La grosse bêtise T3 La reine du carnage

Agnès Debacker

Ill. Mathieu Demore

Éditions Syros, Collection OZ, 20 oct 2022, 208 p., 9,95 €

Mes lectures Syros

Chronique Jeunesse du Mercredi

4e de couv. :

Ils sont six, experts en bêtises, et prêts à tout pour s’entraider ! Amitié, aventure et magie à volonté ! 

Chloé a mis des crustacés dans les poches de tous les élèves… Juste après, elle est victime d’un mauvais sort : elle marche avec des petits pas de fourmi. Pas de doute, une nouvelle sorcière sévit dans l’école ! Qui est-elle et comment l’arrêter ? Chloé et ses copains vont mener l’enquête…

Mes impressions de lecture :

Attention les enfants gags en tout genre à ne pas reproduire dans votre vie quotidienne !

Un roman haut en couleur où tout le monde ne verra pas la vie en rose ! Ah Ah ah !

Dans le tome 1 notre fine équipe de farceurs a su trouver celui qui pouvait contrer les sorts de la sorcière qui causé des dégâts dans leur entourage, dans le tome 2 une partie de l’équipe a trouvé qui était cette jeteuse de sort. Tous sauf un  à qui ils ne doivent pas révéler le secret.

Cela donne des situations compliquées pour empêcher celui qui ne sait pas de continuer à chercher. Alors ils décident de reprendre leurs bêtises et autres farces.

Quand tout à coup Chloé se retrouve victime d’un sort. Pourquoi ? Elle n’a pourtant rien fait à la sorcière !

Notre fine équipe doit détourner l’attention de la maîtresse pour aider Chloé qui fait des pas de fourmi. Leur imagination n’a pas de limite pour le grand plaisir des lecteurs. L’autrice est très créative ! Mais où va-t-elle chercher tout ça !

D’autre part on apprend qu’Anton et sa mère vont partir dans quelques jours  en Norvège pour élever des lamas… rien que cela ! C’est impensable, notre équipe a donc un autre souci à résoudre… comment empêcher que cela se réalise.

Il semblerait que les situations se complexifient, tous ses rebondissements qui vont surprendre et maintenir le suspens et l’attention du lecteur.

Les liens du petit clan vont se resserrer.

Un troisième tome qui relance bien le sujet.

La couverture qui est dans la lignée des précédentes donne quelques indices sur les évènements qui vont se dérouler au cours de cet épisode.

Un nouveau roman de la collection Oz qui m’a enchanté et fait rire.

Je remercie les Éditions Syros de leur confiance.

Dans la même série :

Les énigmes d’Hypatie : Mais où est passé le blob ?

Claudine Aubrun

Couv. Marion Duclos

Éditions Syros, Coll. Polar Mini Syros, 25 août 2022, 48 p., 3,65 €

Mes lectures Syros

Chronique jeunesse du mercredi

4e de couv. :

Une héroïne passionnée par les sciences. Des énigmes à résoudre. Et une bonne dose d’humour ! 

Hypatie a invité son amie Alice pour une soirée pyjama ! Elle a hâte de lui présenter Jean-Didier, le blob qui habite chez elle. Le blob, c’est un être incroyable à une seule cellule, qui ressemble un peu à une éponge et qui est très intelligent. Mais à la maison, catastrophe ! Le blob a disparu.

Mes impressions de lecture :

J’ai eu la chance de recevoir les deux premiers romans de la série « Qui complote au pied du volcan ? » et je les ai dévoré l’un après l’autre. Celui-ci je l’ai lu après l’autre, mais c’est sans importance, les deux font référence à l’autre.  Je ne sais pas quand sortirons d’autres aventures.

Dans cette aventure elle sera avec sa mère une scientifique qui travaille dans un laboratoire de Toulouse.

On va découvrir son amie Alice qui est différente d’elle mais tout aussi dynamique. Elles sont complémentaires. Elles vivent dans deux familles bien différentes. J’ai souris en voyant l’air effaré de la maman d’Alice quand elle a laissé sa fille chez sa copine. Dans cet épisode l’amitié joue un rôle.

L’humour fait partie de cette série, mais on a aussi quelques montées d’adrénaline.

Cette jolie métisse n’a peur de rien. Elle est très observatrice. Même si elle réfléchit  et élabore des hypothèses elle a une tendance à passer à l’action. Si on a l’impression qu’elle est livrée à elle-même avec ses parents très occupés on va se rendre compte que non.

