Aphrodite et vieille dentelle

Karin Brunk. Holmqvist

Éditions Mirobole, 2016, 251 p., 19,50 €

Traduit du suédois par Carine Bruy

Masse Critique/ Babelio / Editions Miroboles

4e de couv. :

Tilda et Elida Svensson, 79 et 72 ans, célibataires, mènent une vie à la routine paisible. Elles font des confitures, vont à l’église et se couchent chaque soir exactement à la même heure. Pas de commodités à l’intérieur de leur maison vétuste : les toilettes sont au fond du jardin, l’eau est à tirer au puits. Tout change à l’arrivée d’un nouveau voisin, Alvar Klemens, ou plutôt de son chat : le félin est pris de frénésie sexuelle en mangeant une des plantes d’Alvar, que celui-ci entretient avec un engrais curieux. Et si elles tenaient avec ce produit l’occasion de s’offrir enfin des W.C. dignes de ce nom ? La révolution est décidée : les deux dames montent un business clandestin d’élixir aphrodisiaque…

Mon Billet :

Encore un petit voyage dans la littérature suédoise…

C’est avec plaisir que je retrouve les éditions Mirobole. Merci à Masse Critique de m’avoir fait découvrir ce roman dont le titre m’intriguait. La quatrième de couverture est assez aguicheuse.

L’histoire commence tout doux avec ses deux sœurs tranquilles qui semblent même plus âgées que leur âge. Leur vie est réglée comme du papier à musique, avec une régularité rassurante. On a parfois l’impression que le temps s’est arrêté.  Elles sont passées à côté de la vie mais sans aucune rancune elles se préparent à glisser vers une mort paisible. Puis des grains de sable viendront gripper cette machine si bien réglée…

Ah ces hommes ! Tilda et Elida qui fonctionnent presque comme des sœurs jumelles ont eu leur vie marquée par leur père… Elles ont laissé leur place à leur frère Rutger qui a pu faire des études et sortir du village…  Puis arrive Alvar… qui sans le faire exprès va contrecarrer les nouveaux projets de Rutger…

Pauvre Rutger approche de la soixantaine et il mène une vie bien rangée. Il n’est pas très heureux, il glisse vers la vieillesse, il se fane. Sa vie a été marquée par les femmes. Sa mère très sage qui est morte relativement jeune, ses sœurs sages qui l’on chouchouté, sa femme « une épouse respectable à son service » et une fille sage… Il arrive à un moment dans sa vie où les femmes semblent échapper à sa volonté…

On va rire des situations dans lesquelles il va se retrouver. Il est attendrissant aussi.

J’ai bien aimé l’histoire et l’humour qui jalonne les aventures de ces deux demoiselles. Mais je m’étais fait une idée plus de « vieille dame indigne » qui découvrirait les émois sexuels…

En fait le plaisir de cette lecture vient de ces descriptions de vie paisibles, de ses villages mourants que les gens de la capitale investissent pour les convertir en  résidences secondaires. Le décalage entre les deux modes de vie et de pensée rentrent en collision et cela donne des scènes cocasses. On aurait pu se croire dans la campagne anglaise avec cette nonchalance et ce monde clos où tout le monde surveille tout les faits et gestes de la petite communauté.

Alvar va venir donner un second souffle à ces vieilles filles en leur redonnant un sens à leur vie. Elles vont se sentir utiles et aimées. Il va s’intéresser à elles et leur vie va avoir un intérêt ! Elles vont d’elles même aller dans des lieux qui leur était inconnu et sortir de leur zone de confort. Elles sont malignes et vont savoir cacher leur jeu, elles sont un côté petites filles espiègles.  Les scènes dans les magasins de vêtements sont amusantes. On rit, mais on sent de la tendresse dans l’écriture de K. B. Holmsqvist.

Il y a des scènes touchantes. Prenez cette histoire de cabinet au fond du jardin, c’est plus qu’un lieu où l’on va se soulager. Il y a tous les souvenirs depuis l’enfance. Faire poser des toilettes dans la maison, c’est toute une démarche de changement de mode de vie. C’est tout un pan d’histoire. J’ai eu l’impression de voir ma grand-mère qui jusqu’à la fin de sa vie c’est lavée dans une bassine dans sa cuisine fermée !

La petite aventure de « l’aphrodisiaque »  va donner lieu à des scènes drôles et cela va ouvrir des horizons nouveaux. C’est un romans avec de bons sentiments et de l’humour.

Je remercie Babelio et les Editions Mirobole pour cette émouvante lecture.

Article publié précédemment sur Canalblog