Les chroniques de Fogas T.2 Le retour du parisien

Julia Chapman

Éditions robert Laffont, 2022, 342 p., 17 €

Mes Lectures Robert Laffont

4e de couv. :

Depuis le départ de son mari Jacques, Josette s’occupe seule de l’épicerie de Fogas. Et si les habitants de cette petite commune pyrénéenne ont des réclamations à faire sur la fraîcheur de ses baguettes, eh bien qu’ils osent ! Josette tient à son commerce comme à la prunelle de ses yeux.
Mais l’arrivée de Fabian, son neveu parisien, va la bouleverser. Propriétaire de la moitié de l’épicerie, le jeune homme a fui la capitale et son travail dans la finance. Plein d’idées et de bonne volonté, il veut tout moderniser. Mal lui en prend !
Un Parisien qui vient tout chambouler à Fogas ? Impensable…

Mes impressions de lecture :

Cette série se déroule dans l’Ariège où l’autrice anglaise a vécu quelques temps, c’est important de le dire car on s’y croirait, ça sent le « vécu » sur certains points.

J’avais adoré le premier tome qui se terminait pour le nouvel an… on reprend l’histoire dès février, les blessures ne sont pas encore cicatrisées…

C’est le deuxième tome. Ce deuxième volet est complet mais il y a des liens que l’on ressent mieux si on a lu dans l’ordre… et puis je pense qu’il y aura d’autres tomes de prévus. Pour ceux qui commenceront par cette histoire il auront les indications nécessaires pour comprendre ce qui s’est déroulé avant.

Dans ce deuxième volet le focus se fait sur le bar épicerie où vit Josette et le fantôme de son défunt mari. Dans l’histoire il n’y a que deux personnes qui peuvent le voir. Et la deuxième personne à être mise en avant c’est Sandrine. Partie plus dramatique…

Ce roman mêle le mystère, l’humour et la tendresse, ce qui rend les personnages très attachants. On passe par plusieurs phases. Pour certains on passe de : « je ne ne l’aime pas il est antipathique, agaçant » à : «je l’aime beaucoup » lorsque sa vraie personnalité se révèle. Il ne faut pas se fier aux apparences. Ils évoluent…

J’ai beaucoup rit des multiples accidents de parcours qui jalonnent le parcours de certains. Cela débute quand même avec une baguette de pain comme de défense ! Baguette de pain rassie et rien que cet élément est une histoire en soi…

On est dans le même lieu  que précédemment avec les mêmes personnages, on retrouve donc la thématique de la paternité et des secrets de famille. Les mères vont-elles parler ? Et les pères dans tout cela ?

J’ai beaucoup aimé comment les différents fils des différentes intrigues vont s’entremêler. On se révolte contre certaines injustices qui semblent toucher certaines personnes. Certains non-dits vont être révélés. Ne vous y trompé pas, il y a des sujets très sérieux au milieu de ce qui semble être un roman léger…

Je n’en dirais pas plus pour laisser le mystère planer… Je dirais juste que les courses poursuites sont d’un niveau exceptionnel puisqu’il est question d’un vélo, d’un taureau et de voitures basiques avec des pilotes hors catégorie… Ahahah !

Je remercie les Éditions Robert Laffont de leur confiance.

Les détectives du Yorkshire. T7. Rendez-vous avec la menace

Julia Chapman

Trad. Dominique Haas et Stéphanie Leignel

Éditions Robert Laffont, 25 nov 2021, 354 p., 14,90 €

Mes lectures Robert Laffont

4e de couv. :

Après un enlèvement qui l’a terrifiée, Delilah Metcalfe tente de retrouver ses esprits. Or les ennuis ne font que commencer : elle a découvert qu’une menace pesait aussi sur son coéquipier et prétendant Samson O’Brien. Pour le protéger d’une mort certaine, elle va devoir prendre ses distances avec lui alors même qu’elle vient de propulser les émotions de son partenaire à des sommets étourdissants… Et convaincre les habitants de Bruncliffe de l’aider ! Hélas, nombreux sont celles et ceux qui ont des griefs envers Samson. Car qui fait du tort à un seul en menace beaucoup…

Mes impressions de lecture :

Julia Chapman nous a fait patienter l’année dernière avec le premier tome d’une nouvelle série qui se déroule en Ariège, voir « L’auberge ». Donc les fans de Samson et Delilah, dont je fais partie, trépignaient d’impatience.