« Le blob » est un sujet très en vogue, cela fait des mois que mon fils m’en parle. Je pense que le fait que Thomas Pesquet en a emporté un dans la station a dû jouer un rôle dans cet attrait. L’autrice nous donne quelques informations supplémentaires à la fin du volume pour ne pas alourdir le texte.

Je remercie les Éditions Syros de leur confiance.

Qui en parle ?

Jangelis

Voir aussi les autres titres de Claudine Aubrun sur ce blog

Vendredi dans la peau de ma prof

Nadia Coste & Silène Edgar

Éditions Syros, Coll. Oz, 1er sept 2022, 213 p., 9,95 €

Mes chroniques jeunesse du mercredi

Mes lectures Syros

Rentrée littéraire « Jeunesse » 2022

4e de couv. :

Une prof ultra pénible ? Une ado ordinaire ? Et si elles étaient bien plus que ça ? 

Vendredi matin, ambiance électrique, l’impossible se produit : Hana, élève en 5e, se retrouve dans le corps de la prof de français qui persécute sa meilleure amie. ET INVERSEMENT ! Gros malaise. En attendant de trouver la solution à cet inquiétant problème, Hana se résigne à faire cours à une classe de 6e, tandis que la prof part en cours de sport…

Mes impressions de lecture :

Publier un roman sur les difficultés à l’école le jour de la rentrée voilà qui promets ! En plus il sort un jeudi alors qu’il y a vendredi dans le titre !!!

Je commencerai par vous parler de la collection Oz où chaque titre à sa particularité avec « des histoires où (presque) est possible » Il y a souvent une touche de fantastique mais parfois la magie vient de la rencontre avec les autres. Il y a des one shot (un seul livre) et des séries où l’on retrouve nos personnages adorés. Avec ce nouveau roman c’est une autre variante. Dans cette série ce n’est pas l’autrice qui est au centre mais l’idée « dans la peau de ». Et si l’expression se mettre à la place de l’autre prenait tout son sens ?

J’avais déjà lu des romans de Nadia Coste (« ascenseur pour le futur », « papa de papier », « Comment je suis devenu un robot ») quand à Silène Edgar il était temps que je m’y mette…

Dans un travail à quatre main on ne peut que supposer ce que l’une à écrit ou l’autre. Il y a deux aspects le point de vue de Hana l’élève de 5e et celui de Muriel la prof de français. C’est un roman avec de « je » selon le chapitre et la « peau » du personnage.

Elles n’ont pas choisi de confronter la prof et l’élève qui a des problèmes. C’est Hana qui va être le pivot. Elles (et nous aussi) comprennent que pour retrouver « sa peau » il va falloir identifier le problème et le résoudre tout en essayant de ne pas trop perturber leurs vies respectives.

Nous allons évidemment avoir des scènes cocasses puisque chacune investie le corps et la vie de l’autre sans vraiment la connaitre et cela va donner lieu à des situations rocambolesques.

Que ce soit la prof qui se retrouve dans le corps d’une ado aux hormones très actives, lui permet de retrouver sa jeunesse, enfin presque… ou l’ado avec un corps de femme adulte.

La bonne élève qui est confrontées à des ados à gérer en tant qu’adulte c’est aussi hilarant. *Rien à voir avec ce qui se passe cette rentrée scolaire dans la vraie vie !

Quand est-il de celle qui est « le problème à résoudre » ? MC, c’est l’électron libre qui ne sait rien mais qu’il faut emmener jusqu’au bout de cette journée décisive pour le reste de sa vie. C’est une sorte de dernière chance avec le conseil de classe qui va déterminer si elle redouble ou passe en quatrième. Comme dans les contes du type « la belle et la bête » MC ne doit rien savoir, elle doit faire les bons choix d’elle-même, tout en étant influencée par Hanna et Muriel.

L’avenir de la prof est aussi en jeu, c’est une journée décisive. Là aussi l’aspect psychologique est exploré de manière à ce que les jeunes lecteurs puissent aussi s’identifier.

Bien sûr on se pose la question  « comment auraient fait les personnages » s’ils n’avaient pas changé de peau.

Je vous laisse découvrir le fond du problème de MC la rebelle. C’est finement amené dans l’intrigue.

