Qui a démonté la Tour Eiffel

enquêtes de Nino

Claudine Aubrun

Éditions Syros, Coll Mini Syros,  mars 2017, 48 p., 3,50 €

Temporaire : https://fr.calameo.com/subscriptions/6246250

 Chronique Jeunesse du Mercredi

4e de couv. :

Un monument aussi visité que la Tour Eiffel, c’est l’endroit rêvé pour passer inaperçu et dissimuler quelque chose… sauf si Nino est dans les parages !

Nino est chargé de faire découvrir Paris à sa cousine québécoise, Rosalie. Pour elle, « Ce qui s’rait le fun, c’est de visiter la tour Eiffel » ! Notre enquêteur en herbe ne se doute pas qu’un secret l’attend au milieu des 1665 marches du célèbre monument.

Ma chronique :

Si vous suivez mon blog vous avez vu que j’adorais la série des enquêtes de Nino que j’ai eu la chance de lire grâce à mes partenariats ou à la médiathèque. Il se trouve que j’en avais raté une jusqu’à aujourd’hui.

Nous sommes en plein confinement et certaines maisons d’éditions, dont les Éditions Syros, offrent la lecture en numérique de certains ouvrages. Je ne suis guère concernée puisque je ne lis pas en numérique, à une exception près ! J’ai donc lu hier soir « Qui a démonté la Tour Eiffel ? ». C’est un roman court avec peu de lignes par pages alors mes yeux n’ont pas piqué en lisant sur mon smartphone. Je me suis régalée car cela faisait un petit moment que je n’en avais pas lu. Ce soir j’ai 8-10 ans. Ceci étant dit venons-en au texte.

Dans cette histoire on retrouve notre jeune parisien qui à droit de sortir avec une jeune adulte. Sa cousine venue du Québec. Voilà un nouveau personnage, une jeune étudiante dans une école d’ingénieur, avec son langage bien si particulier. Ces deux éléments vont jouer un rôle.

L’une des particularités de cette série d’enquête c’est de mêler des éléments culturels ou historiques ou artistiques à un mystère. Nino met en évidence un fait, parfois il est l’élément déclencheur, parfois il est juste témoin et sa curiosité fait le reste.

Nous aurons ici des informations sur la Tour Eiffel depuis sa construction, en tant que future ingénieure Rosalie va nous donner des explications, le père de Nino aussi nous apprendra des choses.

Vous l’aurez deviné avec le titre le mystère va avoir comme épicentre la fameuse Tour. Mais je ne vous en dirai pas plus sur le sujet sinon que ce n’est que l’esprit aiguisé de Nino qui va faire le lien entre plusieurs éléments. Il se sert de ces expériences vécues. Sa ténacité fera le reste.

Dans cette série ce que j’aime bien aussi c’est la partie qui concerne la famille et le petit Nino. La communication et les discussions.

J’ai hâte de découvrir la prochaine !

Qui en parle ?

Jangelis

Sur ce blog :

qui a volé la main
qui veut débarbouiller
qui a fouillé chez les wisigoths

 

qui a cassé le miroir
qui a volé l'assiette
qui a découvert dame licorne

      

Article précédemment publié sur Canalblog

Qui a découvert la Dame à la Licorne ?

Les enquêtes de Nino

Claudine Aubrun

Éditions Syros, coll. Polar Mini Syros, 29 août 2019, 47 p.,

Mes lectures Syros

Challenge 1 % rentrée littéraire 2019

Chronique jeunesse du mercredi

4e de couv. :

La nouvelle enquête de Nino, en partenariat avec le feuilleton des Incos. Humour, polar et histoire de l’art !

Incroyable, on aurait découvert deux nouvelles tapisseries de La Dame à la licorne ! Comment ces chefs-d’œuvre du Moyen Âge ont-ils pu rester cachés si longtemps ? Et s’il s’agissait d’une arnaque ? Avec Eugénie, la nouvelle de la classe, Nino va tenter de démêler le vrai du faux…

Ma chronique :

Les enquêtes de Nino portent toujours sur une œuvre d’art ou un période historique. L’histoire se passe aujourd’hui mais le mystère touche aux fameuses tapisseries de la Dame à la Licorne. Je ne me souvenais pas que les 6 toiles existantes représentent les cinq sens et un 6 ième qui fait encore couler de l’encre.

Comme pour le roman d’Eric Simard « L’enserpent », « qui a découvert la Dame à la Licorne ? » a été écrit en collaboration avec 10 groupes de CM1 dans le cadre du feuilleton des INCOS. Claudine  Aubrun nous fait part, en fin de volume de son expérience d’écriture interactive. C’est une aventure très enrichissante pour es élèves qui ne verrons pas les livres de la même façon.

