et conversations, n’osant encore se mêler aux membres des trois autres clans. Mais lorsque le seigneur des Dewe s’écroule brutalement, la fête se teinte de la couleur du deuil. Et l’atmosphère glacée se fait plus étouffante.
Au cœur de la Clairière, les bûchers mortuaires brûlent et signent déjà la fin d’un monde.

Capitale du Nord 1. Citadins de demain

Claire Duvivier

Éditions Aux Forges de Vulcain, oct 2021, 365 p., 20 €

Mes lectures Aux Forges de Vulcain

4e de couv. :

Amalia Van Esqwill est une jeune aristocrate de Dehaven, issue d’une puissante famille : son père possède une compagnie commerciale et sa mère tient un siège au Haut Conseil. Progressistes, ils lui ont offert, à elle et à d’autres enfants de la Citadelle, une instruction basée sur les sciences et les humanités. Jusqu’au jour où le fiancé d’Amalia se met en tête de reproduire un sortilège ancien dont il a appris l’existence dans un livre.
Au moment précis où la tension accumulée dans les Faubourgs explose et où une guerre semble prête à éclater dans les colonies d’outre-mer, la magie refait son apparition dans la ville si rationnelle de Dehaven. Et malgré toute son éducation, Amalia ne pourra rien pour empêcher le sort de frapper sa famille et ses amis. Deuxième roman de Claire Duvivier, Citadins de demain est le premier volume de la trilogie Capitale du Nord.

Mes impressions de lecture :

J’attendais avec impatience ce roman, d’une part parce que j’avais eu un coup de cœur pour son premier roman « Un long voyage », d’autre part parce qu’il fait partie d’un vaste projet ambitieux. Deux auteurs, deux trilogies fantasy « La Tour de Garde » qui vont s’entremêler. Je vous ai déjà  parlé de «Capitale du Sud. Tome 1 Le sang de la cité»  de Guillaume Chamanadjian. Deux écritures différentes qui sont liées aux situations géographiques.

Deux cités maritimes avec relations commerciales. Deux cités en pleine expansion, entre passé et futur. Avec des liens mystérieux…

Le titre de ce roman résume assez bien le sujet. La première moitié du livre est très centrée sur cette éducation et les liens qui les unissent ces jeunes. L’ambiance m’a fait penser au « Miniaturiste » de Jesse Burton mais le sujet est autre.  Le lecteur est averti sur le fait qu’on lui raconte la fin d’un projet. Mais avant d’y arriver, la narratrice « Amalia » va nous expliquer le contexte social, politique et historique de sa caste puis de la Cité. On est au moment clé où les « héros » vont sortir de l’adolescence pour devenir adultes. On retrouve bien des sujets qui font partis de la ligne éditoriale des Éditions Aux Forges de Vulcain.

Claire Duvivier a su créer avec l’emploi du passé simple dans certains dialogues associé au vouvoiement une distance sociale. On sait lorsque les nobles sont entre eux, jeunes ou moins jeunes.

On a quelques éléments qui  font référence à la Capitale du Sud mais ce n’est que vers la moitié du roman que tout bascule et que l’on commence à vraiment voir les effets miroirs et certains mystères évoqués dans l’autre trilogie.

On retrouve aussi  le sujet concernant le « sang » et tous les questionnements sur les dirigeants sur l’avenir. La famille est aussi une thématique très importante. Les vieilles familles, leurs secrets et leurs rivalités.

La jeunesse et les amitiés qui se forgent pour affronter les tourmentes à venir.

La place des femmes est très importante. C’est un aspect qui est lié au fait que ce soit une ville du Nord.

J’ai beaucoup aimé l’accélération des évènements à parti du moment où la magie fait son apparition, entre autres choses… mais chut !

Je m’arrête là et c’est avec impatience que j’attends la suite.

J’adore le jeu de lumières entre les couvertures de Capitale du Nord et Capitale du Sud.

Je remercie les  Éditions Aux Forges de Vulcain de leur confiance.

