Les détectives du Yorkshire 6. Rendez-vous avec la Ruse


Julia Chapman,

Trad. Dominique Haas et Stéphanie Leigniel

Éditions Robert Laffont, La Bête Noire, oct 2020, 360 p, 14,90 €

Mes Lectures La Bête Noire

4e de couv. :
Enquêter sur un adultère ? Ce n’est pas vraiment le rêve de Samson et Delilah, les détectives de l’Agence de Recherche des Vallons. Seulement voilà, la demande vient de Nancy Taylor, une femme charmante à laquelle on ne peut rien refuser. L’infidèle, quant à lui, est le maire, mais aussi un respectable entrepreneur et l’ex-beau-père de Delilah. Diable ! Le duo va devoir marcher sur des œufs…
Or Samson et Delilah découvrent qu’une affaire peut en cacher une autre. Et que ruses, fourberies ou tromperies sont bien plus présentes à Bruncliffe qu’ils ne le croyaient.

Mes impressions de lecture :

Je recommande de lire les titres dans l’ordre de parution car cela vous permettra d’avoir une vue d’ensemble. Bien entendu dans chaque tome il y a des indications sur les événements antérieurs pour permettre au lecteur qui arrive sur un tome au hasard de pouvoir entrer dans cette nouvelle aventure, mais ce n’est pas pareil !

Cette série à plusieurs aspects qui me plaisent. L’histoire se déroule dans une petite ville où tout le monde se connaît sur des générations et cela crée un maillage. Et puis tout le monde « surveille » son voisin ! On commence à avoir une belle galerie de portraits avec leurs caractéristiques.

A chaque épisode c’est un groupe de personne qui se retrouve dans la lumière.

Ensuite vient l’histoire plus ou moins occulte (selon l’épisode) qui touche le personnage de Samson le détective. Là les ramifications vont jusqu’à Londres où il a vécu plus de douze ans en tant que policier infiltré.

Lié à Samson nous avons le jeu des attirances qui remonte à bien des années avec Delilah. Là c’est la partie « je t’aime moi non plus » qui pimente la série.

Vient la famille de Delilah qui de part sa position sociale au sein de la communauté est une famille de référence.

Et pour finir il y a une partie de la trame qui laisse entrevoir des enjeux politiques et économiques pas très clairs.

Dans cet épisode c’est surtout ce dernier sujet qui est mis en avant. On va en découvrir un peu plus et nos deux détectives aussi. Le lecteur en sait parfois plus que nos protagonistes.

Ce qui m’attire aussi dans cette série ce sont les personnages un peu gaffeurs, maladroits qui mettent le pied dans le plat. L’humour tient une place importante en plus de l’émotion et du suspens. Je me suis attachée à certains personnages « gentils ».

Le duo est touchant aussi car ils ont un côté amateur et ils ne savent pas dire non alors ils se retrouvent dans des situations rocambolesques.

Ce sixième épisode est très prenant. On retrouve certains personnages qui on fait un passage dans d’autres épisodes. Et j’ai encore pris plaisir à suivre la bande de petits vieux qui ont retrouvé une seconde jeunesse depuis l’arrivée de Samson. On découvre aussi le château de Bruncliffe et son garde chasse, un personnage haut en couleur. De gros méchants, des vrais vont venir semer la panique dans ces contrées tranquilles.

Le titre et la couverture du livre font aussi partie du charme de cette série de Julia Chapman.

J’espère vous avoir donné envie de vous plonger dans cette série et dans ce sixième épisode… c’est difficile de ne rien dévoiler des dangers encourus et des multiples rebondissements dans ce mystery cosy.

Je remercie les Éditions Robert Laffont et La Bête Noire de leur confiance.

rendez-vous avec le crime
rendez-vous avec le mal 2
rdv avec le mystère
rendez-vous avec le poison
rendez-vous avec le danger


La nymphe endormie

Ilaria Tuti

Trad. Johan-Frédérik Hel Guedj

Éditions Robert Laffont, La Bête Noire, 605 p., 21,50 €

Mes lectures La Bête Noire

nymphe endormie

4e de couv . :

« Le temps cache toujours un secret. Il camoufle même les crimes. »

Derrière la beauté bouleversante de la Nymphe endormie se cache l’horreur : au lieu de peinture, l’artiste a peint le tableau avec du sang. Voilà ce qui lance le commissaire Teresa Battaglia sur la piste d’un meurtre commis soixante-dix ans plus tôt, dans les derniers jours de la Seconde Guerre mondiale. Une enquête où il n’y a ni corps ni scène de crime, ni suspect ni témoin. Rien qu’une trace génétique que Teresa remonte jusqu’à une vallée isolée et mystérieuse du nord de l’Italie : le Val Resia.
Après avoir marché sur le toit de l’enfer, Teresa doit percer le secret du sommeil de la Nymphe.
Vous n’oublierez jamais Teresa Battaglia. Mais il est possible qu’elle vous oublie…

Ma chronique :

J’ai eu très envie de lire cette histoire pour différentes raisons. Le synopsis m’intriguait et la photo sur la couverture m’attirait. Les autres raison sont plus subjectives. Il se trouve que depuis quelques années j’ai l’impression que certaines maisons d’éditions nous ont traduit des petits bijoux italiens. Des auteurs de la jeune génération qui nous montre une autre Italie que celle méditerranéenne (que j’adore). Ainsi avec Luca d’Andrea on est dans une région au nord de l’Italie frontière avec l’Allemagne et l’Autriche ou encore Paola Barbato, Antonio Manzini…

Je n’ai pas lu l’enquête précédente, mais elle est dans ma wish list depuis cette lecture. J’ai donc découvert cette autrice et son univers.