Dans cet épisode Nino va devoir faire équipe avec une fille aussi brillante que lui et qui a un esprit d’initiative très développé. Ce qui va donner lieu à quelques frayeurs.

J’ai bien rit de voir le pauvre Nino se faire doubler par Eugénie, ce qui l’agace prodigieusement. Vont-ils arriver à s’entendre ? Leur esprit de déduction sont-ils complémentaires ?

Vont- ils révéler une tentative d’escroquerie et la faire capoter ? Les adultes vont-ils les croire ?

Nous sommes dans le cadre d’une classe verte dont Nino est dans un environnement qui ne lui est pas familier, il ne peut compter que sur lui-même …

J’ai encore pris plaisir à le lire… et mon fiston aussi…

Je remercie les Éditions Syros de leur confiance.

RL19

Qui en parle ?

Jangelis

enserpent

« L’enserpent  » Eric Simard à aussi fait l’objet du feuilleton des Incos.

Article précédemment publié sur Canalblog

Qui a fouillé chez les Wisigoths ?

Claudine Aubrun

Éditions Syros, 2015, 45 p., 36 p., 3,50 €

Dans ma Médiathèque il y a…

4e de couv. :

Après Qui a volé la main de Charles Perrault ? Et Qui veut débarbouiller Picasso ?, le jeune Nino devient archéologue pour sa 3e enquête !

En vacances chez ses grands-parents, Nino est embauché comme stagiaire par une jeune archéologue, qui fouille une nécropole du Ve siècle. Un cimetière rempli de Wisigoths et de Mérovingiens ! Dans l’une des tombes, Nino repère un petit objet métallique qui dépasse…

Ma chronique :

J’aime beaucoup cette série, mais  n’avais pas lu cette histoire. Lorsque je l’ai vu à la médiathèque, je n’ai pas hésité à l’emprunter et  je vais compléter ma série de chroniques.

Cette fois-ci, Nino va chez ses grands-parents du Sud-Ouest. On est à la campagne, l’autre mamie est à Paris (voir «Qui a cassé le miroir du Roi-Soleil »).

Nino réalise qu’il a grandi et que les activités que lui proposait sa « Mamé » l’été dernier ne l’intéressent plus vraiment. C’est intéressant de voir la notion de temps chez l’enfant, d’autant plus quand on lit la série dans l’ordre.

Bien entendu sa grand-mère est attentive et elle s’en rend compte, elle a eu d’autres petits enfants avant lui ! Elle va lui trouver une nouvelle activité qui devrait l’intéresser. Elle va lui trouver une nouvelle activité qui correspond à son caractère. Il va aller sur un chantier de fouille avec Léontine une jeune étudiante.

Il va se passer des choses pendant la nuit…

Nino et Lenni vont devoir enquêter.

Il  va faire appel à son sens de l’observation,  de la déduction, échafaude des hypothèses et vérifie ses soupçons. Ne pas se fier aux apparences, quant aux premières impressions…

Et l’affaire est résolue !

Une nouvelle enquête s’achève et je prends toujours autant de plaisir à lire ses histoires où se mêle culture et mystère. Mon fils accroche bien en ce moment.

Connaissez-vous cette série ?

Je n’ai pas lu :

qui a démonté la tour eiffel

Qui en parle ?

Jangelis

Sur ce blog :

qui a volé la main
qui veut débarbouiller

 

qui a volé l'assiette
qui a cassé le miroir

Qui en Parle ?

Jangelis

Article précédemment publié sur Canalblog

Qui a cassé le miroir du Roi-Soleil ?

Les enquêtes de Nino

Claudine Aubrun

Éditions Syros, fév. 2018, 48 p., 3,50€

Mes lectures Syros

4e de couv. :

Le nouveau terrain d’enquête de Nino ? Rien de moins que la prestigieuse demeure du Roi-Soleil, Versailles.

Ce matin-là, Nino et sa mamy Sylvette sont parmi les premiers visiteurs à pénétrer dans le château de Versailles. Vite, direction la célèbre galerie des Glaces que tout le monde veut voir ! Mais dans ce somptueux décor, une jeune gardienne est au bord des larmes : quelqu’un aurait abîmé un des miroirs…

Mon billet :

Quel plaisir de retrouver une enquête de Nino. J’aime cet alliance entre culture, histoire et enquête amateur.

Notre héros se retrouve malgré lui en mauvaise posture.  Alors qu’il faisait une simple visite dans la Galerie des Glaces avec sa grand-mère.

J’aime le rôle de  Grand-mère Sylvette, elle partage une innocente sortie avec son petit-fils. Elle ne se rend compte de rien, ce qui met encore plus en avant le jeune héros. Alors que l’esprit d’observation de Nino le conduit à voir ce qu’il n’aurait pas dû. Par contre elle n’hésite pas à venir en aide  aux personnes en difficultés. Elle est la justice incarnée !

