Sorrowland

Rivers Solomon

Trad. Francis de Guévremont

Éditions Aux Forges de Vulcain, 2022, 510 p., 20 €

Mes Lectures aux Forges de Vulcain

4e de cou. :
Vern est enceinte de sept mois et décide de s’échapper de la secte où elle a été élevée. Cachée dans une forêt, elle donne naissance à des jumeaux, et prévoit de les élever loin de l’influence du monde extérieur. Mais, même dans la forêt, Vern reste une proie. Forcée de se battre contre la communauté qui refuse son départ, elle montre une brutalité terrifiante, résultat de changements inexplicables et étranges que son corps traverse. Pour comprendre sa métamorphose et protéger sa petite famille, Vern doit affronter le passé…

Mes impressions de lecture :

J’ai découvert l’écriture de Rivers Solomon avec « Les Abysses » qui m’avait emporté dans son univers aquatique. Lorsque j’ai lu la quatrième de couverture de ce roman je me suis dit qu’après l’élément aquatique nous allions plonger dans la terre. Terre nourricière ou sépulcrale ? Mais rien n’est aussi simple, il y a tant de possibles.

On va suivre les différentes étapes de ce parcours de vie bien singulier. On la voit combattre ses vieux démons. Comment vivre librement lorsqu’on vous a été programmé physiquement et mentalement ?

Quel est ce lieu appelé le Domaine béni pays Caïn ? Au début on voit se dessiner un univers  autour du révérend Sherman où vivent des afro-américains loin du monde corrompu des blancs. On imagine bien le concept à l’américaine, avec toutes sortes d’idées pour maintenir sa communauté sous sa coupe. Cependant, plus on avance, plus Vern soulève des voiles. Plus elle s’enfonce dans la forêt et la terre plus elle se « purifie » plus on découvre la corruption et la maltraitance.

Dans un premier temps on a l’impression qu’elle retourne à la vie primitive, dans le rôle de la mère et ses enfants, où son instinct lui dictera la voie à suivre et plus on découvre des facettes très étranges. Au fur et à mesure que le temps, elle va faire des rencontres qui vont lui permettre de révéler sa véritable nature et les autres façons de voir le monde.

Le roman devient de plus en plus complexe au fur et à mesure que Rivers Solomon développe certaines idées en fonction du rôle de ses personnages. Amitié, amour et soif de liberté, sortir du moule dans lequel la société essai façonner les êtres humains.

Les univers de Rivers Solomons sont vastes et très riches. Bien que très différents pourtant retrouvé des points communs entre « Abysses » et « Sorrowland » comme deux facettes d’un diptyque. Je n’en dis pas plus pour ne pas vous influencer car c’est peut-être moi qui tisse des liens invisibles.

Roman très intéressant qui fait écho à l’actualité tout en jouant avec l’imaginaire et la fiction. J’ai hâte de découvrir son prochain roman pour voir vers quels confins de l’âme humaine Rivers Solomon va nous emmener.

Je vous invite à vous aventurer dans une autre Amérique que celle que l’on nous sert habituellement.

« Sorrowland » est un roman qui demande aux lecteurs de se poser les bonnes questions sur la société que l’on souhaite avoir.

NB : j’ai adoré en particulier les références à Ursula K. Le Guin.

Je remercie les Éditions Aux Forges de Vulcain de leur confiance.

Challenge 15 K #22.Deux papas

#paye ton slip

Challenge VLEEL

Les abysses

Rivers Solomon

Trad. Francis Guévremont

Aux Forges de Vulcain, 2020, 200 p., 18 €

Mes lectures Aux Forges de Vulcain

4e de couv. :

Lors du commerce triangulaire des esclaves, quand une femme tombait enceinte sur un vaisseau négrier, elle était jetée à la mer. Mais en fait, toutes ces femmes ne mourraient pas. Certaines ont survécu, se sont transformées en sirènes et ont oublié cette histoire traumatique. Un jour, l’une d’entre elles, Yetu, va leur rappeler, dans ce roman d’émancipation, magique et réflexif, sur la condition noire et sur l’impossibilité d’une justice, en l’absence de vérité.