Ce roman c’est aussi de la tendresse et de l’émotion. Un joli assemblage de sentiments que les ados peuvent comprendre.

C’est un roman qui est assez centré sur des jeunes filles et des femmes.

J’ai beaucoup aimé que l’unité de temps soit une journée scolaire, puisque les décisions à prendre concernent l’avenir dans le collège. On reste concentré, la sphère intime est présente mais on ne s’étale pas…

Vont-elles réussir à tout arranger ? A vous de lire !

La question maintenant c’est de savoir qui sera dans la peau de qui dans la prochaine aventure et qui l’écrira.

Je remercie les Éditions Syros de leur confiance.

Qui en parle ?

Jangelis (bientôt)

Go fast, Go slow

Sylvie Allouche

Éditions Syros, 24 mars 2022, 335 p., 16,95 €

Mes lectures Syros

Chronique jeunesse du mercredi

4e de couv. :

Quand Camille rencontre Tommy, c’est le coup de foudre. Aveuglée par cet amour, elle se laisse embarquer dans un trafic de drogue, pour le compte d’un homme surnommé « l’Indien ». Jusqu’à la dernière livraison, qui fait voler tous leurs rêves en éclats…
Sept ans plus tard, la commissaire Clara Di Lazio s’intéresse au réseau de « l’Indien », dont l’ombre plane sur plusieurs affaires. Mais elle est appelée en urgence à Saint-Malo : son jeune frère Vincent, disparu depuis des années, pourrait avoir refait surface.
Pour mener ces deux enquêtes de front, Clara devra plus que jamais compter sur son équipe…

Mes impressions de lecture :

J’adore cette série, Clara Di Lazio et son équipe sont attachants. Dans l’épisode précédent tout le monde avait été meurtri, et en particulier une jeune policière et la nièce de Clara. J’étais donc impatiente de voir comment ces personnages allaient surmonter tout ce qu’ils avaient vécu.

A chaque tome, on apprend un peu plus à comprendre les réactions de Clara. Elle a la disparition de son frère qui lui pèse. La famille n’arrive pas à faire le deuil, mais Clara de par son métier elle est plus pessimiste quand aux chances de le retrouver vivant, ce qui engendre des conflits familiaux. Alors imaginez dans quelle était elle se trouve lorsqu’on lui apprend qu’un jeune homme est retrouvé dans le coma avec une médaille appartenant à son frère.

D’autant plus qu’elle est sur une autre enquête très lourde. Clara Di Lazio va se retrouver à mener de front ses deux affaires. Elle est écartelée entre plusieurs sentiments. Puis vient de se rajouter une autre affaire. Dans toutes ces enquêtes, La commissaire est freinée. C’est rageant.

En parallèle on suit l’histoire d’une gamine qui a fait une mauvaise rencontre et à fait de mauvais choix, sept ans au paravent. On va être au plus près de Camille, on va ressentir ce qu’elle ressent. C’est écrit d’une telle façon qu’on entre en empathie avec cette adolescente. Au début de cette histoire, on se dit qu’enfin elle va pouvoir refaire sa vie et on croit pouvoir souffler quand tout à tout coup bascule. On se dit ce n’est pas possible, elle a vraiment un mauvais Karma. Clara va être sollicitée d’une manière singulière. J’avoue que cette partie de l’enquête m’a vraiment fait quelque chose. On est dans la thématique de la fatalité.

Nous avons donc la thématique de la famille, alors pour certain c’est une source de réconfort ou et pour d’autre de conflit. Et par conséquence réconfort et protection viennent se rajouter.

On va aussi avoir les thématiques de la loi et la justice, la vérité ou la dissimulation. Que faire de la découverte de certaines vérités ? Il y a des choix à faire… Il faudra vivre avec sa conscience…

A qui se fier ? Quelles sont les personnes de confiance ?

Encore une belle enquête. Bien que dans la catégorie jeunesse elle m’a apportée beaucoup de sensations fortes, de questionnements et d’émotions.

Je remercie les éditions Syros de leur confiance.

A voir sur ce blog : Sylvie Allouche

QUI EN PARLE ?

Mylène

Sylvie Allouche

SYLVIE ALLOUCHE , auteur jeunesse

J’ai découvert cette autrice et chaque livre est une surprise. Des histoires fortes qui touchent le lecteur.