Ce roman est plus qu’un roman policier car il y a des liens entre l’enquête et les policiers plus complexes.

Comme mon intuition (si les lecteurs aussi se mettent à avoir des intuitions ! où allons-nous ? !!) il y a une part de « magie atavique » ou liée à la terre. Depuis quelques années cela semble être une thématique qui se développe après l’ésotérisme religieux. (voir la trilogie du Baztan de Dolores Redondo).

Une toile semble se former au fur et à mesure que l’on découvre les personnages dans leur part intime et l’enquête. On a donc des fils qui tissent le temps. Qui dit temps dit passé et mémoire. Entre cette enquête qui nous renvoie à la seconde guerre mondiale, et les problèmes de mémoire de Teresa Battaglia. L’autre fil qui vient s’entrecroiser c’est celui du sang et pas seulement celui des crimes, il y a celui plus intérieur de la vie utérine. Et enfin celui de la « forêt » comme entité vivante et mystérieuse. Vous allez en trouver d’autres qui vous correspondrons tous.

On est sur l’idée de monde clos que ce soit cette fameuse vallée, celle de la forêt du crime originel, ou encore ce peintre qui es resté enfermé en lui-même et à cessé de parler, ou encore ces ventres féminins porteurs de vie ou de mort. Qui dit clos dit caché ou protégé, ce qui nous renvoie aux secrets et des croyances.

Silences et secrets, non-dits et autres choses tues tout cela contribue à engendrer des situations tendues.

Les thématiques de la vie et la mort sont évidemment  présente puisqu’on est dans un roman policier et qu’il y a des scènes datant de la guerre mais cela va au-delà.

Les personnages ont chacun leur spécificité. C’est la première fois que je vois aborder la maladie d’Alzheimer dans le cadre d’une enquête, c’était parfois déstabilisant en voyant Teresa perdre pied dans le présent et en masquant ce fait important à son entourage. J’ai bien aimé introductions des extraits de son journal qui lui permettent de retrouver le fil de ses pensées. Les autres personnages son aussi hauts en couleur… je ne vais pas trop vous en dire…

Je vous laisse découvrir cette atmosphère assez particulière et cette enquête singulière.

Je remercie les Éditions La Bête Noire de leur confiance. Ce roman sera lié au confinement, un petit voyage immobile en Italie.

Article précédemment publié sur Canalblog

Les détectives du Yorkshire 5. Rendez-vous avec le danger

Julia Chapman

Robert Laffont, La Bête Noire, nov 2019, 437 p., 14,90 €

Mes Lectures La Bête Noire

4e de couv. :

À la suite d’un accident mortel survenu à la foire aux bestiaux de Bruncliffe, le commissaire-priseur Harry Furness engage Samson et Delilah pour mener l’enquête. Mais ce qui semblait n’être qu’une simple vérification de routine prend vite un tour plus sombre quand les détectives découvrent que cet accident a probablement été provoqué…
Ajoutez à cela des vols de moutons, un dangereux chantage et un fermier amoureux, et vous aurez la recette parfaite pour une enquête explosive !

Ma chronique :

Ce que j’adore dans cette série Cosy mystery c’est qu’elle évolue d’un épisode à l’autre. Par exemple le comique de situation n’est plus tout à fait le même. Les relations entre les personnages se modifient au fur et à mesure de l’avancée de l’histoire générale. On voit apparaître de nouveaux personnages d’autres vont se retrouver très en arrière plan. Je m’amuse de ma propre réaction de lectrice, j’attends que tel ou tel personnage vienne mettre son grain de sel.

Ce roman est le cinquième volet de la série, il est construit de façon à pouvoir être lu en solo mais les résumés des épisodes précédents et autres allusions ne les remplacent pas. Alors je vous conseille de les lire dans l’ordre pour savourer pleinement le travail de narration.

Ce roman inclus plusieurs intrigues :

La principale et une secondaire, qui donnent le nom à l’épisode. Ici elles tournent autour de la mort de Ron et le vol de moutons.

Puis viennent s’ajouter les autres intrigues en suspens conséquences des épisodes précédents et autres énigmes pas encore résolues qui tissent une trame plus générale sur toute la série. A chaque épisode des réponses sont données ou parfois ce sont de nouvelles questions qui apparaissent…

Ensuite il y a les différentes intrigues autour des relations affectives voir amoureuses. Car il ne faut pas oublier que Delilah dirige aussi une agence de rencontres… Et comme on sait le cordonnier est souvent le plus mal chaussé.

