D’ici là, porte-toi bien

Carène Ponte

Éditions Michel Lafon, 6 juin 2019, 380 p., 17,95 €

Mes lectures Michel Lafon

En librairie le 6 juin 2019

4e de couv. :

Avec son sable fin et son ciel azur, L’Avenue du Parc Resort and Spa est  l’endroit idéal pour se remettre d’un coup dur. À condition de donner sa chance à la chance. Alors que Samya tente de pardonner l’adultère de son mari, Alison aimerait oublier qu’elle s’est fait plaquer au pied de l’autel. Jessie s’est excusée mille fois pour le chat et le lave-linge, mais Jérémy est à bout : une pause s’impose. Apolline rêve d’un enfant qui ne vient pas. Quant à Mia, dix-neuf ans et déjà maman, elle se voit rejetée par sa famille. Geneviève, elle, perd peu à peu la mémoire.

Ensemble, elles vont libérer leurs émotions et s’apporter un soutien inattendu.

Avec au bout du chemin, un gain inestimable : l’espoir.

Le meilleur moyen d’alléger ses peines, c’est encore de les partager

Anecdotes de lectrice :

J’ai rencontré en vrai Carène Ponte fin mai au salon du livre du Grand Narbonne. Elle est telle qu’on la devine à travers ses écrits et ses interventions sur les réseaux sociaux. La table ronde à laquelle elle a participé « Feelgood ces auteurs qui nous veulent du bien » nous a permis de voir trois autrices avec chacune une façon d’aborder ce genre littéraire. Elle présentait son précédent roman « Avec des si et des peut-être » et elle a réussi à garder le mystère sur le contenu du roman, ce qui n’est pas une mince affaire. Donner envie sans trop en dire. C’était un dimanche en milieu d’après-midi et la « salle » était pleine. Cela restera un bon souvenir et en lisant son roman j’avais sa voix…

20190526_173721
20190526_152516

      

carène ponte

20190526_173640

Carène Ponte avec Eve Borrelli

Ma chronique :

C’est le cinquième roman de Carène Ponte que je lis et à chaque fois c’est une surprise qui m’attend. Cette fois-ci Carène Ponte nous invite dans l’intimité de plusieurs femmes. Ce roman choral nous fait réfléchir à différents cas de figure auxquelles tout un chacun peut se retrouver confronter. Cela ne concerne pas que les femmes comme vous pourrez vous en rendre compte.

Chaque chapitre est consacré à une des femmes qui prend la parole et parle à la première personne. Des femmes d’âge différent, avec des situations biens distinctes, on ne peut les confondre. On va assister à des rencontres improbables, le lieu s’y prête aisément. Des duos se forment parfois par affinité d’autrefois par contrastes. Chacune apportant à l’autre sa façon de voir le problème.

Dans un premier temps on découvre les personnages à tour de rôle avec l’exposition de leur situation et comment elles vont se retrouver dans ce camping 5 étoiles en couple ou seules. Puis, jour à après jour on va les voir évoluer dans ce lieu inconnu où elles n’ont pas leurs repères.

L’humour est présent à travers les situations cocasses, voir surréalistes, dans la description des petits travers de chacune. Les dialogues sont à l’avenant. On sent que l’autrice à joué avec ces personnages et y à pris plaisir. C’est un feel good pas un roman comique, il y a bien entendu des scènes d’une grande tendresse et d’autres émouvantes.

Quel est le personnage qui vous plait le plus ? Qui vous correspond le plus ? Avez-vous été confronté à l’un des cas présentés ? Avez-vous ou auriez-vous choisi la même solution que celle proposée par Carène Ponte ? Difficile de répondre à ces questions… On arrive avec nos certitudes et puis on se laisse porter par ce que Carène Ponte nous propose.

Bien entendu entre le début et la fin plus personne n’est tout à fait la même, ni les personnages, ni les lecteurs. Les personnages qui ont vécu des moments forts vont être liés par une amitié basée sur cette expérience de vie hors de leur zone de confort.

Conclusion c’est en parlant qu’on fait avancer les choses ! En se remettant en question aussi…

Les romanciers avaient la pression de la première phrase, voir de la première scène, aujourd’hui il y a un nouvel exercice de style qui devient un moment incontournable celui des remerciements, J’ai beaucoup aimé ce qu’elle dit… et j’ai hâte d’être à Noël !

Un livre à mettre dans votre valise cet été… et si vous ne partez pas il sera parfait pour une pause détente.