Vous trouverez ci-dessous les romans de cette autrice que j’ai lu et chroniqué sur ce blog. Il suffit de cliquer sur les images pour en savoir plus :

« Brothers »

Première histoire. La deuxième « Twist again » est dans ma whist list

« Stabat murder »

Première enquête de Clara Di Lazio

« Serial Tattoo »

Deuxième enquête de Clara Di Lazio

« Snap Killer »

Troisième enquête de Clara Di Lazio

Go fast go slow » quatrième enquête de Clara Di Lazio

En librairie de le 24 mars 2022

4e de couv. :Quand Camille rencontre Tommy, c’est le coup de foudre. Aveuglée par cet amour, elle se laisse embarquer dans un trafic de drogue, pour le compte d’un homme surnommé « l’Indien ». Jusqu’à la dernière livraison, qui fait voler tous leurs rêves en éclats…
Sept ans plus tard, la commissaire Clara Di Lazio s’intéresse au réseau de « l’Indien », dont l’ombre plane sur plusieurs affaires. Mais elle est appelée en urgence à Saint-Malo : son jeune frère Vincent, disparu depuis des années, pourrait avoir refait surface.
Pour mener ces deux enquêtes de front, Clara devra plus que jamais compter sur son équipe…

« Ethan et Orion » un joli conte.

« La musique des âmes »

Une triste et belle histoire.

Brothers

Sylvie Allouche

Éditions Syros, 2017, 233 p., 14,95 €

Chroniques jeunesse du mercredi

4e de couv :

5 heures du matin. Un terrain vague recouvert de neige. Le coffre d’une Jaguar grand ouvert et dedans, un homme ligoté, au bord de la mort. Debout devant le coffre, atterrés, Ben et Bruno, les frangins sans histoires de la Cité des Fleurs. Ils étaient censés ramener la voiture de luxe à un trafiquant, une mission soi-disant tranquille. Face à cet imprévu, ils doivent improviser : prévenir la police ou s’enfuir. À moins que Juliette, une fille que Bruno vient juste de rencontrer, ne puisse les aider…

Mes impressions de lecture :

J’ai découvert les romans de Sylvie Allouche  grâce à un partenariat avec les Éditions Syros. Mais je n’avais pas eu ce roman. C’est une réédition d’un roman publié chez Mango en 2012. Comme cela fait un petit moment que je n’ai pas lu un roman de cette autrice j’ai eu envie de découvrir ces deux frères…  Maintenant, il me faudra me procurer « Twist again » qui est une autre aventure qui se déroule dans la cité des fleurs !

Une nouvelle fois Sylvie Allouche m’a surpris par sa narration ancrée dans la réalité crue. Elle n’édulcore pas les choses. Elle part de fait que l’on connait. Banlieue parisienne, cité avec peu d’espoir, présence de trafics en tout genre. Les personnages sont jeunes ils vont faire des choix qui vont avoir des répercussions dans leur vie future. Quelle voie prendre ?

Les romans de Sylvie Allouche c’est aussi la famille, la fratrie. Comme dans la vraie vie il y a des familles de tout type et il y a les familles que l’on se crée par affinité.

Des rencontres peuvent  changer votre vie, en bien ou en mal, et c’est là qu’il faut savoir faire le bon choix.  L’amitié va aussi avoir un rôle important. Il y a des gens bienveillants qui sans faire de bruit vous protègent. La solidarité joue encore un rôle important.

La fatalité n’est pas la règle d’or dans cette cité. «  Je ne vous connaît pas, mais quelque chose me dit que vous valez mieux que ça. Pensez loin devant. Toujours » dit l’un des personnages clé. Il y a de l’espoir, tout n’est pas sombre il y a de beaux moments tendres et de l’amour…

Justice et loi, deux thèmes qui sont abordés. Tout ne finit pas bien pour tout le monde, il y en a forcément qui ont choisi le mauvais chemin.

De nombreux rebondissements vont tenir le lecteur en haleine. Des surprises  aussi comme celle de la cave… je ne vous en dis pas plus.

C’est un bon thriller jeunesse avec un rythme soutenu et une intrigue palpitante.

Le langage reflète assez cette jeunesse sans être caricatural, je dis ça pour rassurer certains prescripteurs ou lecteurs.

Bonne lecture.