Je ris encore de l’aventure de Clive Knowles dans un certain magasin où il n’a jamais mis les pieds et bien sûr il se fait repérer par la commère du coin ! je ne suis pas gentille de rire de ce pauvre homme mais c’est raconté de telle façon qu’on ne peut que rire. Il y a bien d’autres scènes cocasses mais je vous laisse les découvrir. Je ris d’autant plus que j’ai en tête le regard espiègle et le rire de Julia Chapman que j’ai eu le plaisir de la rencontrer en octobre à « Toulouse Polars du Sud ».

Il y a des personnages qui ne font que passer qui ont leur place que dans un seul épisode  mais qui peuvent laisser des traces dans le cœur de certains habitants.

Sans parler de la grande place des animaux qui font parti du paysage et du mode de vie. Surtout les chiens et les moutons.

Une des particularités de cette série c’est que Julia Chapman joue avec la vie d’un village, sans l’interférence de gens de la grande ville, la gentrification n’a pas encore touché ce milieu rural du moins jusqu’à maintenant. Même si on ne vit pas dans le Yorkshire, il y a des choses que l’on comprend bien comme des « offcumdens ». Si vous n’êtes pas né dans un village et que votre famille ne remonte pas à je ne sais combien de générations, vous resterez un étranger.

Ce fut un épisode entre très prenant et c’est avec impatience que j’attends les prochaines aventures de Bruncliffe.

Je remercie les Éditions Robert Laffont, La Bête Noire de leur confiance.

Les détectives du Yorkshire 1 Rendez-vous avec le Crime

Les détectives du Yorkshire 2 Rendez-vous avec le mal

Les détectives du Yorkshire 3 Rendez-vous avec le mystère

Les détectives du Yorkshire 4 Rendez-vous avec le poison

Article précédemment publié sur Canalblog

Les détectives du Yorkshire 3. Rendez-vous avec le mystère

Julia Chapman

Trad. : Dominique HAAS, Viviane MIKHALKOV

Éditions Robert Laffont, coll.  la bête noire, 2018, 452 p., 14,90€

4e de couv. :

Engagé par le notaire Matty Thistlethwaite pour retrouver le certificat de décès d’une femme morte il y a vingt ans, le détective privé Samson O’Brien imagine l’affaire vite pliée. Mais dans le petit village de Bruncliffe, les choses sont rarement aussi simples. Surtout que Matty insiste pour que Delilah Metcalfe, avec sa connaissance intime de la région et de ses habitants, collabore à l’enquête.
Au fil de leurs investigations, Samson et Delilah se retrouvent entraînés dans un mystère qui pèse sur Bruncliffe depuis des décennies. En cherchant la vérité, ils vont déterrer des secrets que certains auraient préféré garder bien enfouis.

Ma chronique :

Vous reprendrez bien encore un peu de thé …

Voici le troisième tome de la série des « détectives du Yorkshire ». Ce qu’il y a de bien dans les séries qui ont une trame supplémentaire qui accompagne les enquêtes c’est qu’on voit l’évolution, on guette les changements. On fini par avoir l’impression de connaître cette petite ville et ces habitants les plus emblématiques, on attend certaines réactions des protagonistes, et on attend de voir la direction que prendront  leurs relations entre eux. Et  on peut voir les conséquences de la précédente aventure, car cet épisode commence le 14 février,  on est quelques semaines après les drames de Noël (Rendez-vous avec le mal). On s’est attaché à plusieurs personnages et on s’inquiète pour eux…

Vous pouvez aussi lire ce tome indépendamment puisque l’enquête principale est résolue, mais quel dommage de rater ces références et ses interactions !

On retrouve nos deux héros complices avec chacun une épée de Damoclès sur leur tête, les non-dits leur complique la vie. Vont-ils se parler ? Leurs problèmes vont-ils se solutionner positivement ? Cela contribue à créer des quiproquos et autres situations absurdes.

L’humour est toujours là pour garder nos distances face aux drames. Cette histoire n’est pas exempte de dangers en tout genre. Notre duo va faire du mal malgré eux.

On va vite se rendre compte que déterrer une vieille affaire a des conséquences sur la vie de cette petite communauté. C’est une des thématiques de cette série, le passé qui refait surface. On continue à explorer la thématique « famille », ainsi que celles de « vérités, mensonges, omissions et mystères », « amour et amitié » « combines financières et pouvoir »

Il est difficile de parler d’un roman policier sans spoiler… difficile de ne pas raconter certaines aventures… juste une qui restera énigmatique :  J’ai adoré les références à Ralph dans cette histoire, je ne m’y attendais pas… j’en ris encore !

Il reste suffisamment de secrets pour maintenir le lecteur curieux de suivre les mésaventures de cette petite ville.

Je suis devenue accro à cette série et j’attends la prochaine aventure avec impatience.

Je remercie Les Éditions Robert Laffont et La Bête Noire pour leur confiance.

Voir aussi

Les détectives du Yorkshire 1 rendez-vous avec le crime

Les détectives du Yorkshire 2 rendez-vous avec le mal