Daddy

Emma Cline

Trad. Jean Esch

Éditions de la Table Ronde, sept 2021, 266 p., 22 €

Mes Lecture de la Table Ronde

Rentrée littéraire 2021

4e de couv. :

Une jeune fille devient la cible de la presse à scandale après avoir été la nounou du fils d’une célébrité. Une adolescente séjourne chez son amie, dans le ranch d’une communauté hippie, et découvre la perversité des premiers jeux sexuels. Un rédacteur en chef lâché par tout son réseau de relations et par sa fiancée tente de devenir le prête-plume d’un self-made-man. Une trentenaire se fait passer pour une ado sur des sites de rencontre. Un père se demande quelle image ont aujourd’hui de lui ses enfants, venus fêter Noël en famille. Un autre, alerté d’un incident dans l’école de son fils, a rendez-vous avec le directeur de l’établissement. Un scénariste divorcé retrouve chez elle sa petite amie dont les addictions cachent un profond mal-être. Un jeune homme qui vit et travaille dans la ferme de son beau-frère se demande quel futur les attend ici, lui, sa femme et leur enfant à naître.
Autant de nouvelles que de décors balayés du regard incisif d’Emma Cline, qui éclaire au passage, d’un rai de lumière implacable, la perversité larvée en chacun de ses personnages, en même temps que leur immense vulnérabilité.

Mes impressions de lecture :

La rentrée littéraire ce ne sont pas que des roman , il y a aussi des nouvelles.

Je vous ai déjà parlé de cette écrivaine et son roman «  Harvey » dans lequel on se retrouve dans la peau d’un producteur de cinéma accusé de « harcèlement sexuel ».

Ne vous laissez pas attendrir par la couleur « rose  » de la couverture. Cet intérieur de voiture n’inspire pas la douceur…

« Daddy » est un recueil de dix nouvelles avec des points communs. Je vous ai déjà parlé de l’une d’elle « Los Angeles » qui  m’a marqué et que j’ai relu en connaissant la fin ce qui n’a pas empêché que j’ai eu une réaction semblable.

Je ne vais pas détailler chaque nouvelle mais vous parler de ce qui ressort de ma lecture. Au bout de trois nouvelles j’ai pensé « il y a quelque chose de pourri dans ce royaume ». Ce recueil a des fils rouges qui créent l’univers littéraire de Emma Cline.

Emma Cline nous parle de l’Amérique d’aujourd’hui, du côté de la côte Ouest et du mirage autour de Hollywood. Des gens riches (ou qui l’on été) et dépravés. Tout semble corrompu dans les relations entre les gens. L’alcool, la drogue et le sexe… Elle joue avec des variantes. Quand je dis qu’elle parle du présent c’est parce qu’elle met en avant les réseaux traditionnel et les réseaux internet. Cela touche le monde du travail scénaristes etc… mais elle n’est pas tendre avec la famille et pointe le doigts sur des relations dysfonctionnelles.

Souvent à la fin des nouvelles d’Emma Cline le personnage principal semble avoir raté le coche. Il y a un aspect désenchanté. La morale n’est pas vraiment sauve à la fin elle ne fait pas dans le happy end. Les pires salauds sont traités comme des perdants et des moins que rien. Il y a des femmes qui ne valent guère mieux, on n’est pas dans le manichéisme homme mauvais et femme victime.

Elle a un langage soutenu mais en même temps elle est direct dans ce qu’elle décrit avec parfois des ellipses.

Chaque nouvelle est très visuelle.

Je remercie les éditions de la Table Ronde de leur confiance.

Je vous souhaite une bonne lecture.