Matou Watson T.2 Le livre à succès

Claudine Aubrun

Editions Syros, coll. OZ, mai 2021, 182 p., 9,95 €

Mes lectures Syros

Collection OZ

Chronique jeunesse du mercredi

4e de couv. :
Vous aimeriez : écrire un super roman ? rester zen si votre amoureux ne vous calcule pas ? Matou Watson s’occupe de tout ! 

Paulo et sa sœur Victoire ont chacun un énorme problème. Paulo s’est inscrit à un concours d’écriture et n’a pas la moindre idée d’histoire. Victoire, elle, est amoureuse d’un garçon qui lui préfère une instagrameuse archi populaire au collège. Cerise sur le gâteau, quand Matou Watson accepte de les aider… il est kidnappé ! Et la demande de rançon est exorbitante.

Mes impressions de lecture :

La collection Oz des éditions Syros a début en et depuis juin 2020 et chacun avec ses univers et ses spécificités m’ont procuré de bon moments de lecture. Ce mélange de réel, avec un ancrage dans la vie quotidienne avec la touche plus ou moins fantastique cela permet de s’évader. Sans parler pour la plupart des titres la forte utilisation de l’humour, un vrai régal.

A la fin du volume nous avons une petite interview de l’auteur qui concerne le titre que l’on vient de lire, son ressenti face à l’édition… c’est un joli complément par rapport à la narration.

Ce « Matou Watson » est le deuxième titre (comme nous le rappelle le narrateur de l’histoire), ils se lisent indépendamment mais dans le premier tome ont découvre les personnages principaux… et comme c’est signalé dans le roman : « Pour en savoir plus lisez ou relisez La brosse à dent du futur, l’excellente première aventure de Matou Watson ( oui, je sais, je l’ai déjà dit plusieurs fois) publiée chez mon génial éditeur (ça ne fait jamais mal de fayoter) » note de l’autrice. Les autres notes de l’histoire on sent bien que c’est le jeune narrateur qui les ajoute «  Ami lecteur, amie lectrice, tu notera ici la mauvaise foi de ma frangine… » J’adore ces insertions qui interpellent lecteur pour faire des commentaires sur l’action qui a cours.

Dans cette série nous avons Paul et sa sœur ainée Victoire. J’adore les interactions entre eux tantôt ennemis tantôt associés. Leur union permet de résoudre des problèmes car chacun à ses propres centres d’intérêts donc des motivations différentes. Les petits ajustements rappellent bien les relations dans une fratrie. Nous avons les parents avec eux aussi différents rôles. On a des surprises, des bonnes et des mauvaises. Là aussi on a des interactions intéressantes et drôles.

Le jour où j’ai reçu ce roman j’ai reçu « Comment écrire de la fiction » de Lionel Davoust et j’ai rit lorsque j’ai débuté de roman de Claudine Aubrun et les conseils d’écriture prodigués par le chat ! Je souhaite à Claudine Aubrun que son roman soit le livre à succès !

Dans ce roman il y a une forte présence féminine. Paulo et son père semblent un peu perdus face à ce qu’elles font ! J’ai adoré comment Paulo perçoit le comportement les choses.

Il est à noter que la couverture et les illustrations sont de Claudine Aubrun.

Ce roman s’adresse aux 8 ans et plus. La mise ne page avec des doubles interlignes aident à la lecture. Les chapitres assez cours permettent de faire des pauses. Les sujets touchent plusieurs tranches d’âge de la primaire au collège… Les lecteurs qui aiment la littérature jeunesse parents et grands-parents se régaleront aussi ! Pour toute la famille en somme…

Je remercie les Éditions Syros de leur confiance.

Qui en Parle ?

Jangelis

De la collection OZ  vous pouvez lire mes chroniques de :

« Matou Watson. T.1 La brosse à dent du futur » Claudine Aubrun

« Ethan et Orion » Sylvie Allouche

« Cornichonx » Yves Grevet

« Métamorphoz » Jeremy Behm

« Mystères à Minuit. T1 La ville la plus hantée du monde » Camille Brissot

« Mystères à Minuit. T2 Le cercle des Sorcières » Camille Brissot

« Mystères à Minuit. T1 Le lac aux esprits » Camille Brissot

« Grand appartement Bizarre. T1. Plein de chambres à louer » Nathalie Stragier

Camille Brissot

Chers lecteurs,

J’adore faire des listes pour retrouver plus facilement certains documents. Je vais rassembler dans cet article les titres que j’ai lu de Camille Brissot avec les liens vers les chroniques de ce blog. Cela me permet aussi de mettre à jour ce blog en rapatriant les articles un peu disséminés sur la toile. C’est par ordre de parution du plus récent au plus ancien.