Je trouve ce septième tome un peu différent des précédents ce qui redonne une nouvelle impulsion à l’histoire. Dans ce tome c’est la trame secondaire qui devient principale. Les petites enquêtes locales vont passer  au second plan (vols et affaires Procter Immobilier).

Cette fois-ci on se focalise sur l’affaire « Samson » et ses accusations de trafiques de drogue et flic ripoux. Julia Chapman avait placé quelques pièces du puzzle dans les tomes précédents nous laissant dans l’expectative. Plusieurs pistes, le doute, qui est pourri ? Delilah va devoir prendre des décisions et décider en qui elle peut avoir confiance. Fera -t-elle le bon choix ?

Ce nouvel opus va aussi jouer sur les apparences trompeuses, qui est qui ? Physiquement ou moralement.

Dans ce tome il est beaucoup question de choix, de chaque décision il en découlera des conséquences plus ou moins dramatiques que ce soit  Delilah, Troy, etc… et Samson…

Mon personnage préféré « Ida » va jouer  un rôle décisif, elle va se surpasser !

On va retrouver dans cet épisode tous les personnages du village que nous avons croisé lors des enquêtes précédentes dans des rôles inattendus ! On est toujours avec l’idée de « clan » Delilah va-t-elle arriver à fédérer tout ce petit monde ?

Julia Chapman va mettre en place dès le chapitre 12 une notion de temps qui va accélérer l’intensité des événements on n’est pas minute par minute mais presque. La mise en place d’un plan chronométré qui va mettre le lecteur dans l’action même s’il ne sait pas ce qui va se passer. Mais comme tout plan minuté tout ne va pas se dérouler comme prévu !

On va avoir la focale qui va changer selon le moment on aura même le sentiment de « Calimero » dans ce maelström.

Le rôle des animaux est très important que ce soit Calimero, Tigger, Thor ou Cupidon chacun va avoir à  participer à sa manière…

J’ai beaucoup rit car certaines scènes sont assez surréalistes, ces héros ordinaires vont lutter avec leurs armes…  Je pense notamment au doux Barry qui va se surpasser… d’ailleurs je me demande si dans le prochain épisode il n’y aurait pas un petit quelques chose le concernant…  il faut attendre la fin de l’aventure pour se poser la question.

Je me suis régalée à suivre les multiples rebondissements et les scènes d’action (de poursuite  avec véhicules locaux).

Comme d’habitude Julia Chapman garde quelques fils à rembobiner avec une fin nous laisse entrevoir de nouveaux dangers et mystères…

Je remercie mes éditions Robert Laffont de leur confiance.

Voir sur ce blog : Julia Chapman

Les chroniques de Fogas 1. L’auberge

Julia Chapman

Trad. Dominique Haas & Stéphanie Leigniel

Éditions Robert Laffont, juil 2021, 309 p., 17 €

Mes lectures Robert Laffont

4e de couv. :

Branle-bas de combat dans la petite commune pyrénéenne de Fogas : l’Auberge des Deux Vallées vient d’être rachetée par un couple d’Anglais.
Les habitants vont-ils devoir troquer foie gras, garbure et cassoulet contre bœuf bouilli, fish & chips et infâme jelly ? Sus à l’envahisseur ! Ni une ni deux, le maire, fou de rage, convoque d’urgence un conseil municipal, mais les querelles internes ne font que jeter de l’huile sur le feu…
Français et Britanniques sauront-ils trouver un terrain d’entente à la table des négociations ?