Mes impressions de lecture :

Je n’ai pas lu le premier roman de Rivers Solomon « Les incivilités fantômes » publié chez Aux Forges de Vulcain, car il me semblait trop difficile à chroniquer… ce qui ne veut pas dire qu’un jour je ne tenterai pas ! Il est dans ma wish list…

La couverture de ce roman nous plonge immerge immédiatement dans l’histoire de ce peuple issu du trafique d’esclave. Des femmes enceintes et des bébés qui ont muté, des sortes de sirènes. Un peuple qui  s’est crée tout seul par la volonté de certaines survivantes et qui s’est donné comme nom les « wajinrus ». Car pour exister il faut avoir un nom, pour survivre il ne faut pas être seul. La narratrice va comprendre l’importance des mots, du langage, des concepts plus abstraits.

Pour survivre il a fallu faire des concessions. Ces créatures ont mis en place un système de mémoire collective dont quelques porteurs appelés historiens sont les réceptacles. Les autres membres n’ont que qu’une mémoire partielle pour créer un peuple où le présent est  basé sur les bonnes choses. Une fois par an les historiens déversent cette histoire commune et se rajoutent des évènements de l’année.

Cette fable pose beaucoup de questions. Qu’est-ce qui est gardé pour être transmis d’une génération à l’autre ? L’art des historiens de réécrire pour que ce soit facilement compréhensible et transmissible n’est pas sans danger. Que ce passe t-il si un historien disparait ? S’il ne supporte plus le poids de la souffrance de ce lourd passé ? et de là on passe à l’idée de destinée, une fois désigné comme historien c’est à vie… Il faut de l’abnégation, s’efface pour le groupe.

Quel lien reste t-il entre ce peuple des abysses et ceux de la surface, les deux-jambes ? que ce passe t-il lorsque ces deux mondes se croisent ?

J’ai beaucoup aimé tout ce qui touche à la mémoire. Ajoutez à cela mon autre thématique de prédilection « l’eau » : mémoire, temps, régénérescence, naissance et renaissance… et vous avez une lectrice qui plonge dans cette histoire.

La mémoire collective, la mémoire dans les corps, la relation face à la société… cela donne une communauté où la narratrice utilise le « nous » car elle est elle et elle est son peuple. Au début c’est surprenant lorsque apparaît ce nous, mais on a vite compris le sens profond.

Nous avons donc une nouvelle forme de société qui a débuté par des femmes, elles n’ont pas rejeté les hommes, elles ont trouvé une façon de survivre, pour procréer. Elles sont beaucoup dans l’accueil des autres femmes / enfants venus d’en haut.

Pour ce qui est de la constitution d’une société elles n’ont aucune base venue de l’autre monde. On est dans l’idée de collectif, le tout est un et un est le tout. Elles vont mettre leur modèle de société propre.

On va suivre plusieurs « expériences » ce qui va nous permettre de se faire une idée de ce que vivre dans les abysses implique.

Il y a de nombreuses émotions fortes dans ce roman il est question de vie et de mort, de souffrance et de reconstruction, d’identité et de communauté, de force et de faiblesse… Elle ne montre pas une société idéale ou idéalisée, elle regarde les choses en face.

Ce roman parle aussi des différences, de la peur de l’autre, la crainte de l’inconnu… l’angoisse de la solitude. Et d’autres sujets qui nous concerne tous.

Il y a aussi de belles rencontres… et de bons moments…

Je vous laisse maintenant découvrir votre propre interprétation de ce qui est conté et ce qui n’est pas dit car c’est un roman qui fait appel à l’histoire personnelle de chaque lecteur.

Ce n’est pas un roman qui laisse indifférent chacun réagira en fonction de sa sensibilité.

Je remercie les Éditions Aux Forges de Vulcain.de leur confiance.