Vous aurez compris que s’il y a autant de titres c’est que j’adore ce qu’écrit Camille Brissot, et j’ai la chance d’avoir depuis quelques années des partenariats avec les Éditions Syros. Ce que j’aime dans l’œuvre de Camille Brissot c’est notamment cette frontière entre les vivants et les morts. L’émotion dû au deuil et parfois allégée d’humour et de tendresse.

J’espère que cet article vous donnera envie de découvrir les romans de Camille Brissot. Elle en a écrit bien d’autres : son site. Lesquels avez-vous déjà lu ?

« Trois jours dans la peau d’un garçon » Camille Brissot

4e de couv.:
Dans la peau d’un autre… suspense et émotions garantis ! 
Alors qu’ils visitent une fête foraine high-tech, Charlie et Sam se font piéger dans une attraction secrète, interdite au public. Et voici Charlie, la fille la plus cool du collège, dans le corps de Sam, le loser absolu au physique ingrat. Et vice versa. Le cauchemar ! Ils vont pourtant vivre l’expérience la plus forte de leur vie.
(nouvelle édition de « dans la peau de Sam »)

« Mystère à Minuit. T3 Le lac aux esprits » Camille Brissot

4e de couv. :

Pourquoi Balti est-il le plus ancien fantôme de Minuit, la ville la plus hantée du monde ?
Comment calmer le fantôme en colère qui a décidé d’effrayer les touristes du Grand Hôtel de Minuit ? Voilà une mission délicate pour Victor, Tamara et leur ami fantôme Balti… Mais il y a bien pire : le réfectoire du collège, en travaux, vient de s’effondrer. Sous les décombres se trouve une crypte secrète, qui renferme… le tombeau de Balti !

mystère à minuit 2

« Mystères à minuit. T2 Le cercle des sorcières » Camille Brissot

Dans la ville la plus hantée du monde… les fantômes sont en danger.

Minuit se prépare à une soirée d’Halloween mémorable. Une équipe de tournage va réaliser un film sur la ville et ses fantômes ! Les touristes sont plus nombreux que jamais. Mais soudain, les fantômes commencent à disparaître mystérieusement… Une mission très risquée pour Victor, Tamara, et leur ami fantôme Balti !

mystères

« Mystères à minuit. T1. La ville la plus hantée du monde » Camille Brissot

4e de couv. :

Bienvenue à Minuit, 3 500 habitants, 736 fantômes !!! Mais pour les voir, il ne suffit pas d’y croire… Minuit est la ville la plus hantée du monde. Mais seul Victor, 12 ans, voit les fantômes pour de vrai ! Lui et son ami fantôme Balti (12 ans aussi, mais depuis plusieurs siècles) proposent leurs services de chasseurs de mystères… Pour les trouver, rendez-vous dans la cour du collège, sur le banc près de l’Arbre à foudre. Si vous l’osez !

« 21 printemps comme un million d’années » Camille Brissot

4e de couv. :

Que feriez-vous si vous appreniez qu’il vous reste peu de temps à vivre ? Le nouveau roman young adult de Camille Brissot.
Victor et Juliette. Amis depuis toujours, ils se connaissent par cœur. Elle fait tellement partie
de sa vie qu’elle habite presque chez lui, il sait décrypter le moindre de ses éclats d’humeur,
bons ou mauvais. Car Juliette est difficile à saisir, toujours en mouvement. Elle est capable
de partir seule au bord de l’océan sur un coup de tête, et de revenir comme si de rien n’était,
avec ses secrets. Elle vit intensément, sans penser à l’après, et Victor la suit, l’attend, prêt
à la rattraper si elle trébuche. Cette histoire, Victor la raconte à une bande de filles très jeunes qui l’écoutent les yeux écarquillés. Elles ont connu Juliette à l’hôpital et veulent tout savoir de celle qui sera à jamais leur héroïne…

« Ceux des limbes » Camille Brissot

4e de couv. :
Du haut du Mont-Survie, Oto admire chaque jour la forêt qui l’encercle à perte de vue. Elle est si belle qu’il en oublierait presque ce qui se tapit sous les arbres. Mais lorsque la montagne s’endort, que les lumières s’éteignent et que les voix s’effacent, le vent résonne d’un chant inhumain, effroyable : le gémissement des limbes, les victimes de l’épidémie. Bientôt, Naha devra passer plusieurs jours et plusieurs nuits dans la forêt. Oto refuse de rester cloîtré en espérant le retour de celle qu’il aime plus que tout. Quitte à être une proie de plus, il va sortir lui aussi.