La Monture

Carol Emshwiller

Éditions Argyll, octobre 2021, 216 p., 19,90 €

Mes Lectures Argyll

4e de couv. :

Charley est un humain, mais Charley est surtout un animal apprivoisé.
Sur une Terre devenue leur monde d’accueil, les Hoots, des extraterrestres herbivores, ont transformé les humains en montures. Charley, jeune garçon sélectionné pour ses mensurations et ses capacités reproductives, est destiné à devenir l’une d’entre elles ; mieux encore, il est entraîné quotidiennement car promis à un futur dirigeant hoot, celui qu’il appelle Petit-Maître.
Cependant, sa rencontre avec Heron, son père libre et réfugié dans les montagnes, va chambouler son être, ses certitudes, sa destinée.

Mes impressions de lecture :

Je découvre avec les éditions Argyll des grands noms de la science fiction, les articles sur leur site sont très instructifs. Au-delà du texte on a un bel accompagnement. C’est ainsi que j’ai eu envie de découvrir ce roman.

Ce roman est un choc. On va découvrir un univers singulier. Des extra terrestres on asservi certains hommes pour s’en servir comme monture. Ils ont les mots pour convaincre pour endoctriner ou pour oppresser  les Seattle et les Tennessees. Le premier chapitre donne la voix à l’un de ces Hoots pour nous montrer leur façon de faire. Puis, le chapitre suivant c’est un Tennessee qui a la parole.  On se dit alors qu’on va être dans un système binaire avec  l’un qui a tort et l’autre raison, selon que l’on soit dans un camp ou dans l’autre. Puis vient la troisième voix et du coup la troisième voie : un adolescent (monture) et un jeune Hoot.

On a donc un roman avec des aspects  politiques et philosophiques. A travers des faits concrets et des  situations sur le terrain on va avoir des discussions par exemple autour de la notion de liberté, de choix de conditions sociales, d’appartenance à une communauté et à la défense des droits fondamentaux, la famille etc.

La révolte et la violence vont venir bouleverser la vie toute tracée de Charley et de Petit Maître. Charley est né en captivité. Pour lui le contrat qui lie la monture qu’il est à son hôte est gage d’une vie civilisée, avec une évolution de carrière. Cela ne vous rappelle rien ?  D’autant qu’il porte un futur dirigeant. Il a un toit, des vêtements, de la nourriture et une vie bien réglée.

Avec ces deux jeunes personnages le roman prend un tour initiatique. Une certaine intimité s’est crée et leur relation « maître-esclave » va se transformer en amitié. L’un va aider l’autre et vice versa, ils ne peuvent compter que l’un sur l’autre. J’ai aimé suivre ces deux personnages en particulier car Carol Emshwiller a su nous montrer les questionnements et les conflits intérieurs de ce jeune adolescent. Charley était en révolte contre son géniteur par envers la société. Charley va devoir grandir d’un coup, faire des choix et faire un apprentissage de la vie sauvage.

Héron est peut-être fort et un héros pour les montures libérées mais pas pour son fils. Il y a trop de violence et de non-dits.  Et puis, il y a la mère absente, la quête de la mère pour Charley.

Dans le camp des révoltés, des libérés tout n’est pas aussi simple qu’on pourrait croire. Il n’y a pas qu’une seule façon de penser.

J’ai beaucoup aimé ce roman pour tous les sujets traités, pour tous les questionnements qu’il a provoqué en moi.  Il est beaucoup question d’empathie. Le conditionnement, la rhétorique employée est transposable à tant d’autres situations.

Les personnages sont tous un mélange de fragilité et de force vu de l’extérieur on est encore plus partagés que ne le sont les protagonistes. Un roman qui nous emporte dans des quêtes personnelles et  universelles. On passe de l’individu au groupe et des individus aux groupes. À chacun ses rêves.

Ce roman se compose d’émotions fortes, d’actions et de réactions qui ne laissent pas indifférents. J’ai été troublée par l’association des humains avec l’image animale, la notion de sauvage et de civilisé.

Je remercie les Éditions Argyll de leur confiance et cette belle découverte.

Le mois de Morgan of Glencoe (6-7- bilan)

Chers lecteurs,

Je n’ai pas vu passé le mois entre les lectures des deux premiers tomes de la dernière geste et les sept pages d’interviews.