Il y a un crescendo dans le danger encouru par nos héros.

L’histoire se déroule entre Versailles et Paris, dans des lieux facilement identifiables et au fort potentiel historique,  lié au crime.

C’est un texte assez court d’une quarantaine de pages ce qui est abordable dès le CE2. J’aime beaucoup cette série et cette collection, car les histoires sont rondement menées, elles sont bien construite pour que les jeunes lecteurs puisse vivre l’aventure avec un héros de presque leur âge. Ils vont  le voir vivre des sensations fortes tout en obtenant  des réponses logiques à la fin.

Les phrases sont au présent,  elles sont courte lorsqu’il s’agit d’action et plus longues pour les descriptions, cela donne du rythme à l’histoire, ajoutez à cela des dialogues qui font progresser l’enquête. Toutes ses  variations   donnent plus ou moins d’intensité au côté dramatique des événements. Les plages plus calmes permettent de

Les détails et les précisions donnent des indices qui attisent la curiosité des lecteurs attentifs.

C’est le genre d’histoire qui peut plaire aux lecteurs « terre à terre » car c’est concret et il y a de l’action, quand aux rêveurs et lecteurs imaginatifs ils vont pouvoir se faire des « films » et partir dans des hypothèses plus ou moins farfelues.

Je remercie les Editions Syros pour leur confiance et  c’est avec impatience que j’attends une nouvelle aventure de Nino.

Qui en parle ?

Jangélis

Sur ce blog vous trouverez aussi :

qui a volé la main
qui a volé l'assiette
qui veut débarbouiller

Article précédemment publié sur Canalblog

Qui a volé l’assiette de François 1er ?

Les Enquêtes de Nino

Claudine Aubrun

Syros, coll. Mini Syros, 48 p., 3€

9782748520514

Mes Lectures Syros

4e de couv. :

Tante Alice est d’humeur généreuse. Elle offre aux parents de Nino tous les objets dont elle ne veut plus, soit 18 caisses remplies à ras bord ! Nino et son papa s’inscrivent aussitôt à la brocante. Mais dans le bric-à-brac de tantine, une drôle d’assiette va attirer la convoitise d’un acheteur…

Ma Chronique :

Quel joie de retrouver le petit Nino que nous (mon fils et moi) avions découvert dans deux autres aventures !

Nino est encore une fois malgré lui au cœur d’un mystère qui touche à l’art. A croire qu’il attire les énigmes.

Ce roman court peut être lu dès le CE1, mon fils en CE2 en lis en classe. L’âge du personnage n’est pas précisé dans celui-ci mais il a 9-10 ans.

J’aime beaucoup l’univers mis en place par Claudine Aubrun. Une famille avec les deux parents qui travaillent et deux jumelles jeune ados autonomes et le petit dernier qui essai de s’émanciper. Nino un petit curieux à l’affût de la moindre occasion de montrer qu’il est grand. Les interactions entre les membres de la famille permettent au lecteur de s’identifier.

Il va découvrir un secret de famille qui expliquerait peut-être que sa famille soit attirée par l’art… mais je n’en dirais pas plus.

Ce qui me plait aussi dans le côté vie quotidienne ce sont les déplacements de l’enfant. Par exemple ici une partie de l’histoire se passe entre l’école et sa maison. Que faire si on voit un adulte qui nous effraie… Ne pas faire le chemin seul, ce rapprocher de groupes qui vont dans la même direction, demander à un adulte que l’on connaît. Ne pas hésiter à retourner vers l’école et demander de l’aide… Comme c’est l’enfant qui le dit ce n’est pas comme une leçon de morale.

Enfin un roman que mon fils a pu lire seul … Ce n’est pas un grand lecteur il se contente de paragraphes ou de pages, là il a eu la satisfaction de lire du début à la fin de l’histoire…

Je remercie les éditions Syros pour leur confiance.

qui a volé la main
qui veut débarbouiller

Qui en parles ?

Jangelis

Article précédemment publié sur Canalblog

Qui veut débarbouiller Picasso ?

Les enquêtes de Nino

Claudine Aubrun

Éditions Syros, coll. Mini Syros, 2014, 45 p., 3€

9782748514858

Mes lectures Syros

4e de couv. :

Grosse frayeur au musée Picasso : Le gobeur d’oursins, l’une des toiles du peintre si renommé, a failli être dérobée ! Nino, qui avait visité le musée avec son papa la veille, a sa petite idée… Les tableaux de maîtres cachent parfois de drôles de secrets.