Mes impressions de lecture :

J’ai découvert l’écriture de Julia Chapman grâce à sa série cosy mystery « les détectives du Yorkshire », j’attendais d’ailleurs le nouveau tome, quand j’ai eu la surprise de voir qu’elle débutait une nouvelle série dans un autre genre.

Dans ce roman la traduction a joué sur un langage pas très « français » lorsque les anglais parlent en français et les français en anglais pour bien montrer les difficultés de communication.

On retrouve son goût pour les petits villages qui forment des communautés qui concentre tout type de population. L’humour et la tendresse viennent contrebalancer la colère, rancœurs et mauvaise fois.

Cette série est sortie en 2011 en anglais, il aura fallu le succès des « détectives du Yorkshire » pour qu’on commence à la traduire. Je ne vais pas comparer ses deux séries totalement différentes, mais j’ai souris quand j’ai vu le taureau Sarko… et l’effet miroir avec Ralph le bélier qui ont des points communs.

Je n’habite pas loin de l’Ariège alors je visualise bien le genre de lieu qui est créé par Julia Chapman. Quand on au déroulement des faits c’est très crédible… chacun y verra un voisin ou quelqu’un du village d’à côté.

Julia Chapman a bien observé les habitants du coin lorsqu’elle habitait en Ariège. Elle a bien compris l’exode rural et le lien avec les racines qui a longtemps conduit les gens à faire leur vie professionnelle hors des campagnes tout en gardant la maison familiale pour les vacances et leurs vieux jours. Du coup la notion d’étranger ne touche pas que les hors frontière.

Si le point de départ c’est l’arrivée de ce couple d’anglais qui aspire à changer de mode de vie et de se lancer dans cette aventure hôtelière. On va vite se rendre compte que Paul et Lorna vont servir de catalyseur et faire ressortir des secrets de famille et des contentieux.

On est tantôt focalisé sur les problèmes de nos nouveaux arrivants tantôt concentrés sur la population locale. Dans un premier temps ces deux groupes vont avoir deux trajectoires parallèles avec quelques points de contacts (on n’est pas en cours de math) mais l’interaction de certains habitants va changer la donne, le fameux grain de sable qui enraye la machine. Réaction en  cascade.

Rien n’est dit, ni fait directement. Beaucoup de sous entendus, de coup bas, de manœuvres souterraines que ce soit dans le positif ou le négatif.

C’est un premier tome on découvre donc le noyau dur du village. Petit à petit on apprend des secrets de famille, les ambitions de chacun, les amours cachés… un bon substrat pour d’autres aventures. Ce premier tome pourrait passer pour un roman complet, mais on s’attache aux personnages et on a envie de connaître la suite de leurs aventures.

Une partie du roman traite de magouilles politiques au niveau local. On ajoute à cela tout ce qui touche à la bureaucratie française qui ressemble parfois à un serpent se mordant la queue. Comment des néophytes anglais pourraient s’en sortir seuls ? Je vous laisse le découvrir…

J’ai beaucoup aimé Jacques le personnage très particulier de cette histoire.

La palette des émotions est très large. Cependant j’ai surtout retenu l’humour et les gags de situation. Notamment lorsque Bernard et son béret orange sont en action !

Je remercie les Éditions Robert Laffont de leur confiance.

Les détectives du Yorkshire 6. Rendez-vous avec la Ruse


Julia Chapman,

Trad. Dominique Haas et Stéphanie Leigniel

Éditions Robert Laffont, La Bête Noire, oct 2020, 360 p, 14,90 €

Mes Lectures La Bête Noire

4e de couv. :
Enquêter sur un adultère ? Ce n’est pas vraiment le rêve de Samson et Delilah, les détectives de l’Agence de Recherche des Vallons. Seulement voilà, la demande vient de Nancy Taylor, une femme charmante à laquelle on ne peut rien refuser. L’infidèle, quant à lui, est le maire, mais aussi un respectable entrepreneur et l’ex-beau-père de Delilah. Diable ! Le duo va devoir marcher sur des œufs…
Or Samson et Delilah découvrent qu’une affaire peut en cacher une autre. Et que ruses, fourberies ou tromperies sont bien plus présentes à Bruncliffe qu’ils ne le croyaient.