Si vous n’avez pas pu suivre ce mois d’ interview participatives de Morgan of Glencoe sur Book en stock, voici les liens vers les différentes pages.

Je vous souhaite une belle découverte si ce n’est pas encore fait.

Bilan

Interview 7

Interview 6

Interview 5

Interview 4

Interview 3

Interview 2

Interview 1

Bibliographie

sur ce blog chronique de « La dernière este. Premier chant : Dans l’ombre de Paris »

4e de couv. :

Depuis des siècles, les humains traitent les fées, dont ils redoutent les pouvoirs, comme des animaux dangereux.
Lorsque la princesse Yuri reçoit une lettre de son père lui enjoignant de quitter le Japon pour le rejoindre, elle s’empresse d’obéir. Mais à son arrivée, elle découvre avec stupeur qu’elle a été promise à l’héritier du trône de France ! Dès lors, sa vie semble toute tracée… jusqu’à ce qu’une femme lui propose un choix : rester et devenir ce que la société attend d’elle ou partir avec cette seule promesse : « on vous trouvera, et on vous aidera. »
Et si ce « on » était la dernière personne que Yuri pouvait imaginer ?

Lecture en cours….

4e de couv. :

Alors que la nouvelle se répand en Keltia, Yuri, ramenée de force à l’ambassade du Japon, est déterminée à reprendre sa liberté malgré tout. Mais comment fuir, et où trouver refuge ? Seul le Rail semble désormais capable de lui donner asile…

Le tome 3 est sorti en octobre mais je ne l’ai pas encore… Wish list !

La dernière geste deuxième chant L’héritage du rail

Morgan of Glencoe

Éditions Actusf, coll Naos, 2020, 480 p. , 17,90 €.

Partenariat Book en Stock /Éditions Actusf

4e de couv. :

Alors que la nouvelle se répand en Keltia, Yuri, ramenée de force à l’ambassade du Japon, est déterminée à reprendre sa liberté malgré tout. Mais comment fuir, et où trouver refuge ? Seul le Rail semble désormais capable de lui donner asile…

Mes impressions de lecture :

J’ai eu la chance d’avoir ce deuxième tome pour enchaîner après la terrible fin du premier chant. Le fait de lire les deux romans à la suite m’a permis de me plonger encore plus profondément dans cet univers… bien sûr maintenant que j’ai fini il me faudrait la suite…

Ce qui m’a marqué sans ce tome c’est la notion de changement et de métamorphose. Vous me direz qu’elle fait partie intégrante de cette histoire mais le lecteur a parfois comme cela des sujets qui  prennent le dessus. Donc changement de monde, d’époque la nouvelle génération qui prend plus de pouvoir. Il ya bien sûr les modifications du corps pour certaines créature, ou modification d’état de conscience. C’est peut être aussi de voire Yuri se rebeller face à son éducation. Les quatre semaines passées dans les égouts, ce qu’elle a découvert et ce qu’elle a connu tout cela va avoir des conséquences sur la suite des aventures. Il ya bien d’autres changements que je ne vais pas vous dévoiler !

On s’attache de plus en plus à certains personnages en partie à cause des évolutions. Ils ont en eux cet  élan pour aller de l’avant et affronter les épreuves. Les liens entre eux se font plus resserrés.

Les thématiques sur la filiation est très présente dans cette « geste », transmission ou révolte c’est selon. Il y est surtout question de famille choisie par affinités. Et comme l’indique le titre il y a l’héritage, et la notion de passation.

L’action tiens toujours une grande place dans cet épisode et les rebondissements tiennent le lecteur en haleine. Il y a aussi une dose d’humour pour alléger les tensions dramatiques.

Encore une belle lecture très prenante et palpitante.

Je remercie Dup et Phooka, Morgan of Glencoe et les  Éditions Actusf de cette découverte.

NB : les interviews participatives continuent sur Book en Stock jusqu’à la fin du mois.

Le mois de… Morgan of Glencoe (5)

Chers lecteurs,

Le mois avance et la découverte de l’univers de Morgan of Glencoe aussi. C’est toujours très intéressant d’aller plus loin qu’une simple interview, le lecteur peu exprimer son opinion et avoir un retour de l’autrice.

