Trackés

Christophe Nicolas

Éditions Argyll, 8 avril 2021, 378 p., 19,90 €

Mes lectures Argyll

4e de couv. :

France, pays des droits de l’homme et du citoyen. Dans un climat de tensions sociales, un célèbre journaliste et lanceur d’alerte est froidement exécuté dans son appartement parisien.
Sur les lieux du crime, alors que certains concluent déjà à un acte terroriste, la capitaine de police Florence Roche exige d’être chargée de l’enquête. Placardisée pour raisons politiques, elle est déterminée à découvrir la vérité, quitte à ce que celle-ci déplaise à sa hiérarchie.
La policière trouve une alliée naturelle en Julia, fille du journaliste, mêlée malgré elle à l’affaire lorsqu’une des sources de son père la contacte, et la pousse dans les rouages d’une machination qui pourrait ébranler jusqu’aux fondations de notre démocratie.

Mes impressions de lecture :

Trackés est un roman troublant car certaines données sont très proches de la réalité ou avec un petit décalage pour coller à la fiction (je ne chercherai pas à vérifier). On retrouve des événements d’un passé très proche.

J’étais très curieuse de découvrir cette histoire d’une part car c’est le premier thriller (papier) des éditions Argyll et d’autre part par ce que Ladrian avait commenté avec deux des fondateurs de Argyll lors d’une interview en ligne à savoir que « Trackés » serait dans la lignée de « person of interest » une série que j’ai adoré il y a quelques années. Après lecture, il y a un petit quelque chose mais il traite de bien d’autres sujets.

Lors de diverses interviews Xavier Dollo et Simon Pinel ont expliqué qu’une partie de leur ligne éditoriale tournerait auteurs de sujets sociaux. Et en lisant c’est ce que j’ai ressenti.

On voit la société qui se révolte, qui explore d’autres chemins alors que les instances dirigeantes (politiques, technologiques et financières) vont dans le sens opposé. On sent toutes les tensions sociales face aux démonstrations de force.

Il est fait référence à plusieurs reprises de l’affaire « Projet Hamonie » précédent roman de Christophe  Nicolas qui est ressorti en numérique chez Argyll. Comme je ne lis pas en numérique je ne l’ai pas lu. Il existe une vieille édition papier chez Riez, je me laisserais peut-être tenter !

C’est un roman où l’action nous entraine dans des situations très tendues avec parfois la mort au bout. On suit les personnages dans leur quête et leurs mésaventures On voit la nasse se refermer avec parfois un compte à rebours.

On est sur le thème de la traque que ce soit sur la toile virtuelle ou dans la vie réelle.

En parallèle avec l’action on a la réflexion, les questions éthiques, morales, philosophiques etc, et sur la place de l’humain au milieu de tout cela.

Thématique de la manipulation, mais qui manipule qui ? J’ai découvert certaines références sociologiques, psychologiques… que je ne connaissais pas.

J’ai beaucoup aimé la construction du roman. Le temps est très important.

On a différentes lignes temporelles et différents pôles géographiques Au début on est à Toulouse en 2015 et Paris 2016. Mais très vite on a le passé plus lointain qui vient interférer dans le présent. Sans que les « prédictions de la Pythie » qui donne le tournis à nos héros sur l’avenir.

J’ai beaucoup aimé le côté toile d’araignée. Certains personnages se retrouvent englués dans ce piège et du coup le lecteur est captivé.

On a un duo de personnes jeunes qui m’a plu. Ils ne sont pas encore corrompus par le système, ils ont eu deux éducations et des parcours différents

Rythme intense !

Les chapitres courts qu’on enchaîne pour découvrir les différents pièces du puzzle dont on aura une vue d’ensemble à la fin du roman.

La couverture de roman est très visuelle chaque détail à son importance, j’adore.

Ce deuxième roman que je lis des Éditions Argyll me fait  me poser plus de questions personnelles qu’il ne me donne des réponses !

Je remercie les Éditions Argyll de leur confiance.

NB : Toulouse semble devenir une ville très présente dans ma vie actuelle.

Une nouvelle fois le roman « 1984 » de George Orwell est toujours d’actualité et il est souvent cité. Il faudrait vraiment que je le lise un jour !

Je vous disais plus haut que je ne voulais pas faire de recherches sur des dates, des faits… je vous conseille de lire l’interview de Christophe Nicolas : Argyll

1 million de vues

Jéremy Behm

Éditions Syros, 29 août 2019, 492 p., 17,95 €

Mes lectures Syros

Challenge 1 % Rentrée littéraire 2019

4e de couv. :

Connor, Dan, Axl, Jade, Nathan. YouTubers débutants, ils ont déjà quelques milliers de followers. Chacun sa spécialité : humour trash, musique, drague, jeux vidéo…
Leur ambition ? Remporter un concours pour devenir les influenceurs de demain.
À la clé : salaire mirobolant, voyages, avantages en nature…
Ils ont un mois pour faire le buzz.
Et tous les coups sont permis.