Mes impressions de lecture :

Je recommande de lire les titres dans l’ordre de parution car cela vous permettra d’avoir une vue d’ensemble. Bien entendu dans chaque tome il y a des indications sur les événements antérieurs pour permettre au lecteur qui arrive sur un tome au hasard de pouvoir entrer dans cette nouvelle aventure, mais ce n’est pas pareil !

Cette série à plusieurs aspects qui me plaisent. L’histoire se déroule dans une petite ville où tout le monde se connaît sur des générations et cela crée un maillage. Et puis tout le monde « surveille » son voisin ! On commence à avoir une belle galerie de portraits avec leurs caractéristiques.

A chaque épisode c’est un groupe de personne qui se retrouve dans la lumière.

Ensuite vient l’histoire plus ou moins occulte (selon l’épisode) qui touche le personnage de Samson le détective. Là les ramifications vont jusqu’à Londres où il a vécu plus de douze ans en tant que policier infiltré.

Lié à Samson nous avons le jeu des attirances qui remonte à bien des années avec Delilah. Là c’est la partie « je t’aime moi non plus » qui pimente la série.

Vient la famille de Delilah qui de part sa position sociale au sein de la communauté est une famille de référence.

Et pour finir il y a une partie de la trame qui laisse entrevoir des enjeux politiques et économiques pas très clairs.

Dans cet épisode c’est surtout ce dernier sujet qui est mis en avant. On va en découvrir un peu plus et nos deux détectives aussi. Le lecteur en sait parfois plus que nos protagonistes.

Ce qui m’attire aussi dans cette série ce sont les personnages un peu gaffeurs, maladroits qui mettent le pied dans le plat. L’humour tient une place importante en plus de l’émotion et du suspens. Je me suis attachée à certains personnages « gentils ».

Le duo est touchant aussi car ils ont un côté amateur et ils ne savent pas dire non alors ils se retrouvent dans des situations rocambolesques.

Ce sixième épisode est très prenant. On retrouve certains personnages qui on fait un passage dans d’autres épisodes. Et j’ai encore pris plaisir à suivre la bande de petits vieux qui ont retrouvé une seconde jeunesse depuis l’arrivée de Samson. On découvre aussi le château de Bruncliffe et son garde chasse, un personnage haut en couleur. De gros méchants, des vrais vont venir semer la panique dans ces contrées tranquilles.

Le titre et la couverture du livre font aussi partie du charme de cette série de Julia Chapman.

J’espère vous avoir donné envie de vous plonger dans cette série et dans ce sixième épisode… c’est difficile de ne rien dévoiler des dangers encourus et des multiples rebondissements dans ce mystery cosy.

Je remercie les Éditions Robert Laffont et La Bête Noire de leur confiance.

rendez-vous avec le crime
rendez-vous avec le mal 2
rdv avec le mystère
rendez-vous avec le poison
rendez-vous avec le danger


Les détectives du Yorkshire 5. Rendez-vous avec le danger

Julia Chapman

Robert Laffont, La Bête Noire, nov 2019, 437 p., 14,90 €

Mes Lectures La Bête Noire

4e de couv. :

À la suite d’un accident mortel survenu à la foire aux bestiaux de Bruncliffe, le commissaire-priseur Harry Furness engage Samson et Delilah pour mener l’enquête. Mais ce qui semblait n’être qu’une simple vérification de routine prend vite un tour plus sombre quand les détectives découvrent que cet accident a probablement été provoqué…
Ajoutez à cela des vols de moutons, un dangereux chantage et un fermier amoureux, et vous aurez la recette parfaite pour une enquête explosive !

