Grand appartement bizarre. T4 Catastrophe une lettre d’amour

Auteur.rice.s : Nathalie Stragier

Illustration : Clémence Penicaud

Éditions Syros, Coll. OZ, juin 2022, 229 p., 9,95 €

Chronique jeunesse du mercredi

4e de couv :

Qui est amoureux, dans le grand appartement bizarre ? 

Catastrophe, une lettre d’amour est arrivée à l’appartement où Gabriel, Charline et Félix habitent avec leurs familles ! Le chien Trésor en a avalé la moitié, impossible de savoir à qui elle est adressée. Pour les trois amis, il y a urgence à mener l’enquête : et si l’irruption d’un(e) amoureux(se) menaçait leur vie tous ensemble ?

Mes impressions de lecture :

Quel plaisir de retrouver cette tribu et ce Grand appartement bizarre, je retrouve mes 8-12 ans… En plus il y a un petit truc que j’adore… l’histoire se termine avec la fin de l’école et le début de vacances… C’est pile le bon moment pour le lire !

Il y a plusieurs facettes de cette série on commence par l’amitié et la cohabitation de différents types de « famille ». Nous avons Gabriel l’orphelin et sa tutrice bienveillante et célibataire, il y a M. Meurice et ses deux fils (son épouse travaille sur des bateaux de croisière), et il y a Rokia la mère célibataire avec ses trois filles de trois pères différents qui est médecin urgentiste. Nous avons donc 9 personnes avec des préoccupations différentes selon leur âge et leur vie sociale. Et puis il y a la voisine Amandine et l’ancien proviseur M. Boussac qui gravitent autour, ainsi que la concierge et son chien Trésor. ça fait un sacré brassage de population, ça vit et ça bouge.

On pourrait croire qu’après les trois premières aventures la vie en communauté serait plus apaisée et que tout le monde avait trouvé ses marques, cependant c’est un équilibre fragile et un rien peu tout remettre en question.

On a par exemple la fameuse lettre déchiquetée par trésor qui laisse entrevoir que quelqu’un est amoureux.se d’une.e habitant.e. Voilà notre trio Gabriel, Félix et Charline qui essayent de résoudre cette énigme.

Deux autres trames vont venir compliquer la vie des personnages. Chaque situation met en avant des problématiques d’ordre émotionnelles. Qu’est-ce que signifie vivre pour toujours ensemble ? Est-ce possible ? Chaque protagoniste va réagir en fonction de son vécu. Et si passer par la vie des « animaux domestiques » pouvait aider à accepter certaines situations ?

La communication joue un rôle important, la mauvaise communication étant source de complication. J’ai bien aimé l’épisode « démocratie ». L’humour est toujours là pour dédramatiser les situations et mettre du baume au cœur. La bienveillance et l’amour viennent aussi permettre aux habitants du Grand Appartement Bizarre (et satellites) d’avancer et de progresser.

On a plusieurs problèmes qui vont se greffer au fur et à mesure. À la fin nous auront des réponses mais Nathalie Stragier laisse plusieurs pistes en suspens pour la suite des aventures… et je vois déjà poindre de nouvelles mésaventures où l’amour et la famille et l’amitié vont bouleverser la vie de cette tribu.

Je vous laisse découvrir ce que Nathalie nous a concocté pour nous émouvoir, nous faire réfléchir et rire.

À quand une version animée ou série tv ? C’est très visuel et bien rythmé. Les personnages sont hauts en couleur…

J’ai hâte de lire le prochain épisode… car le seul problème de ce bonbon pétillant c’est qu’il est vite dévoré !

Je remercie les Éditions Syros de leur confiance.

Les autres romans de cette série sur ce blog :

Grand appartement Bizarre T.3  Au secours, une nouvelle voisine !

Nathalie Stragier

Éditions Syros, Collection Oz, Oct 2021, 248 p., 9,95 €

A partir de 8 ans

Mes lectures Syros

Chronique jeunesse du mercredi

Grand appartement bizarre 3,

4e de couv. :

Gabriel, Félix et Charline habitent enfin ensemble dans le grand appartement, avec leurs familles ! Bonne humeur garantie, menus variés, jeux en pagaille… c’est la vie idéale pour les trois amis. Hélas, leur nouvelle voisine n’est pas de cet avis et semble prête à tout pour saboter leur rêve… Danger en vue !

Mes impressions de lectures :

J’avais hâte de lire ce nouvel épisode car la fin du tome 2 nous laissait sur une fin qui ne présageait rien de bon pour les habitants du grand appartement bizarre. C’est qu’on s’y attache à ces enfants… et aux adultes !

Ce roman peut se lire indépendamment, Nathalie Stragier donne assez d’éléments pour se repérer. Si on lit les précédents après celui-ci  on est un peu au courant mais pas de tous les enchaînements. Cependant, je vous conseille de les lire dans l’ordre pour bien comprendre les tenants et les aboutissants.

Nous retrouvons cette drôle de cohabitation, chacun ayant pris plus ou moins ses marques. Tout n’est pas parfait mais c’est en bonne voie. Certaines choses sont cloisonnée (les repas, les gardes etc.).   Nous avons notamment les trois ados, qui sont à l’origine de cet arrangement, qui sont préoccupés par la dernière visite de cette mystérieuse voisine, ils n’en parlent pas aux autres. La situation est préoccupante, mais Nathalie Stragier sait créer des situations qui font sourire le lecteur. On est dans une collection qui joue avec les émotions donc on rit et on s’inquiète.

Chaque personnage à sa personnalité, et si on lit les trois tomes dans l’ordre on se rend compte du chemin parcouru et de l’évolution due aux différentes cohabitations.

