Badroulboudour

Jean-Baptiste de Froment

Aux Forges de Vulcain, 20 août 21, 212 p, 18 €

RENTRÉE LITTÉRAIRE AUTOMNE 2021

Mes lectures Aux Forges de Vulcain

4e de couv. :

Antoine Galland, universitaire inadapté à la vie moderne, a été quitté par sa femme. Il arrive au Kloub, un club de vacances au bord de la mer, en Egypte. Un jeu mystérieux et peut-être dangereux lui est alors proposé : démasquer Badroulboudour, la femme idéale. Sous la forme d’un conte comique et légèrement kafkaïen, commence un récit d’apprentissage qui fera d’Antoine, bien malgré lui, le principal protagoniste d’une supercherie nationale. A moins qu’il ne s’agisse d’une histoire d’amour dont il est le héros.

Mes impressions de lecture :

J’ai eu le plaisir de le lire pendant mes vacances et donc voyager par procuration. Une chose est sûre je ne fais pas partie des habitués du Kloub !

J’ai appris bien des choses sur les « Mille et une nuit » à commencer par « Badroulboudour » et sur son traducteur en français. J’avais écouté des émissions de radio sur ces histoires mais je ne me souviens pas avoir entendu parler de ce traducteur historique.

Ce roman a plusieurs trames.

Antoine Galland a été quitté par sa femme qu’il aime encore, à cause de son manque de prise de décision.

Antoine Galland est un bon père mais il n’a pas eu à se battre pour avoir la garde alterné de ses filles…

Antoine Galland est passionné par son homonyme qui a traduit les « Mille et une nuit » et toute sa carrière universitaire tourne autour de cela.

Antoine Galland semble très influençable et il se retrouve mis en avant par le président de la république…

Antoine Galland va se retrouver au milieu d’un scandale, et d’autres événements qui requièrent une prise de position.

Antoine Galland serait-il une marionnette dont on tire les ficelles ?

Donc la question est va-t-il être à la hauteur de ce piège infernal ?

Antoine Galland se croit tranquillement en vacances avec ses filles dans un club en Égypte.

J’ai bien rit avec son côté paumé, son côté dans la lune. Antoine Galland est un antihéros ou un héros malgré lui ? Ce que j’aime dans le personnage d’Antoine Galland, c’est sa vision du monde, la part de magie dans toute chose ainsi que la pensée magique qui aide à vivre le quotidien. On pourrait croire qu’il est à côté de la plaque mais il est là où il a choisi d’être. Ce roman comporte une grande part de réel merveilleux.

Tout ce qui touche à la création, les mots, la traduction et la recherche et tous les questionnements qui en découlent, m’intéresse alors j’ai beaucoup apprécié ces passages là. Il a aborde des sujets sur le pouvoir des textes et des enjeux politiques qu’ils peuvent receler malgré eux. Il est question de différence de Culture. Derrière la postérité de certains textes cultes il y a l’ambition d’un homme ou d’un pouvoir. La façon dont Jean-Baptiste de Froment aborde toutes ses thématiques est très intéressante.

Le sujet est sérieux et traité sérieusement mais dans un roman drôle et abordable. On enchaîne les chapitres pour savoir où il veut en venir. Le lecteur se doute de certaines choses et le narrateur ne cache pas qu’il est question de manipulation, mais de qui ?

La fin est hilarante ou délirante… un bon Forges de Vulcain !

Je remercie les Éditions Aux Forges de Vulcain de leur confiance

Anecdote :

« Badroulboudour » est le deuxième roman de l’auteur. Je n’ai pas lu son premier « État de nature » aussi publié Aux Forges de Vulcain parce que je ne me sentais pas capable d’aborder l’aspect politique du roman. Maintenant je suis curieuse de le découvrir, alors il est dans ma wish list »

Et vous connaissez-vous cet auteur ?