Ma chronique :

Ce que j’adore dans cette série Cosy mystery c’est qu’elle évolue d’un épisode à l’autre. Par exemple le comique de situation n’est plus tout à fait le même. Les relations entre les personnages se modifient au fur et à mesure de l’avancée de l’histoire générale. On voit apparaître de nouveaux personnages d’autres vont se retrouver très en arrière plan. Je m’amuse de ma propre réaction de lectrice, j’attends que tel ou tel personnage vienne mettre son grain de sel.

Ce roman est le cinquième volet de la série, il est construit de façon à pouvoir être lu en solo mais les résumés des épisodes précédents et autres allusions ne les remplacent pas. Alors je vous conseille de les lire dans l’ordre pour savourer pleinement le travail de narration.

Ce roman inclus plusieurs intrigues :

La principale et une secondaire, qui donnent le nom à l’épisode. Ici elles tournent autour de la mort de Ron et le vol de moutons.

Puis viennent s’ajouter les autres intrigues en suspens conséquences des épisodes précédents et autres énigmes pas encore résolues qui tissent une trame plus générale sur toute la série. A chaque épisode des réponses sont données ou parfois ce sont de nouvelles questions qui apparaissent…

Ensuite il y a les différentes intrigues autour des relations affectives voir amoureuses. Car il ne faut pas oublier que Delilah dirige aussi une agence de rencontres… Et comme on sait le cordonnier est souvent le plus mal chaussé.

Je ris encore de l’aventure de Clive Knowles dans un certain magasin où il n’a jamais mis les pieds et bien sûr il se fait repérer par la commère du coin ! je ne suis pas gentille de rire de ce pauvre homme mais c’est raconté de telle façon qu’on ne peut que rire. Il y a bien d’autres scènes cocasses mais je vous laisse les découvrir. Je ris d’autant plus que j’ai en tête le regard espiègle et le rire de Julia Chapman que j’ai eu le plaisir de la rencontrer en octobre à « Toulouse Polars du Sud ».

Il y a des personnages qui ne font que passer qui ont leur place que dans un seul épisode  mais qui peuvent laisser des traces dans le cœur de certains habitants.

Sans parler de la grande place des animaux qui font parti du paysage et du mode de vie. Surtout les chiens et les moutons.

Une des particularités de cette série c’est que Julia Chapman joue avec la vie d’un village, sans l’interférence de gens de la grande ville, la gentrification n’a pas encore touché ce milieu rural du moins jusqu’à maintenant. Même si on ne vit pas dans le Yorkshire, il y a des choses que l’on comprend bien comme des « offcumdens ». Si vous n’êtes pas né dans un village et que votre famille ne remonte pas à je ne sais combien de générations, vous resterez un étranger.

Ce fut un épisode entre très prenant et c’est avec impatience que j’attends les prochaines aventures de Bruncliffe.

Je remercie les Éditions Robert Laffont, La Bête Noire de leur confiance.

Les détectives du Yorkshire 1 Rendez-vous avec le Crime

Les détectives du Yorkshire 2 Rendez-vous avec le mal

Les détectives du Yorkshire 3 Rendez-vous avec le mystère

Les détectives du Yorkshire 4 Rendez-vous avec le poison

Article précédemment publié sur Canalblog

Les détectives du Yorkshire 4. Rendez-vous avec le poison

Julia Chapman

Trad. Dominique Hass et Stephanie Leigniel

Éditions, Robert Laffont, La Bête noire, 2019, 395 p., 14,90€

Mes lectures La Bête Noire

4e de couv. :

Il y a comme un vent de printemps qui souffle sur Bruncliffe. Mais la belle saison est loin de profiter à tout le monde… Mêlé à une affaire de meurtre, Samson O’Brien doit répondre aux questions pressantes de la police. Et quand son passé est révélé au grand jour, c’est la ville entière qui se ligue contre lui.
Dans toute cette agitation, il n’y a que le vétérinaire du coin pour s’inquiéter d’une série de morts inhabituelle au sein de sa clientèle canine : plusieurs chiens ont été empoisonnés. Il sollicite alors les services de Samson et Delilah, qui vont devoir braver les foudres des habitants pour résoudre ce mystère.