Par exemple, on sait que Félix va avoir une réaction très instinctive pour protéger sa famille il sera capable de tout quitte a se mettre en danger, ou mettre en danger son avenir. C’est deux points faibles sa famille et l’école. Dès qu’il joue solo il fait des bêtises. Il veut cacher des choses mais dans le microcosme où ils vivent ce n’est pas possible. Et heureusement me direz-vous ! Les liens d’amitié se resserrent chaque fois un peu plus.

Avec Rémi et Madison qui sont plus grand les préoccupations sont autres,  elles ne sont pas trop mises en avant ici. Puis il y a le monde de la petite Aya, elle a 8 ans et ses préoccupations ne sont pas moins perturbantes et importante. Pauvre petite Aya, elle a bien besoin de soutien !

Chacun prend soin de l’autre, ils sont complémentaires, c’est ce qui me plait dans cette série, la bienveillance qui en ressort. L’union fait la force est c’est ensemble qu’ils vont devoir affronter les épreuves.

À la fin de l’épisode quelques problèmes sont résolus mais vont en surgir de nouveaux…

Je ne vous en dis pas plus pour vous laisser découvrir les multiples rebondissements.

Je remercie les Éditions Syros de leur confiance.

Qui en parle ?

Jangelis (bientôt)

Sur ce blog

Il faut attendre 2022 pour le prochain tome !

Grand appartement bizarre. T1 Plein de chambres à louer

Nathalie Stragier

Éditions Syros, coll. OZ, 4 mars 2021, 266 p., 9,95 €

Mes Lectures Syros

4e de couv. :

Et si vous invitiez vos amis à partager votre grand appartement ? 

Gabriel ne peut pas accepter de vendre l’appartement où il a toujours vécu, lui qui a déjà perdu ses parents. C’est Domi, sa tutrice, qui lui a annoncé la nouvelle : ils n’ont plus assez d’argent pour continuer d’y habiter. Alors Gabriel a une idée de génie : proposer à d’autres familles de venir vivre avec eux ! Mais qui pourrait bien accepter ?

Mes impressions de lecture :

Quel plaisir de retrouver cette autrice qui explore le monde des ados et leurs interactions.
J’ai adoré sa trilogie de la « fille du futur » et touchée par « transparente ». Qu’en sera-t-il de cette nouvelle série ?

La couverture du roman met en avant certaines scènes du roman. Elle nous montre des personnages souriants et dynamiques, mais vous verrez que dans le roman il y a tout ça et encore bien plus.
Nathalie Stragier va prendre des situations pas très drôles mais ce n’est pas triste. C’est touchant ou révoltant ça oui. On va suivre trois « familles » aux parcours difficiles mais différents. Trois familles de compositions différentes, trois familles qui ne se sont jamais croisé jusque là et rien ou presque ne le laisser présager.
On note que chaque enfant n’a près de lui qu’un adulte pour s’occuper d’un ou plusieurs enfants. Un équilibre fragile. Alors si un problème survient cela peut faire basculer la tranquillité nécessaire à l’évolution de l’enfant. Où trouver de l’aide pour reconstituer cet équilibre. Ici ce sont les enfants qui vont prendre les initiatives.
On a des enfants qui sont une bulle qui les isole des groupes. Gabriel n’ose pas avoir de contact avec la vie extérieure. Félix de par la précarité financière de sa famille n’ose avoir d’amis. Et Charline n’ose demander de l’aide à personne isolée dans ses responsabilités vis-à-vis de ses sœurs. Et vers qui se tourner pour ne pas déclencher les actions des services sociaux ? Ou les railleries des autres ados ? On voit par exemple que pour Rémi les préoccupations sont autres.

Ce roman plaira aux enfants (à partir de 8 ans) qui aiment découvrir des enfants dans des situations assez réelles. Le collège, la vie de famille et l’amitié.
L’humour a une place importante pour dédramatiser ces situations qui pour nos héros semble sans solutions pendant un temps. On a le choc des cultures et des « milieux sociaux ». On a les à priori face à un inconnu. Mme Dominique va voir sa vie bouleversée et ce n’est pas le bouleversement qu’elle avait prévu au début de cette aventure. La cohabitation donne lieu à des situations cocasses.
Je ne veux rien dévoiler mais la scène de Rémi découvrant la cuisine vaut sont pesant de cacahouètes ! On pense à quelque chose puisqu’on ne voit pas se qui se déroule dans la pièce et lorsqu’on suit tous les autres personnages pour voir se qui se passe on a une surprise !

Vivement le mois de juin pour connaitre les nouvelles aventures au sein de cet appartement bizarre, car Le choc des rencontres n’est pas terminé ! Mais chut je n’en dis pas plus.
Une nouvelle fois cette nouvelle collection OZ a réussi à me faire plaisir. Nathalie Stragier à mis l’accent sur le jeu de mot « ose ». Il faut oser sortir de sa zone de confort. Enfants et adultes font devoir faire des efforts pour surmonter.
J’ai dévoré la lecture en une soirée qui s’est prolongé dans la nuit puisque je suis une lectrice lente. Allez encore un chapitre, puis un autre … alors c’est difficile de faire cette chronique sans rien dévoiler…  Je n’ai qu’un mot à vous dire Lisez le !

Je remercie les Éditions Syros de leur confiance renouvelée.

NB : Domi et Gabriel sont des prénoms qui me touchent de près alors cela a donné à la lecture une touche personnelle !

Qui en parle ?

Jangelis (Bientôt)

Autres chroniques :

Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous

Ne retournez jamais chez une fille du passé et

Ne dites jamais jamais

Signe particulier : Transparente