J’ai essayé d’en dire le moins possible pour vous que vous alliez vous aussi de surprise en surprise.

Je remercie les Editions Michel Lafon de leur confiance.

Qui en parle ?

Jangelis

D’autres romans chroniques sur ce blog (bientôt)

Un_merci_de_trop
tu as promis
avec des si
gros sur le coeur

Article précédemment publié sur Canalblog

Avec des si et des peut-être

Carène Ponte

Éditions Michel Lafon, 2018, 375 p.,  18,95 €

Mes lectures Michel Lafon

4e de couv. :
Aimeriez-vous savoir quelle serait votre vie si vous aviez fait d’autres choix ?
Prof de français au lycée de Savannah (-sur-Seine), Maxine vit en colocation avec Claudia (et ses crèmes au jus d’herbe fermenté), elle aime Flaubert (ses élèves, Stromae), courir avec ses deux meilleures amies (trois cents mètres) et aller chez le dentiste (sa sœur).
Maxine croit aux signes et aux messages de l’Univers. Pourtant elle ne peut s’empêcher de se demander : « Et si j’étais allée ici plutôt que là, si j’avais fait ceci au lieu de cela, ma vie serait-elle chamboulée ? »
En bonne prof de français, Maxine aime le conditionnel…Mais à trop réfléchir Avec des si et des peut-être, ne risque-t-on pas d’oublier de vivre au présent ?

Et si la vie décidait de lui réserver un drôle de tour ?

Mon Billet :

Je suis très contente de vous parler du troisième roman de Carène Ponte.  A chaque fois elle me surprend. J’avoue que ce roman m’a fait du bien. Ces romans peuvent sembler légers dans la façon d’aborder les sujets mais elle traite pourtant de questions qui peuvent « pourrir » la vie de certains.

La solitude, le deuil et le manque de communication avec les membres de sa famille tout le monde peut comprendre.

Elle nous parle de jeunes femmes qui cherchent leur voie, l’épanouissement, un sens à leur vie.

L’amitié et la famille sont très importantes. Nous avons une jolie galerie de portrait et des fragments de vie. Des rencontres et des situations tendres ou drôles.

Maxine n’a encore que peu d’expérience professionnelle, mais elle n’a déjà plus (ou jamais eu) l’enthousiasme qu’il faut pour donner de la passion à ce qui n’était pas une vocation. Elle est devenue prof comme par défaut.

En quête d’un amoureux avec qui partager sa vie, elle va devoir des questions sur ses envies. A chaque rencontre elle sait ce qu’elle ne veut pas… c’est déjà ça !

Sous forme de comédie, Carène Ponte va nous montrer à travers las diversité des personnages au caractère bien trempé qu’il faut se connaître pour s’épanouir.

Les non-dits et les mensonges vont influencer plusieurs vies. Elle va devoir poser les questions et accepter les réponses.

L’originalité de ce roman c’est l’expérience que va vivre Maxine. Une incroyable aventure qui va lui ouvrir les yeux.

On rit beaucoup ! et parfois on pleure, beaucoup d’émotions.

J’adore les « apartés », les pensées de la narratrice « je » Maxine. Les pensées  et les désirs.

Elle joue beaucoup avec les dictons et les phrases toutes faites qu’elle agrémente à sa sauce.

Il y a beaucoup de dialogues ce qui pimente  l’intrigue.

Beaucoup de références cinématographiques, musicales et autres sont très girly et parlent au plus grand nombre.

J’ai adoré les petits clins d’œil sur le roman précédent.

Et je ne vous parle pas des chansons… Les scènes sont bien écrite et on s’y croirait !

Les romans de Carène Ponte sont devenus comme des rendez-vous que j’attends.

Je remercie les Éditions Michel Lafon de leur confiance.

Qui en parle ?

Jangelis

Un_merci_de_trop
tu as promis

  Article précédemment publié sur Canalblog

Le pays des contes : Tome 5 L’Odyssée imaginaire

Chris Colfer

trad. Cyril Laumonier

Éditions Michel Lafon, 2017,397 p., 16,95 €

Mes lectures Michel Lafon

4e de couv. :

L’Homme masqué a réussi : le Pays des contes est tombé sous la coupe de sa terrible armée. Face à lui, les jumeaux Alex et Conner n’ont plus qu’une seule arme, peut-être la plus puissante : leur imagination.
Tous deux se lancent alors à travers les histoires inventées par Conner en quête d’une armée de pirates, de cyborgs, de super héros ou encore de momies, pour arrêter l’Homme masqué. Et même si l’adolescent est leur auteur, rien ne dit que ses personnages ne se rebifferont pas contre lui !
Mais un complot plus terrible encore se trame dans l’ombre. Un complot qui pourrait bien noircir la magie de tous les mondes à jamais…

Mon billet :

J’attendais ce tome 5 avec impatience puisqu’il était sensé être le dernier… et là oh surprise on est parti pour 7 tomes…

La couverture est toujours aussi réussie, après avoir lu l’aventure on retrouve les moments forts. Les petits dessins en début et fin de livre rappellent bien les illustrations que l’on faisait adolescents pour illustrer nos écrits.

