Enquête à Bordeaux : L’inconnu du jardin public

Jeanne Faivre d’Arcier

Éditions Syros, coll. Souris noire, avril 2022, 199 p., 6,95 €

Mes lectures Syros

Chronique jeunesse du mercredi

4e de couv. :

Au Jardin public, Léo et Jasmine font la connaissance de Claudius, un vieux monsieur qui ne se sépare jamais de son magnifique caniche royal et qui semble avoir peur de son ombre.
Quand les deux amis découvrent la chienne seule, errant sur les quais de la Garonne, ils comprennent qu’il est arrivé quelque chose de grave à Claudius ! Y a-t-il un lien entre sa disparition et le comportement suspect des hommes qui rôdent autour du Jardin ? Pour le savoir, Léo et Jasmine vont prendre de très gros risques…

Mes impressions de lecture :

Lorsque j’ai ouvert l’enveloppe il y a quelques jours, je me suis mises en mode j’ai 10-11 ans. Quel plaisir d’apprendre que Jeanne Faivre d’Arcier débutait une nouvelle série dans la collection « souris noire ». Hâte de découvrir les prochaines aventures de Léo, Jasmine, Mathias et Sarah.

Nous avons une intrigue policière jeunesse complète. Nous sommes clairement dans de la fiction. Nous allons assister aux rencontres de ces quatre adolescents, au niveau âge cela va de 9 à 16 ans, deux filles et deux garçons, de différents groupes sociaux. Les lecteurs pourront s’identifier à l’un des univers familiaux ou à son âge.

Léo et Jasmine semblent être les personnages principaux et Mathias et Sarah viennent soit les seconder soit relancer l’enquête.

On est dans un milieu urbain puisqu’on est dans le vieux Bordeaux. Si vous connaissez le coin vous allez vraiment vous y croire. Sinon il y a les explications nécessaires pour se repérer soit physiquement soit des infos plus « sociales » avec les spécificités économiques selon le quartier. Ce sont détails qui rendent crédibles les événements. Ça m’a rappelé mes vacances à Bordeaux où j’ai pas mal arpenté ce coin là !

On va donc avoir des familles très différentes, elles sont à peine esquissées, juste des points de repères. Cela laisse toute latitude pour les prochaines aventures. Nous sommes dans un tome découvertes des lieux et des personnages.

L’enquête débute avec justement la question sociale, cela va du pauvre qui vole pour manger au riche qui juge, en passant par les escrocs. On a le thème de la loi et de la justice, la solidarité et l’entraide, face à la violence et la cupidité. Violence notamment sur animaux, sujet qui touche les jeunes lecteurs surtout ceux attachés à leurs animaux domestiques. On a aussi l’aspect écologique qui évoqué.

Il va bien sûr y avoir du mystère, des rebondissements, du suspens et du danger. Les personnages vont vite se rendre compte que ce qu’ils vivent ce n’est pas comme dans la fiction. Le lecteur va avoir quelques frissons. Émotions garanties.

Dans les émotions on a aussi le fait que nos héros sont des ados avec leurs premiers émois… Vont-il passer de l’amitié à l’amour ? 

Je remercie les Éditions Syros de leur confiance.

Vivement la prochaine aventure !

Bonne lecture.

Qui en parle ?

Jangelis (bientôt)

Voir sur ce blog :

Tempête au Cap Ferret

Jeanne Faivre d’Arcier

Editions Syros, coll. Souris noire, mars 2020, 163 p., 6,95 €

Mes Lectures Syros

Chronique Jeunesse du mercredi

tempête au cap ferret

4e de couv. :

Margaux et son demi-frère Jules passent les vacances dans la vieille maison familiale de leur père, située au bout du Cap Ferret, tout près de l’océan. Depuis une lucarne du grenier, ils surveillent à la jumelle une grande demeure abandonnée qu’ils surnomment la « Carabosse » à cause de ses airs de château hanté. Un soir, ils sont surpris par une très violente tempête qui s’abat sur l’Aquitaine. Ils se retrouvent coincés dehors, près de la baraque en ruine, alors que la marée se rapproche de plus en plus…

Ma chronique :

J’avais adoré « Mystérieuse disparition au banc d’Arguin » lu il y a quelques années, alors j’étais curieuse de lire cette nouvelle aventure.

Ce roman aborde différents sujets. Nous commençons par la famille recomposés. Les relations entre une fille et son père qu’elle ne voit que pour les vacances ne sont pas au beau fixe. Cette même adolescente doit gérer ces émotions par rapport à sa belle-mère. Elle a deux « demi-frères » qu’elle ne voit donc que rarement. Un nouveau petit chiot et Margaux qui cherche sa place au milieu de tout ça. C’est donc dans une ambiance un peu électrique que débute cette histoire. De petits problèmes de communication vont devoir être réglés.

L’électricité dans l’air c’est aussi cette tempête qui se prépare. La nature qui se révolte à la veille de Noël. On la sent venir et puis elle va prendre toute la place et jouer avec les personnages. Le lecteur impuissant va suivre les mésaventures des protagonistes. La mort rode, le danger est réel et nous allons aller de rebondissement en rebondissement. Ce côté aventures, le cœur de l’action c’est ce qui fera vivre des émotions fortes au lecteur. Les personnages révéleront leur potentiel.