Venez donc découvrir les interview participatives de Morgan of Glencoe sur Book en stock.

Je suis dans la lecture du tome 2 de la dernière Geste. C’est toujours aussi prenant.

Et vous avez-vous passé le pas ?

Interview 5

Interview 4

Interview 3

Interview 2

Interview 1

Bibliographie

sur ce blog chronique de « La dernière este. Premier chant : Dans l’ombre de Paris »

4e de couv. :

Depuis des siècles, les humains traitent les fées, dont ils redoutent les pouvoirs, comme des animaux dangereux.
Lorsque la princesse Yuri reçoit une lettre de son père lui enjoignant de quitter le Japon pour le rejoindre, elle s’empresse d’obéir. Mais à son arrivée, elle découvre avec stupeur qu’elle a été promise à l’héritier du trône de France ! Dès lors, sa vie semble toute tracée… jusqu’à ce qu’une femme lui propose un choix : rester et devenir ce que la société attend d’elle ou partir avec cette seule promesse : « on vous trouvera, et on vous aidera. »
Et si ce « on » était la dernière personne que Yuri pouvait imaginer ?

Lecture en cours….

4e de couv. :

Alors que la nouvelle se répand en Keltia, Yuri, ramenée de force à l’ambassade du Japon, est déterminée à reprendre sa liberté malgré tout. Mais comment fuir, et où trouver refuge ? Seul le Rail semble désormais capable de lui donner asile…

Le tome 3 est sorti en octobre mais je ne l’ai pas encore… Wish list !

La dernière geste, premier chant. Dans l’ombre de Paris

Morgan of Glencoe

ActuSF, Naos,  2019, 450 p.

Lu dans le cadre du mois de…

4e de couv. :

« Depuis des siècles, les humains traitent les fées, dont ils redoutent les pouvoirs, comme des animaux dangereux.
Lorsque la princesse Yuri reçoit une lettre de son père lui enjoignant de quitter le Japon pour le rejoindre, elle s’empresse d’obéir. Mais à son arrivée, elle découvre avec stupeur qu’elle a été promise à l’héritier du trône de France ! Dès lors, sa vie semble toute tracée… jusqu’à ce qu’une femme lui propose un choix : rester et devenir ce que la société attend d’elle ou partir avec cette seule promesse : « on vous trouvera, et on vous aidera. »
Et si ce « on » était la dernière personne que Yuri pouvait imaginer ? »

Mes impressions de lecture :

J’ai acheté ce tome 1 car j’ai reçu le tome 2 en partenariat pour le mois de… Morgan of Glencoe.

Tout d’abord un mot pour l’écrin de ce texte, la couverture de ce roman (et des trois tomes déjà parus de cette pentalogie), est  magnifique. Cette princesse de dos intrigue. Que regard elle ? Son destin ? Ou ce qui l’entoure ou des mondes « imaginaires ».

La première scène est un combat dans une arène. Une vision futuriste d’un combat de Gladiateur. C’est un moment fondateur pour cette jeune fille d’un ambassadeur du Japon à Paris.

J’ai eu un peu de mal à passer de cette première scène au chapitre suivant, mais le moment de flottement n’a duré que quelques pages.

Ce roman nous montre des personnages au destin tout tracé par les autres mais dès que les protagonistes peuvent prendre leur vie en main cela part en free style.

Nous avons l’image du chemin de fer, donc un rail tout tracé, duquel il ne faut pas sortir au risque de se perdre. … Puis vient le décor des égouts  là aussi on a un chemin tracé mais avec des issues et des chemins de traverses. On a aussi l’idée de l’extérieur et du souterrain. Mais on va vite se rendre compte que c’est notions là sont surfaites avec la magie et autres sphères.

J’ai pris plaisir à suivre la thématique aquatique qui va jouer un rôle dès la première scène.

La thématique autour des animaux, noms, créatures et comportement tient une place importante.

Les combats et l’action ont une grande place dans ce roman. Cela donne à la narration un rythme parfois effréné qui emporte les personnages et le lecteur.