Le problème des grandes sagas c’est que l’on risque de tourner en rond et de lasser les lecteurs… Dans notre cas l’auteur a su trouver comment renouveler les aventures.

Nous avons nos héros qui fêtent leur 15 ans, oui c’est une des particularités leur date de naissance est une sorte de déclencheur de par leur liens entre les deux mondes.

On retrouve les principaux personnages que l’on connait déjà, ils sont en très mauvaise posture du côté du monde magique.

De nouveaux personnages maléfiques à la recherche de pouvoir viennent  s’ajouter à certains déjà en place.

Le danger est tellement grand dans le monde enchanté qu’Alex et Conner vont avoir besoin de toute l’aide possible. Elle va venir de tous « les héritiers » …

Pour trouver une solution Conner va utiliser ses propres personnages. J’ai trouvé très intéressante la partie où Conner auteur se retrouve dans l’histoire qu’il a écrite avec les personnages qu’il a créé. Le problème c’est qu’ils ne le connaissent pas, ils ne sont même pas conscients qu’ils sont des créatures tout droit sorties de l’imaginaire d’un gamin. On peut encore admettre qu’on est la marionnette d’un Dieu (et encore !!!) mais qu’on vienne vous dire que votre histoire est déjà écrite… Sans parler des conséquences des fautes d’orthographe !!! C’est hilarant !

Cette aventure va rassembler le frère et la sœur qui ont évolué de manière différente dans les épisodes précédents et ce n’est pas toujours évident pour eux. Cela crée des tensions, il faut qu’ils réapprennent à croire en l’autre.

C’est une série qui fait la part belle à l’humour. Il y a des scènes très drôles comme le catapultage du méchant dirigeant qui atterrit dans les arbres…  Les expressions  être sur la sellette ou sur un siège éjectable prennent tout leur sens… les traitres trahis !

J’ai un peu tiqué avec l’introduction de l’univers « zombie » mais finalement il trouve son sens à la fin.

C’est un roman qui utilise une vaste palette de sentiments :

Tendresse et larmes aux yeux pour les retrouvailles.

Frissons et adrénaline avec les différents dangers… action.

Franche rigolade

Amitié mise à l’épreuve, loyauté.

Inquiétude pour la santé de ceux qu’on aime

Émotion face à la naissance

Peur

Colère

On passe de l’une à l’autre, d’une scène à l’autre, parfois dans la même journée on a tout et son contraire. C’est un peu comme la représentation de ce que vivent les adolescents. Ce besoin d’indépendance tout en ayant besoin de l’aide des parents. J’ai beaucoup aimé retrouvé la mère des jumeaux et son beau-père.

Revenir à la ville d’origine pour revenir en pays connus, pour trouver de l’aide. C’était amusant de revoir la prof des jumeaux et le restaurant des belles-sœurs de cendrillon etc…

Ce fut encore un plaisir de vivre les aventures d’Alex et Conner… et  la fin !!!! Ah ! il faut attendre  l’année prochaine !

Je remercie les Éditions Michel Lafon pour leur confiance.

pays des contes 1
pays des contes 2
pays des contes 3
pays des contes 4

QUI EN PARLE ?

JANGELIS

Article précédemment publié sur Canalblog

Sky Mundy et les Dinosaures. Tome 1 : L’arche perdue

Laura Martin

Éditions Michel Lafon, mars 2017,370 p.,  14,95 €

Mes lectures Michel Lafon

4 e de couv. :

Il y a cent cinquante ans, les dinosaures ont été clonés et ont repris leur place au sommet de la pyramide alimentaire. Pour l’humanité, une seule façon de survivre : se réfugier sous terre.
Il y a cinq ans, Jack Mundy s’est enfui du complexe souterrain abritant une civilisation qui tente tant bien que mal de se reconstruire. Il a abandonné derrière lui sa fille, Sky, âgée de sept ans.
Aujourd’hui, Sky découvre l’ultime message de son père, lui expliquant que le sort des hommes dépend d’elle, et surtout d’une carte mémoire qu’il lui a laissée et qu’elle doit livrer quelque part, à la surface. Léger problème : tout être humain dehors est en danger de mort. Pourtant, malgré les interdits, Sky, suivie de son meilleur ami, quitte le bunker. Mais, à l’extérieur, les dinosaures sont-ils vraiment la plus grande menace ?