Ma chronique :

Me voilà embarquée dans le quatrième épisode des aventures/mésaventures de Samson et Delilah. A peine remis de leur précédente aventure en mars on les découvre en plein agnelage !

C’est une série qui gagne à être lue dans l’ordre, car si les enquêtes qui sont liées au titre sont résolues, il reste un petit quelque chose qui le lie à la suite. Il faudra attendre je ne sais pas encore combien d’épisode pour que Julia Chapman nous révèle quelques énigmes.

Il y a bien entendu l’épée de Damoclès sur la tête de Samson à savoir son accusation qui l’a fait quitter Londres. On voit se dessiner petit à petit les ombres liées à ce complot.

Mais il y a un autre complot qui se trame dans Bruncliff. La présence de Samson dérange les plans de cette association de malfaiteurs qui ont pignons sur rue. Un épisode après l’autre Julia Chapman distille les informations, on a de plus en plus d’éléments.

La scène inaugurale est un joli exercice de style qui nous met immédiatement dans l’ambiance !

L’idée de poison est liée à l’acte criminel qui se joue dès la première page, mais au second degré on aussi le poison qui se diffuse dans le cœur de la ville, de ses habitants.  Il me semble que plus on avance dans la série plus les histoires deviennent sombres… on a bien encore le côté plaisant du cosy mystery et de l’humour, cependant il est plus diffus. C’est ce qui me plaît dans cette série, il n’y a pas de surenchère dans le grotesque. Les sentiments sont profonds, car les personnages se connaissent depuis l’enfance pour la plupart. Ne vous inquiétez pas il y a quelques scènes irrésistibles, comme celle où le réveille ne sonne pas, où on pousse la chansonnette,  ou bien celle d’un placage mémorable ! Ahahah ! A vous de découvrir les autres… Encore des mains tendues, des mains serrées et des coups de poings en veut en voilà.

On voit Samson bousculé et basculer du côté sombre de son histoire…

Nathan va aussi vivre des expériences intenses…

Tout le monde semble être dans le brouillard que ce soit dans les collines ou dans le flou de certaines situations.

Le fil rouge de ce tome serait « ne pas se fier aux apparences, attention à pas oublier la présomption d’innocence » même Caliméro va se retrouver dans des situations délicates.

Je termine cet épisode plein de rebondissements et de révélations avec l’envie de connaître le fin mot de l’histoire et les nouvelles mésaventures. A quand le prochain ?

Dans l’idée de série cohérente on a les couvertures et les titres qui en font partie, c’est aussi qui fait le charme de ces histoires. J’aime aussi beaucoup de format entre poche et grand format , c’est un confort de lecture qui a son importance.

On découvre aussi d’autres aspects de la vie à la campagne dans cette partie du Yorkshire.

Je remercie les Éditions Robert Laffont, La Bête Noire de leur confiance.

Voir aussi :

Les détectives du Yorkshire 1 Rendez-vous avec le Crime

Les détectives du Yorkshire 2 Rendez-vous avec le mal

Les détectives du Yorkshire 3 Rendez-vous avec le mystère

Article précédemment publié sur Canalblog

Les détectives du Yorkshire 3. Rendez-vous avec le mystère

Julia Chapman

Trad. : Dominique HAAS, Viviane MIKHALKOV

Éditions Robert Laffont, coll.  la bête noire, 2018, 452 p., 14,90€

4e de couv. :

Engagé par le notaire Matty Thistlethwaite pour retrouver le certificat de décès d’une femme morte il y a vingt ans, le détective privé Samson O’Brien imagine l’affaire vite pliée. Mais dans le petit village de Bruncliffe, les choses sont rarement aussi simples. Surtout que Matty insiste pour que Delilah Metcalfe, avec sa connaissance intime de la région et de ses habitants, collabore à l’enquête.
Au fil de leurs investigations, Samson et Delilah se retrouvent entraînés dans un mystère qui pèse sur Bruncliffe depuis des décennies. En cherchant la vérité, ils vont déterrer des secrets que certains auraient préféré garder bien enfouis.