Ce mélange de Paris sous Louis-Philippe revisité et de temps futurs nous entraine dans un univers que l’on croit reconnaître  et dans lequel notre imagination peu vagabonder au grès des inventions de l’autrice.

Les chapitres sont composés de plusieurs scènes ce qui crée une image d’ensemble et permet des pauses de lecture.

La place de la musique est importante dans la narration, l’autrice est musicienne et elle joue de la harpe ce qui donne à ses explications sur la puissance magique de la musique une base réelle très prenante.

Voilà j’ai terminé ce roman sur cette  longue scène dramatique, violente, puissante et émouvante intense… je vais enchaîner avec le deuxième tome…. Il y a deux pages du prochain tome en fin de volume pour vous mettre l’eau à la bouche.

Je remercie Dup et Phooka de m’avoir incitée à découvrir cette autrice.

Le mois de… Morgane of Glencoe (3-4)

Chers lecteurs,

Les jours passent et Morgan of Glencoe répond aux questions des lecteurs. Chaque détail donne un plus à la lecture.

Venez donc découvrir un peu l’univers de Morgan of Glencoe sur Book en stock

A bientôt pour ma chronique du Tome 1 !

Interview 4

Interview 3

Interview 2

Interview 1

Bibliographie

Pour ma part, je suis en train de lire :

4e de couv. :

Depuis des siècles, les humains traitent les fées, dont ils redoutent les pouvoirs, comme des animaux dangereux.
Lorsque la princesse Yuri reçoit une lettre de son père lui enjoignant de quitter le Japon pour le rejoindre, elle s’empresse d’obéir. Mais à son arrivée, elle découvre avec stupeur qu’elle a été promise à l’héritier du trône de France ! Dès lors, sa vie semble toute tracée… jusqu’à ce qu’une femme lui propose un choix : rester et devenir ce que la société attend d’elle ou partir avec cette seule promesse : « on vous trouvera, et on vous aidera. »
Et si ce « on » était la dernière personne que Yuri pouvait imaginer ?

Puis ….

4e de couv. :

Alors que la nouvelle se répand en Keltia, Yuri, ramenée de force à l’ambassade du Japon, est déterminée à reprendre sa liberté malgré tout. Mais comment fuir, et où trouver refuge ? Seul le Rail semble désormais capable de lui donner asile…

Le tome 3 est sorti en octobre mais je ne l’ai pas encore… Wish list !

Le mois de…. Morgan of Glencoe (1-2)

Chers lecteurs,

Novembre a débuté depuis 4 jours et nous avons déjà de pages d’interviews participatives sur Book en Stock.

Eh oui ! j’ai succombé à la tentation et je participe encore à ce mois de discussions autour d’une autrice de la littérature de l’imaginaire. Ces interviews participatives sur un mois nous laissent le temps de parler de certains aspects de l’univers créé par l’autrice. Venez donc découvrir Morgan of Glencoe sur Book en stock

Ce mois-ci les vénérables nous font découvrir une jeune autrice qui a déjà quelques livres à son actif.

Interview 2

Interview 1

Bibliographie

Pour ma part, je suis en train de lire :

4e de couv. :

Depuis des siècles, les humains traitent les fées, dont ils redoutent les pouvoirs, comme des animaux dangereux.
Lorsque la princesse Yuri reçoit une lettre de son père lui enjoignant de quitter le Japon pour le rejoindre, elle s’empresse d’obéir. Mais à son arrivée, elle découvre avec stupeur qu’elle a été promise à l’héritier du trône de France ! Dès lors, sa vie semble toute tracée… jusqu’à ce qu’une femme lui propose un choix : rester et devenir ce que la société attend d’elle ou partir avec cette seule promesse : « on vous trouvera, et on vous aidera. »
Et si ce « on » était la dernière personne que Yuri pouvait imaginer ?

Puis ….

4e de couv. :

Alors que la nouvelle se répand en Keltia, Yuri, ramenée de force à l’ambassade du Japon, est déterminée à reprendre sa liberté malgré tout. Mais comment fuir, et où trouver refuge ? Seul le Rail semble désormais capable de lui donner asile…

Le tome 3 est sorti en octobre mais je ne l’ai pas encore… Wish list !