Mon billet :

J’ai choisi ce roman car mon fils est fan de dinosaures. J’ai commencé à lui lire et il adore. Pour les besoins de ce partenariat je l’ai lu seule aussi, donc je l’aurais lu deux fois ! ça tombe bien parce que j’aime les problématiques abordées et le ton.

La narratrice est Sky une gamine de 12 ans qui a dû grandir vite pour diverses raisons. En premier lieu parce que son père a quitté le bunker et qu’il est considéré comme traitre.

Dans un premier temps, on voit un monde diviser en deux. Des survivants cohabitent dans un lieu clos sous terre où tout est sous contrôle, aseptisé et organisé. D’un autre côté on a la surface où vivent des dinosaures, milieu hostile et invivable.

Sky ne doit sa survie mentale qu’à son amitié avec Shawn un orphelin très débrouillard en ce qui concerne les réparations, il est bien intégré dans cette société souterraine.

Tout est fait pour pousser à la faute Sky. Elle ne croit ni à la trahison de son père ni à sa mort. On dirait que tout est fait pour qu’elle s’évade pour aller le chercher.

On découvre une organisation assez dictatoriale. On dirait une secte où Noé (dirigeant suprême) est le sauveur, le tout-puissant. Toutes les lois qu’il édicte sont suivies à la lettre. On travaille pour le bien être de tous. Tout est sous contrôle. Il y a beaucoup d’interdictions et de contraintes. Les habitants sont conditionnés. Ce qui devait arriver arriva. Sky s’enfuit… elle ne se voyait pas vivre sa vie enfermée. Mais Shawn et Sky ne sont pas préparés à la survie en plein air…

On va suivre ensuite sa découverte du monde extérieur. Elle ca apprendre à survivre dans ce monde extérieur. Elle  va apprendre à survivre dans ce monde inconnu. Heureusement pour elle, Sky va être soutenue et rencontrer les bonnes personnes. En même temps qu’elle, on va découvrir que  tous les survivants ne sont pas sous terre, qu’il y a d’autres façons de vivre en communauté.

Ce roman post-apo, nous parle d’eugénisme. Il nous décrit différentes façons de survivre. Nos héros vont perdre leur repères et leurs certitudes. Il y a des moments de suspicion…

C’est un roman d’aventure qui met en scène, trois adolescents aux histoires différentes, aux motivations diverses qui  vont affronter l’inconnu. Roman de formation. Les trois ados vont se retrouvés coupés des adultes. Ils vont se découvrir. Ils ne pourront compter que sur eux même pour atteindre leur but. Qui arrivera au bout de ce premier tome ?

Vont-ils résoudre l’énigme laissée par le père de Sky ?

Que vont-ils trouver au bout du chemin ?

Vont-ils surmonter tous les obstacles ?

Les dinosaures sont-ils les seuls prédateurs ?

Les multiples rebondissements donnent un rythme assez trépidant.

Il y a des scènes assez cocasses lorsque nos  héros vont devoir apprendre la vie en surface et en l’air ! C’est touches d’humour allègent le côté dramatique des découvertes.

J’ai trouvé le rapport bunker/ végétariens, surface/carnivore, il faut dire qu’avec tous ses dinosaures il y a un beau garde manger.

J’ai bien aimé les références à Jurassic Park et à l’arche de Noé qui sont clairement utilisées.

Ce premier tome s’arrête à la première étape, on a quelques réponses aux mystères… il  nous faut attendre le prochain tome.