Ma chronique :

Vous reprendrez bien encore un peu de thé …

Voici le troisième tome de la série des « détectives du Yorkshire ». Ce qu’il y a de bien dans les séries qui ont une trame supplémentaire qui accompagne les enquêtes c’est qu’on voit l’évolution, on guette les changements. On fini par avoir l’impression de connaître cette petite ville et ces habitants les plus emblématiques, on attend certaines réactions des protagonistes, et on attend de voir la direction que prendront  leurs relations entre eux. Et  on peut voir les conséquences de la précédente aventure, car cet épisode commence le 14 février,  on est quelques semaines après les drames de Noël (Rendez-vous avec le mal). On s’est attaché à plusieurs personnages et on s’inquiète pour eux…

Vous pouvez aussi lire ce tome indépendamment puisque l’enquête principale est résolue, mais quel dommage de rater ces références et ses interactions !

On retrouve nos deux héros complices avec chacun une épée de Damoclès sur leur tête, les non-dits leur complique la vie. Vont-ils se parler ? Leurs problèmes vont-ils se solutionner positivement ? Cela contribue à créer des quiproquos et autres situations absurdes.

L’humour est toujours là pour garder nos distances face aux drames. Cette histoire n’est pas exempte de dangers en tout genre. Notre duo va faire du mal malgré eux.

On va vite se rendre compte que déterrer une vieille affaire a des conséquences sur la vie de cette petite communauté. C’est une des thématiques de cette série, le passé qui refait surface. On continue à explorer la thématique « famille », ainsi que celles de « vérités, mensonges, omissions et mystères », « amour et amitié » « combines financières et pouvoir »

Il est difficile de parler d’un roman policier sans spoiler… difficile de ne pas raconter certaines aventures… juste une qui restera énigmatique :  J’ai adoré les références à Ralph dans cette histoire, je ne m’y attendais pas… j’en ris encore !

Il reste suffisamment de secrets pour maintenir le lecteur curieux de suivre les mésaventures de cette petite ville.

Je suis devenue accro à cette série et j’attends la prochaine aventure avec impatience.

Je remercie Les Éditions Robert Laffont et La Bête Noire pour leur confiance.

Voir aussi

Les détectives du Yorkshire 1 rendez-vous avec le crime

Les détectives du Yorkshire 2 rendez-vous avec le mal

Les détectives du Yorkshire 2. Rendez-vous avec le mal

Julia Chapman

Trad. : Dominique Haas et Stéphanie Leigniel

Éditions Robert  Laffont,  La bête Noire, juin 2018, 392 p., 14,90 €

4e de couv. :

Quand Mme Shepherd vient voir Samson O’Brien à l’Agence de Recherche des Vallons, convaincue que quelqu’un essaie de la tuer, le détective privé pense avoir affaire à une vieille dame un peu sénile. Pourtant, après une série de curieux incidents à la maison de retraite de Fellside Court, il se demande s’il n’aurait pas dû prendre la chose un peu plus au sérieux…
Alors que Noël approche, Samson se lance dans une enquête qui l’oblige à renouer avec les habitants de Bruncliffe, ceux-là mêmes qu’il a fuis une dizaine d’années auparavant et qui le traitent à présent comme un paria. Et qui mieux que la tempétueuse Delilah Metcalfe, propriétaire de l’Agence de Rencontre des Vallons, peut l’aider à regagner leur confiance ?