Auteur :

Claudine Aubrun est née dans le Sud-Ouest de la France, dans l’Ariège précisément. Après des études aux Beaux-Arts de Toulouse, elle travaille dans la communication et l’édition de livres sur le patrimoine historique. Aujourd’hui, elle vit à Paris. Depuis 2000, elle écrit, essentiellement pour la jeunesse, des romans, des nouvelles, des scénarios et anime ateliers d’écriture et rencontres. Ses deux domaines de prédilection sont le roman noir et l’humour. Elle trousse des histoires drôles et jubilatoires aux touches grinçantes et fait pointer l’espoir dans des romans sombres qu’elle assaisonne d’une bonne dose d’humanité. Auteur de la série « Les aventures d’Emma la poule », histoires désopilantes d’une poule dans un poulailler déjanté, Claudine Aubrun a publié plusieurs policiers pour la jeunesse et un épisode du Poulpe.

Ma Chronique :

J’ai découvert la collection, Polar Mini Syros, en lisant la première enquête de  Nino : « Qui a volé la main de Charles Perrault ? » une petite intrigue bien sympathique qui se déroulait à Paris en hiver.

Dans ce nouvel épisode, nous retrouvons notre jeune héros mais pendant les vacances d’été. Il a 9 ans, 8 mois et 12 jours, à cet âge il faut être précis lors qu’on va demander une autorisation de sortie tout seul !

La petite famille est au complet en vacances au bord de la mer. On découvre le papa et ses excuses vaseuses pour éviter la plage. J’ai trouvé ça très drôle parce que je serais capable de sortir une telle excuse ! On a le clan des filles qui se détendent en grillant au soleil pour profiter au maximum de la place et les garçons qui préfèrent partir en exploration. C’est vrai quoi, il n’y a pas que la page à Antibes, il y a aussi des musées et des marchands de glace ! un joli moment père-fils.

On retrouve le concept utilisé par Claudine Aubrun, partir d’un fait réel et créer une intrigue autour.

Un petit tour sur Internet a été nécessaire pour que mon diablotin de 7 ans visualise la radiographie de l’œuvre et le tableau de Picasso, le musée d’Antibes est un peu loin pour aller voir ça de plus près.

Nino va avoir le fin mot de l’histoire …

 Première Enquête :

qui a volé la main

Troisième enquête :

qui veut

sortie mars 2015

mais je ne l’ai pas !

Qui en parle ?

Jangelis

Article précédemment publié sur Canalblog

Qui a volé la main de Charles Perrault ?

Les enquêtes de Nino

Claudine Aubrun

Éditions Syros, coll. Mini Syros, mars 2011, 45 p., 3 €

9782748511215

Mes lectures Syros

4e de couv. :

Au jardin des Tuileries, la main d’une des statues du monument dédié à Charles Perrault ne cesse de disparaître… Nino, qui a le bras dans le plâtre, mène l’enquête. En voudrait-on au célèbre écrivain ?

Auteur :

Claudine Aubrun est née dans le Sud-Ouest de la France, dans l’Ariège précisément. Après des études aux Beaux-Arts de Toulouse, elle travaille dans la communication et l’édition de livres sur le patrimoine historique. Aujourd’hui, elle vit à Paris. Depuis 2000, elle écrit, essentiellement pour la jeunesse, des romans, des nouvelles, des scénarios et anime ateliers d’écriture et rencontres. Ses deux domaines de prédilection sont le roman noir et l’humour. Elle trousse des histoires drôles et jubilatoires aux touches grinçantes et fait pointer l’espoir dans des romans sombres qu’elle assaisonne d’une bonne dose d’humanité. Auteur de la série « Les aventures d’Emma la poule », histoires désopilantes d’une poule dans un poulailler déjanté, Claudine Aubrun a publié plusieurs policiers pour la jeunesse et un épisode du Poulpe.

Ma Chronique :

Je viens de découvrir la collection Polar Mini Syros des Éditions Syros. Des romans courts d’une quarantaine de pages avec une vraie intrigue pour de jeunes lecteurs en herbe (à partir de 8 ans)à un prix très attractif.

Claudine Aubrun part d’une œuvre d’art avec une particularité et construit une intrigue qui est en relation avec cette spécificité. Les bandits ne sont pas des voyous et le garçon frôle le danger mais s’en sort.

Voici donc la première enquête de Nino.

L’histoire se déroule à Paris  au Jardin des Tuileries, où l’on peut admirer la statue qui est au cœur de l’intrigue. L’auteur conclue son histoire avec les faits réels vérifiables.

Nino a 9 ans et son bras cassé l’empêche de jouer avec ses sœurs jumelles plus âgées que lui, donc il observe et discute avec le restaurateur de la statue et le gardien du parc.

Nino qui s’ennuie va bien entendu résoudre le mystère sans besoin de l’intervention de la police.

Il n’y a pas que du béton à Paris, il y a aussi des parcs et des gens qui se parlent et des amours contrariées.

Prochaine Chronique un autre titre du même auteur :

Deuxième enquête de Nino

qui veut débarbouiller

 Qui en parle ?

Jangelis

Article précédemment publié sur Canalblog