Je remercie les Éditions Michel Lafon pour cette lecture jeunesse.

sky Mundi chro

Article précédemment publié sur Canalblog

La malédiction d’Oxford

Les privilèges ont un prix

ANN A. MCDONALD

Trad. Joseph Antoine

Éditions Michel Lafon, janv. 2017, 362 p, 19,95 €

Mes lectures Michel Lafon

4e de couv. :

Cassandra Blackwell, jeune Américaine d’origine modeste, intègre la prestigieuse Université d’Oxford pour une année d’études. Trois ans plus tôt, elle a reçu de cette ville un message anonyme auquel elle n’a rien compris : « Tu ne peux pas cacher la vérité. Reviens et mets un terme à cette histoire. »

À l’université, Cassie se lie avec l’élite anglaise, découvre l’atmosphère de ce lieu magique, aux boiseries séculaires et au charme gothique parfois inquiétant. Elle emménage avec la charmante Evie qui l’initie aux traditions et aux rituels immuables de l’école. Mais Cassandra n’a qu’un objectif : trouver la trace du passage de sa mère à Oxford dans les années 1990, comprendre pourquoi, enceinte, elle a fui ce paradis d’un autre temps, puis s’est suicidée quelques années plus tard, et enfin découvrir qui est son père. Grâce à Charlie, un flic local, elle apprend l’existence de « l’École de la nuit », une société secrète fondée au xvie siècle qui semble liée à une série de suicides au cœur du campus.

Cassie approche enfin de la vérité. Une vérité sombre et terrifiante.

Mon billet :

Un roman cela commence par les éléments présents sur la couverture. Nous avons ici, un titre avec un sous-titre qui n’existe pas en VO. J’ai cru que cela signifiait qu’il y aurait une suite mais non. Cependant ce sous-titre nous renseigne sur un aspect de l’histoire.

L’illustration renvoie à certains éléments de l’histoire. La clé on dira que cela représente la clé de l’énigme entachée par tous les morts…

Le lecteur entre dans l’histoire par un épisode très intrigant et palpitant qui nous laisse sur notre faim. Je déteste me faire piéger par cette tactique littéraire qui consiste à appâter le lecteur avec une scène forte avec un texte qui ressemble à un exercice de style. Car le chapitre suivant qui est en fait le vrai début du roman semble fade, avec un rythme moins trépidant.  Je passe ensuite mon temps à me demander quand enchâsser cette première scène dans l’histoire ! C’est malheureusement devenu  courant.

Le personnage de Cassandra possède un côté sombre qui lui sauvera la vie et qui fait d’elle un être singulier.

Il y a des choses que le lecteur comprend avant elle, soit parce qu’elle ne veut pas se rendre à l’évidence, soit parce qu’elle ne fait pas le lien et c’est agaçant car on a l’impression qu’elle piétine dans sa quête. Oui, je suis parfois une lectrice impatiente ! Dans l’ensemble Cassandra percute assez vite puisqu’elle est sensée rivaliser avec la crème des étudiants d’Oxford. Il faut dire qu’elle a mis les pieds dans un nid de frelons. Ce qui fait l’intérêt de ce thriller, c’est qu’elle ne sait pas à qui elle peut faire confiance. Il y a une telle ambigüité entre ce qu’elle croit être et qui elle est en réalité, elle est parfois aveuglée par des attirances. On est dans de la littérature Young Adulte. La majorité des personnages sont des jeunes gens de moins de 25 ans, ils sont étudiants, ils sont beaux,  richissimes et brillantissimes, alors qu’elle est une boursière américaine. On y retrouve la fête, l’alcool, la drogue, le sexe et le pouvoir, cela fausse toutes les relations. Amitié, attirance, violence, mort, argent, pouvoir, trahison, méfiance, corruption, on retrouve tous les ingrédients des passions humaines, cela crée des rebondissements.

Il y a une grande part de suggestion, le lecteur va au-delà de ce qui lui est montré, il y a des scènes qui semblent tronquées comme part exemple les cauchemars et les agressions…  il faut bien laisser une part de mystère !

Anne. A. McDonald bascule sur du fantastique pour que la conclusion de ce fameux mystère soit à la hauteur des attentes. On finit par une apothéose. Chacun appréciera à sa façon… J’ai trouvé un peu « too much » mais assez logique. Cassandra aura les réponses à ses questions. Chaque personnage ira au bout de ses convictions. Une fois  avec les éléments en main Cassandra devra choisir son camp.  Il y a l’idée de sacrifice pour survivre, mourir ou fuir…

On va croiser des personnages plus ou moins pervers. On est dans la thématique de la victime et du bourreau.  Par fois la victime et volontaire et parfois elle n’est pas aussi victime qu’elle veut le croire.