Ma chronique :

J’ai choisi ce livre pour le sujet traité qui est actuel et parle à la maman que je suis d’un ado concerné. Les ados vont certainement avoir un autre regard que le mien car c’est un univers qui fait partie de leur quotidien.

Je ne me suis intéressé à l’auteur  pendant ma lecture. C’est à ce moment-là que j’ai fait le lien avec l’auteur de «Mon ami  Arnie » roman qui m’avait marqué. Jérémy joue avec des sentiments contradictoires attirance/répulsion.

Dès la scène inaugurale on a la retranscription d’un drame en direct, une vidéo tournée cinq avant. Elle laisse le lecteur sur touche dramatique et avec un malaise. Cela n’augure rien de bon pour l’avenir des personnages qui vont faire leur apparition petit à petit. Pour info mon fils (11 ans ½) n’est pas allé plus loin …

Ce n’est pas une compétition vers le gagnant, mais comme on l’a vu émerger avec la tv réalité, c’est la course à l’élimination. La morale et l’honneur ne sont pas fairplay. Le tout est de savoir à quelle sauce il va les accommoder…

L’un des personnages fait référence aux livres/films tels que Divergence, Labyrinthe, Hunger game… des titres auxquels on pense dès qu’il s’agit de jeux pervers… je ne m’étendrais pas sur le sujet car je n’ai pas lu ces romans, donc s’il y a des clins d’œil de l’auteur je n’ai pas pu les voir.

A plusieurs reprises je me suis interrogée sur mes motivations pour continuer dans cette lecture qui a commencé à me déranger. Le fait que ce soit un partenariat à s’en doute contribué mais c’est plus la curiosité sur le travail d’écriture. L’auteur a un côté diabolique !!!

Ce qui m’a intrigué aussi c’est le fait que l’on suive surtout l’un des personnages, qu’on s’attache à lui, car il y a un fort potentiel créatif. L’auteur joue avec le lecteur, il manipule ses sentiments. Conner semble plus positif avec son côté poète maudit contrairement aux autres. On se dit qu’il va forcément être le gagnant. Cependant rien n’est moins évident, au fur et à mesure que s’instaure un jeu pervers, une escalade dans le trash. Rien n’est joué avant la fin. Quelques twists nous attendent.

Fin que je ne vous dévoilerai pas pour que vous puissiez apprécier les surprises. Elle est bien travaillée puisqu’elle clos plusieurs fenêtres ouvertes pendant la partie et elle montre que tout n’est pas noir ou blanc.

Je conclurai en disant que ce n’est pas un roman pour les plus jeunes ou les plus émotifs. Il y a des scènes qui peuvent heurter les âmes sensibles dont je fais partie… Ce n’est pas un roman moralisateur bien que les personnages vont tirer leurs propres conclusions ainsi que les lecteurs…

Je remercie les Éditions Syros de leur confiance.

Qui en parle ?

Jangelis

L’éternel ado ?

l’ado accro aux livres ?

RL19

Article précédemment publié sur Canalblog

Internet en toute sécurité

Louie Stowell

ill. Nancy Leschnikoff

trad. Déborah Cixous

Editions Usborne, août 2017, 143 p., 7,50 €

9781474939041

Mes lectures Usborne

Chronique jeunesse du mercredi

internet en toute sécurité

4e de couv. :

Internet offre des possibilités incroyables. Néanmoins, comme dans le monde réel, on peut y rencontrer toutes sortes de danger et de problèmes. Ce livre t’indique quand faire preuve de vigilance et comment te protéger. Que tu aies peur de partager trop d’informations en ligne ou tomber sur des informations en ligne ou de tomber sur des personnes dangereuses, tu trouveras des conseils et outils pour maîtriser internet et surfer en toute sécurité.

Mon billet :

Ce livre a beaucoup intéressé mon fils de 10 ans. Il n’a pas de smartphone et ne va pas encore sur les réseaux sociaux auxquels on pense à première vue. Il joue a des jeux et à déjà repéré le chat des joueurs, sur youtube il suit des youtubeurs et là aussi il a repéré les commentaires. Il est encore à l’âge où on dit non moi jamais. Alors c’est intéressant de lui rappeler les règles. !!! là je viens de faire quelque chose qu’on ne doit pas faire… donner des informations personnelles sur moi et sur mon fils ! si je suis les règles à la lettre mes chroniques sur mes tests n’auraient plus la même structure. Alors que les informations sur son âge et son comportement sont là pour étayer un propos. A savoir que c’est encore un âge où on plante une petite graine en lui apprenant les règles. Règles qu’il enfreindra plus tard sous l’effet du rapport aux autres effets de groupe. Un peu comme les parents qui se laissent aller à mettre des photos personnelles sous prétexte qu’on partage avec des amis et membres de la famille qui habitent loin, c’est si facile de basculer !