Ma chronique :

Vous vous souvenez peut-être (non ? cliquez ici) qu’au mois d’avril grâce à un partenariat Babelio/la Bête noire, j’avais découvert le premier tome de cette série  » Rendez-vous avec le crime ». Je suis ravie de vous parler de ce deuxième volume que la maison d’éditions m’a gentiment envoyé. Va-t-il me plaire autant ? Toujours délicat le tome suivant, l’autrice va-t-elle jouer avec les mêmes ingrédients ? Le lecteur va-t-il à nouveau entrer dans le jeu ?

Comme pour tout deuxième tome (et plus) l’autre question qui vient à l’esprit c’est peut-on le lire indépendamment ? Dans la mesure où les intrigues policières se terminent en fin de volume cela ne pose pas de problème, d’autant que l’autrice parsème son texte d’explications sur l’aventure précédente lorsque c’est nécessaire. Cependant dans cette série l’intrigue « secondaire » avance d’un roman à l’autre. C’est ce qui fait le charme de cette série.

Une petite ville rurale où tout le monde se connait depuis toujours. Des antagonismes et des histoires de famille qui créent des relations tendues. Mais beaucoup zones d’ombre viennent donner un petit quelque chose à ces romans. Le mystère et le danger rode dans leur vie personnelle. On a parfois plus d’informations que les personnages. Et en même temps il y a des petites choses encore à moitié énoncées. On a des petits éléments qui font surface histoire de stimuler notre curiosité.

Dans la partie « enquête » nous en avons deux ici qui n’ont rien à voir l’une avec l’autre mais qui vont parasiter  l’attention du duo « détective-informaticienne », « Samson et Delilah ». Le lecteur a lui une vue d’ensemble et peut deviner les auteurs des crimes et délits. Bien entendu toutes les cartes ne sont pas distribuées alors il faut attendre la conclusion des personnages pour avoir les preuves et les raisons.

La famille, la descendance tiennent un rôle important dans cet épisode et dans la série en elle-même. Des relations conflictuelles, un certain passif … les personnages ont un sacré travail à faire sur eux-mêmes. La famille c’est aussi le côté tendre et l’entraide et les souvenirs.

L’autre facette de cette série c’est l’humour. Des scènes cocasses en rapport avec les histoires de famille. Dans parler dans l’une des enquêtes où le détective est pris pour un idiot. Sous prétexte qu’il a vécu en ville pendant quatorze ans on le prend pour un citadin.

Une mention spéciale pour les scènes avec la petite micra rouge !

Je vous laisse découvrir les différentes facettes de l’affaire Ralph. Une enquête très physique où les collines de Bruncliff vont encore une fois servir de décor.

L’autre enquête aura lieu dans cette résidence pour Séniors : Fellside Court où vit une petite bande de petits vieux qui n’ont pas perdu leur sens de l’observation et leur détermination. Le « mal » rode dans les couloirs…

J’ai eu le plaisir de retrouver George et sa sœur Ida chacun avec ses particularités. Ainsi que Calimero le braque de Weimar et ces crises d’anxiété… Tous vont avoir leur rôle à jouer.

Il y a un côté addictif dans cette série lorsqu’on accroche. Julie Chapman prend son temps pour que le lecteur ait l’impression d’être à Bruncliff. Elle nous emmène dans les mêmes lieux comme pour donner des nouvelles de tout le monde. A chaque lieu est associé un ou des personnages qui vont contribuer à la résolution des problèmes… tout en laissant des choses irrésolues dans la vie privée de chacun.

Ce que j’aime dans cette série c’est le choix des criminels qui sont en adéquation avec les lieux.

Vous l’aurez compris ce nouvel épisode m’a encore plu.

Le prochain s’appelle « Rendez-vous avec le mystère »… vais-je le recevoir… mystère !

Je remercie les éditions Robert Laffont , la bête noire de leur confiance.

Article précédemment publié sur Canalblog