C’est un roman qui se laisse lire mais le côté Young Adulte fait qu’il reste assez « superficiel ».  Cela n’empêche pas que j’ai pris plaisir à le lire. Une lecture détente. Je sais qu’il plaira à un lectorat qui aime qu’il y ai des ambiances, des descriptions, des intrigues amoureuses, un peu de diablerie, d’ésotérisme etc… un peu de ceci, un peu de cela… s’évader dans un autre univers de regards en biais… qui cache quoi , dans le cadre des universités d’Oxford avec leur caves et passages dérobés ?

A vous de le découvrir…

Je remercie les Editions Michel Lafon pour leur confiance.

Article précédemment publié sur Canalblog

Le pays des contes : Tome 2 Le retour de l’Enchanteresse

Chris Colfer

Trad. Cyril Laumonier

Michel Lafon, 2014, 475 p., 16,95€

Mes lectures Michel Lafon

4e de couv :

Le Pays des contes n’est plus l’endroit enchanté qu’Alex et Conner ont visité il y a un an. Le monde féerique vit désormais dans la peur : l’Enchanteresse maléfique est de retour ! Lorsque ses mauvais sorts atteignent la Terre et que leur mère est enlevée, les jumeaux doivent retourner au Pays des contes. 

Aidés du Petit Chaperon rouge, des bandits Jack et Boucle d’or ainsi que du prince Grenouille, ils se lancent à la recherche de la seule arme capable de vaincre la terrible magicienne. Mais cette arme pourrait bien se trouver chez les ennemis les plus redoutés des royaumes, de la sorcière des Mers à la belle-mère de Cendrillon, en passant par la Reine des neiges…

Ma Chronique :

Une belle couverture qui nous met dans l’ambiance dès qu’on a le livre dans les mains !

Deuxième volet des aventures de Alex, Conner et les personnages des contes. Question ? Cris Colfer va-t-il nous resservir le même plat mais arrangé avec une autre sauce ?  Réponse tout de suite… Non, il a une telle imagination que l’on retrouve en effet les mêmes personnages mais il va en faire sortir d’autres de son chapeau et à lier tout cela !

Nous retrouvons nos jumeaux un an après la première aventure. Ils ont eu le temps d’assimiler les informations qu’ils avaient reçu dans le tome 1 et ils ont un peu grandit.

Les choses se sont un peu améliorées dans le quotidien du monde réel.

Grand-mère, la bonne fée est sortie de leur vie ainsi que le pays des contes, ils ne savent pas ce qu’elle fait. C’est une période calme qui leur permet de commencer à avancer dans le chemin de l’adolescence.

C’est un roman initiatique où les « jeunes adultes » comme ils aiment qu’on les appelle vont faire des choix et prendre leurs propres décisions. Ils vont cependant privilégier les actions de groupe. Une certaine complémentarité qui met en avant les qualités de chacun. Le fait que ce soit des jumeaux renforce cette idée d’équipe soudée.

Un monde des apparences qu’il s’agisse des aspects  physiques ou de psychologiques. Charlie est une grenouille (extérieurement) et la Reine des Neiges se croit toute puissante… les grilles semblent former une prison mais ce sont aussi une protection tout dépend du point de vue duquel on se place. Le miroir, les parois glacées, le regard des autres tout converge vers cette idée des apparences.

Mon Dieu qu’elle peut être agaçante cette Rouge !!! Mais cela donne un peu de piment dans toute cette recherche d’harmonie.

Dans le premier tome le mal était le but à combattre grâce aux gentils personnages, dans ce tome le « mal » a besoin des personnages méchants pour être combattu. On va de ce fait découvrir d’autres lieux et d’autres aspects des contes de fée connus de tous.

Ce deuxième tome est encore un coup de cœur car il m’a emporté dans cet imaginaire commun avec toute la fantaisie qu’à su rajouter Chris Colfer.

C’est le genre de livre que vous avez du mal à lâcher… j’ai pris grand plaisir à retrouver des personnages déjà connus et c’est dur de les laisser partir chacun vers de nouveaux horizons. Je veux le tome 3 ! Comme dirait le Petit Chaperon Rouge en trépignant des pieds ! Je l’aurai dirait  Boucle D’Or ! Alex et Conner vont monter une équipe de choc pour construire la prochaine histoire, il est peut-être dans la bibliothèque de Grenouille… Mais y en aura-t-il un ? Rassurez-moi … Il va l’écrire… Il va y avoir une suite ???  Il va pas nous laisser comme ça…

Je remercie Camille des Éditions Michel Lafon d’avoir partagé ce coup de cœur…

coeur livre
pays des contes 1
Un_genre_par_mois_mars

QUI EN PARLE ?

JANGELIS

Article précédemment publié sur Canalblog