Il y a eu une intervention l’année dernière à l’école sur le sujet du ciber-harcèlement et les prédateurs. Ce n’est qu’en ouvrant le livre qu’il m’a raconté ce qu’il avait retenu. Voilà l’illustration d’un des conseils qui est donné à plusieurs reprises. Parler à un adulte lorsque quelque chose te chagrine ou que tu ne comprends pas.

internet sommaire

Certains conseils très judicieux et plein de bon sens mais pas toujours applicable. Ne pas donner d’info trop précise sur les lieux où tu te rends, ne pas dire dans quelle école tu es. Dès que tu intègres un réseau social c’est souvent pour faire partie d’un groupe de ton collège. Tu veux parler de tes sorties, de tes rencontres… Comment ne pas se vanter d’un match gagné,  d’un film vu, d’un saut dans le skate park…

Ce livre permet de livre reprend certains conseils que nous pouvons donner sans qu’ils soient forcément écoutés. Parfois venant de l’extérieur ça passe mieux.

Ce livre ne diabolise pas Internet, d’ailleurs à chaque fin de chapitre il y a une page complète consacrée aux apports positifs.

Ce qui est très utile aussi ce sont les conseils, astuces et autres idées proposées pour les mots de passe, les pseudos, avatars, le niveau de confidentialité etc.

intenet conseil

Ce livre est écrit pour les jeunes alors les idées son regroupées par petits paragraphes, avec des intitulés, il y a des encadrés. Les illustrations ne sont pas simplement décoratives elles  viennent renforcer l’idée développée. Il y a des personnages qui dialoguent façon BD pour illustrer un propos et détendre l’atmosphère. Parfois avec l’humour on fait passer des messages plus facilement. C’est un livre en noir et blanc avec des dégradés de gris autant dans le contenu que dans le contenant.

Lorsque certains aspects d’une idée sont développés dans un autre chapitre, c’est clairement indiqué : « si tu veux en savoir plus va au chapitre … ».

Un index permet de revenir plus tard sur un sujet précis.

Il y a des références pour signaler des cyber-harcèlement et des agressions.

Ce livre peut aider des parents qui ne sont pas forcément au courant de ce qui se passe sur internet. Tous les adultes ne sont pas intéressés par l’informatique. Par contre même les enfants les moins attirés se retrouvent à faire des recherches sur le net ne serait-ce que pour les exposés et devoirs, et on a vite fait de cliquer à côté.

Le monde des apparences et le miroir aux alouettes que peut être le monde du net cela attire les ados. Ils croient beaucoup trop que c’est un reflet de la réalité. Info, intox, faux semblants on ne sait pas toujours faire la part des choses. Internet peut-être un terrain de jeu où certains se créent une autre vie, ce sujet est développé dans ce livre. Il est bon de le rappeler aux enfants et aux adultes !

Les conséquences dans le futur de certaines publications ne nous effleurent pas toujours l’esprit. J’ai bien aimé le petit test à faire avant chaque publication. Ce livre vous dit que vous avez le libre arbitre, que c’est vous qui devait choisir. Apprendre à se poser les bonnes questions ne concerne pas que le net. Là encore je ne suis pas certaine que les ados voient à long terme. Ce livre devrait être lu par certains adultes qui croient trop facilement les informations trouvées sur le net ou qui tombent des nues lorsque des soit disant amis les manipulent et abusent de leur confiance. Ou encore se font agresser par des trolls sur certaines discussions, car c’est si facile de se livrer à des confidences derrière l’écran.  N’ayez pas peur du vocabulaire spécifique à ce milieu, les termes sont expliqués, tel le troll que j’ai employé plus haut.

Ce livre donne de bons conseils. Il est bien structuré et facile d’utilisation et de retrouver les informations après coup. Certains conseils valent aussi pour la vie quotidienne : les règles de politesses, le libre arbitre, le respect, le droit à la vie privée…

Il permet de nouer le dialogue avec les enfants et cela permet de voir des choses devenues si quotidiennes avec un autre regard.

J’avais un peu peur sur le contenu du chapitre « les sexto et la pornographie », je l’ai lu seule avant de lui lire. C’est bien présenté.

Vous l’aurez compris c’est un livre à mettre entre toutes les mains. J’ai eu de bonnes surprises.je ne vais pas vous dire que je vais le suivre à la lettre mais il y a des pistes de réflexion qu’il faut avoir en tête lorsqu’on publie sur le net.

Je remercie les Éditions Usborne pour leur confiance.