« Dans la peau de Sam » Camille Brissot

4e de couv. :

Alors qu’ils visitent une fête foraine ultra high-tech, Charlie et Sam se font piéger dans une attraction secrète, interdite au public… Charlie, la fille la plus populaire du collège, se retrouve dans le corps de Sam, le garçon loser dont tout le monde se moque. Et vice versa. L’enfer ! Obligés de vivre chacun la vie de l’autre, Charlie et Sam font l’expérience la plus délirante et la plus forte de leur existence.

maison des reflets

« La maison des reflets » Camille Brissot

4e de couv. :

Depuis 2022, les Maisons de départ ressuscitent les morts grâce à des reflets en quatre dimensions qui reproduisent à la perfection le physique, le caractère, et le petit je-ne-sais-quoi qui appartient à chacun. Les visiteurs affluent dans les salons et le parc du manoir Edelweiss, la plus célèbre des Maisons de départ, pour passer du temps avec ceux qu’ils aimaient. Daniel a grandi entre ces murs, ses meilleurs amis sont des reflets. Jusqu’à ce qu’il rencontre Violette, une fille imprévisible et lumineuse… Bien vivante.

Le chemin à l’envers

Claire Mazard

Éditions Syros, 8 avril 2021, 518 p., 17,95 €

Mes lectures Syros

Chronique jeunesse du mercredi

4e de couv :

Une enquête très personnelle et bouleversante, par l’autrice de Je te plumerai la tête.
Anne s’est toujours sentie comme une étrangère dans sa propre famille. Il y avait à la maison des photos de ses frères et sœur bébés, mais d’elle, non. À l’âge adulte, elle découvre qu’une femme s’est occupée d’elle durant sa petite enfance, loin de ses parents. Une femme dont on lui a caché l’existence. Sans presque aucun indice, Anne se lance alors dans une enquête vitale. Pour retrouver sa trace, et pour comprendre.

Mes impressions de lecture :

C’est un livre bouleversant car il  touche au plus profond de l’être, son essence,  ses racines et l’amour nécessaire à un enfant pour bien se développer. Cette quête va mettre en évidence toutes ces vies brisées.

On va suivre la quête d’Anne. On comprend qu’il s’agit d’une adulte et on découvre qu’elle est née en 1957. Cela a son importance sur ce qu’elle a vécu. À l’âge adulte elle les avait rayés de la carte de sa vie. Elle va retrouver ses parents âgés. Avec des questionnements sur sa toute petite enfance.

Ce roman se déroule en grande partie du côté d’ Arles mais aussi du côté de Paris. Deux lieux où elle a vécu. L’autrice va beaucoup  jouer avec des liens binaires et il faut attendre le troisième élément pour trouver un équilibre.

Anne va se remémorer sa vie et le retour sur la propriété familiale va révéler certains comportements. La vision d’une adulte sur son enfance permet le recul pour comprendre certains souvenirs et découvrir certaines facettes des adultes, ainsi que les enchainements des événements.

C’est un roman qui questionne sur son passé, ses racines, sur les secrets de famille qui peuvent faire souffrir des enfants même devenus adultes. Sur tout se qu’ont lui a refusé et caché.

C’est un roman qui traite de la mémoire, celle que garde notre corps et notre esprit. Il y a aussi les décès qui sont des pertes de témoignages de première main de la mémoire familiale. Il y a la maladie et la vieillesse qui font son œuvre. Il reste des objets et des photos qui sont des éléments tangibles sur lesquels s’appuyer. Ils ne mentent pas mais difficile de remonter le fil du temps.

Cette quête va devenir une vraie enquête puisqu’elle va partir à la recherche de personnes disparues de sa vie.

Heureusement Anne a su se faire accompagner par des personnes qui l’on soutenue sans mettre en doute ce manque.