Ce qui ma plu c’est ce qui concerne la maison abandonnée. C’est drôle les coïncidences puisqu’il y a quelques jours je vous parlais d’un autre roman, « un conte dis-tu ? » où il était question de vieille maison avec des secrets. Ici les enfants à l’imagination fertile et l’œil observateur vont découvrir de d’étranges lumières et bruits. De quoi provoquer des frissons…

Margaux, Jules et le reste de la famille se rappellera de ce Noël là !

La thématique de la famille ne s’arrête pas à Margaux et la nouvelle famille de son père. On va voir d’autres aspects …  héritage, partage… concessions des adultes…

« Tempête au Cap Ferret » est une histoire palpitante qui va faire vibrer les enfants des aventures émouvantes et terribles. Chaque membre va découvrir sur qui il peut compter…  Les personnages ne seront plus les mêmes avant et après cette tempête.

Je vous laisse découvrir …

Je remercie les Éditions Syros de leur confiance.

syros

Sur ce blog

banc d'Arguin

Qui en parle ?

Jangelis

Mystérieuse disparition au banc d’Arguin

Jeanne Faivre d’Arcier

Editions Syros, coll. souris noire, mai 2016, 193 p., 6,55 €

9782748520989

Mes Lectures Syros

banc d'Arguin

4e de couv. :

À seize ans, Noah est le plus jeune moniteur du cercle de voile de Pyla-sur-mer. Par une belle journée d’été, le club organise une sortie en catamaran jusqu’au banc d’Arguin. Alors que les enfants s’amusent sur la langue de sable, Noah peine à garder un œil sur l’intrépide Flora dont il se sent particulièrement responsable, car c’est la petite sœur de Valériane, son amoureuse. Les heures passent, la marée monte. Au moment de repartir, une recrue manque à l’appel. C’est Flora.

Mon billet :

Mystérieuse disparition au banc d’Arguin

Comment faire de la géographie sans s’en rendre compte ? Comment voyages lorsque l’on reste chez soi ? Comment continuer la découverte d’une région lorsqu’on est sur place au moment de la lecture ? On ouvre ce roman de Jeanne Faivre d’Acier et l’on découvre où on se situe l’intrigue en  regardant la carte. J’avoue que je ne savais pas où se trouvait le banc d’Arguin !

Nous allons découvrir un groupe d’adolescents du club nautique lors d’une sortie en mer. Ce n’est pas anodin, on est dans un certain milieu social…

On dit été, adolescents et on se dit qu’il y a forcément de l’amour dans l’air, ainsi que des rivalités et des jalousies surtout lorsqu’une jolie fille vient s’immiscer entre deux amoureux  séparés  pour la journée !

J’ai bien aimé le fait  que malgré la modernité (par exemple téléphone portable) on retrouve des thèmes classiques, intemporels : la famille, la fratrie, l’amitié, l’amour, la trahison, la jalousie…

Il y aura au cours de l’histoire la transcription de dialogues par sms, Eh oui les romans jeunesses vivent avec leur temps ! Ce n’est pas pour autant qu’il n’y aura pas de quiproquos, de disputes et des réconciliations, des séparations et des réconciliations.

L’angoisse du téléphone éteins, oublié perdu, le manque de réseau tout contribue à faire monter la pression.

La fameuse disparition va se dérouler en plusieurs étapes et faire vivre aux personnages et aux lecteurs des phases d’espoir et de désespoir, au gré des rebondissements.

Cette disparition va mettre en exergue des sujets sociaux que le vernis »social » masque bien en tant normal. L’amour sera-t-il plus fort que les épreuves ? Va-t-on vers un nouveau Roméo et Juliette des temps modernes ?

Les ados sont plus enclin enclins au pardon que les adultes ? J’avoue qu’il y a un épisode très réaliste qui m’ laissée un goût amer. Là, je pense que c’est selon le vécu de chacun, je n’en dirais pas plus. L’auteure a choisi plutôt l’adage « les paroles dépassent les al pensée ». Bon je vous laisse voir par vous-même !

Le roman est plus fouillé que l’on pourrait imaginer. On y découvre aussi des façons  de réagir différentes  d’une famille à l’autre. La tolérance de certains… l’ouverture d’esprit grâce au dialogue.

Il y a a aussi de l’action et du suspens notamment lorsque nos jeunes héros sont poursuivis par une voiture noire… bon  j’ai souri dans cette scène nocturne… ça permet de relâcher la tension permanente.

L’introduction du domaine onirique donne une touche de sensibilité supplémentaire.

Vous l’aurez compris j’ai beaucoup aimé ce roman. Et j’espère lire les autres romans qui se déroulent dans la même région semble t-il.

Je remercie les Editions Syros pour cette lecture estivale… Si vous êtes près de la Dune du Pyla offrez le à vos enfants… souvenir de vacances pour le retour… On relit et on s’y revoit…