Ce qui est beau dans cette histoire c’est qu’elle est devenu qui elle est car elle avait eu une personne lumineuse à un moment clé de sa vie… mais je ne veux rien vous dire.

« Le chemin à l’envers » est un roman jeunesse qui pourra peut-être aider des jeunes qui ressentent des zones d’ombres dans leur vie, souvent balayés par des adultes qui disent qu’ils affabulent, qu’ils se font des films…

C’est un roman qui peut être lu par des adultes et peut-être que certains faits feront écho à des choses ressentis.

Je ne veux pas vous dévoiler trop ce qu’à vécu et vit la narratrice dans ce roman à la première personne et les différentes étapes dans cette reconstruction.

Dans la construction de ce personnage ont a tendance à superposer l’autrice et sa vie, si j’ai bien compris c’est son histoire personnelle.

Je remercie les Éditions Syros de leur confiance.

De la même autrice dans la même collection :

Je te plumerai la tête

Toutes les options beau gosse

Myriam Gallot

Éditions Syros, mars 2021, 263 p, 15,95 €

Mes lectures Syros

Chronique jeunesse du mercredi

4e de couv :

Comment devenir un homme à l’heure de #MeToo ? Un roman qui parle vrai, impertinent et pétri d’humour. 

Peut-on être ami avec son exact contraire ? Oui ! La preuve : Lucas, si sage et sérieux, ne quitte plus Florian. Il est fasciné par son culot et son sens irrésistible de la provoc. Pas franchement concerné par #MeToo et #BalanceTonPorc, Florian passe son temps à évaluer les filles. Lorsqu’il humilie horriblement Gaëlle, ses amies refusent de laisser passer ça. Et pour leur plan, elles ont besoin de Lucas.

Mes impressions de lecture :

J’ai découvert Myriam Gallot avec « ma gorille et moi » et « ma vie sans mes parents »  des sujets forts étaient développés avec ce côté faire sa propre expérience au moment de l’adolescence.  C’est donc avec une certaine curiosité que j’attendais ce roman. Je n’ai pas été déçu du voyage !

« Toutes les options du beau gosse » le narrateur est un garçon de 13 ans qui va découvrir la sexualité avec son entourage adolescent. J’avoue qu’en tant que maman d’un ado du même âge j’ai été un peu gênée cependant je trouve bien que les mots clairs soient posés sur des situations vécues par les ados et ce qui se passe dans le caleçon peu soit choquer soit être très instructif tout dépend du gamin. A ne pas mettre entre les mains d’un élève de primaire, certaines scènes peuvent le troubler. Vous pourrez toujours me dire que certains ont des grands frères …

Ce roman fait écho au roman « La vérité sur la petite graine » de Claire Ubac, j’ai cru voir un clin d’œil.

Ce roman montre combien cela peut être compliqué pour un garçon d’affirmer sa virilité naissante influencé par la société et internet. Des comportements qui ne sont plus admissibles de nos jours sont pourtant encore ancrés dans les images véhiculées. Pourtant il y a des figures masculines adultes qui prônent un autre comportement (les pères de Lucas et Florian). 

On va découvrir une variété de figures féminines qui veulent sortir des stéréotypes ou de la victimisation. Ce qui a commencé par un éveil à la séduction va basculer. Là aussi on voit les changements dans l’éducation des filles et la libération de la parole.

Un des sujets de ce roman c’est le positionnement de chacun face aux autres. Qui va être capable d’évoluer entre le début de l’histoire et la fin.

La famille est un sujet important puisque c’est là le berceau de l’éducation et de l’encadrement. Lucas est très observateur, il est le fils d’un prof de philo, il s’interroge il va nous montrer sa famille et celle de Florian. Mais il  va  prendre conscience de la chance d’avoir une famille à l’arrivée d’un nouveau personnage.

Je ne veux pas trop vous en dire mais il y a beaucoup de sujets qui sont exploré de l’amitié aux relations amoureuses, de l’intimité à l’exposition sur les médias…

Lucas va mettre en avant une série de choses « malaisantes » qu’il va vivre au cours de ces quelques mois …

Le langage oral est parfois un peu trop actuel pour moi lorsque les ados parlent entre eux. Mais ça parlera certainement aux collégiens.

J’ai posé le roman dans la chambre de mon ados…

Je remercie les Éditions Syros de leur confiance.