D’ici là, porte-toi bien

Carène Ponte

Éditions Michel Lafon, 6 juin 2019, 380 p., 17,95 €

Mes lectures Michel Lafon

En librairie le 6 juin 2019

4e de couv. :

Avec son sable fin et son ciel azur, L’Avenue du Parc Resort and Spa est  l’endroit idéal pour se remettre d’un coup dur. À condition de donner sa chance à la chance. Alors que Samya tente de pardonner l’adultère de son mari, Alison aimerait oublier qu’elle s’est fait plaquer au pied de l’autel. Jessie s’est excusée mille fois pour le chat et le lave-linge, mais Jérémy est à bout : une pause s’impose. Apolline rêve d’un enfant qui ne vient pas. Quant à Mia, dix-neuf ans et déjà maman, elle se voit rejetée par sa famille. Geneviève, elle, perd peu à peu la mémoire.

Ensemble, elles vont libérer leurs émotions et s’apporter un soutien inattendu.

Avec au bout du chemin, un gain inestimable : l’espoir.

Le meilleur moyen d’alléger ses peines, c’est encore de les partager

Anecdotes de lectrice :

J’ai rencontré en vrai Carène Ponte fin mai au salon du livre du Grand Narbonne. Elle est telle qu’on la devine à travers ses écrits et ses interventions sur les réseaux sociaux. La table ronde à laquelle elle a participé « Feelgood ces auteurs qui nous veulent du bien » nous a permis de voir trois autrices avec chacune une façon d’aborder ce genre littéraire. Elle présentait son précédent roman « Avec des si et des peut-être » et elle a réussi à garder le mystère sur le contenu du roman, ce qui n’est pas une mince affaire. Donner envie sans trop en dire. C’était un dimanche en milieu d’après-midi et la « salle » était pleine. Cela restera un bon souvenir et en lisant son roman j’avais sa voix…

20190526_173721
20190526_152516

      

carène ponte

20190526_173640

Carène Ponte avec Eve Borrelli

Ma chronique :

C’est le cinquième roman de Carène Ponte que je lis et à chaque fois c’est une surprise qui m’attend. Cette fois-ci Carène Ponte nous invite dans l’intimité de plusieurs femmes. Ce roman choral nous fait réfléchir à différents cas de figure auxquelles tout un chacun peut se retrouver confronter. Cela ne concerne pas que les femmes comme vous pourrez vous en rendre compte.

Chaque chapitre est consacré à une des femmes qui prend la parole et parle à la première personne. Des femmes d’âge différent, avec des situations biens distinctes, on ne peut les confondre. On va assister à des rencontres improbables, le lieu s’y prête aisément. Des duos se forment parfois par affinité d’autrefois par contrastes. Chacune apportant à l’autre sa façon de voir le problème.

Dans un premier temps on découvre les personnages à tour de rôle avec l’exposition de leur situation et comment elles vont se retrouver dans ce camping 5 étoiles en couple ou seules. Puis, jour à après jour on va les voir évoluer dans ce lieu inconnu où elles n’ont pas leurs repères.

L’humour est présent à travers les situations cocasses, voir surréalistes, dans la description des petits travers de chacune. Les dialogues sont à l’avenant. On sent que l’autrice à joué avec ces personnages et y à pris plaisir. C’est un feel good pas un roman comique, il y a bien entendu des scènes d’une grande tendresse et d’autres émouvantes.

Quel est le personnage qui vous plait le plus ? Qui vous correspond le plus ? Avez-vous été confronté à l’un des cas présentés ? Avez-vous ou auriez-vous choisi la même solution que celle proposée par Carène Ponte ? Difficile de répondre à ces questions… On arrive avec nos certitudes et puis on se laisse porter par ce que Carène Ponte nous propose.

Bien entendu entre le début et la fin plus personne n’est tout à fait la même, ni les personnages, ni les lecteurs. Les personnages qui ont vécu des moments forts vont être liés par une amitié basée sur cette expérience de vie hors de leur zone de confort.

Conclusion c’est en parlant qu’on fait avancer les choses ! En se remettant en question aussi…

Les romanciers avaient la pression de la première phrase, voir de la première scène, aujourd’hui il y a un nouvel exercice de style qui devient un moment incontournable celui des remerciements, J’ai beaucoup aimé ce qu’elle dit… et j’ai hâte d’être à Noël !

Un livre à mettre dans votre valise cet été… et si vous ne partez pas il sera parfait pour une pause détente.

J’ai essayé d’en dire le moins possible pour vous que vous alliez vous aussi de surprise en surprise.

Je remercie les Editions Michel Lafon de leur confiance.

Qui en parle ?

Jangelis

D’autres romans chroniques sur ce blog (bientôt)

Un_merci_de_trop
tu as promis
avec des si
gros sur le coeur

Article précédemment publié sur Canalblog

Avec des si et des peut-être

Carène Ponte

Éditions Michel Lafon, 2018, 375 p.,  18,95 €

Mes lectures Michel Lafon

4e de couv. :
Aimeriez-vous savoir quelle serait votre vie si vous aviez fait d’autres choix ?
Prof de français au lycée de Savannah (-sur-Seine), Maxine vit en colocation avec Claudia (et ses crèmes au jus d’herbe fermenté), elle aime Flaubert (ses élèves, Stromae), courir avec ses deux meilleures amies (trois cents mètres) et aller chez le dentiste (sa sœur).
Maxine croit aux signes et aux messages de l’Univers. Pourtant elle ne peut s’empêcher de se demander : « Et si j’étais allée ici plutôt que là, si j’avais fait ceci au lieu de cela, ma vie serait-elle chamboulée ? »
En bonne prof de français, Maxine aime le conditionnel…Mais à trop réfléchir Avec des si et des peut-être, ne risque-t-on pas d’oublier de vivre au présent ?

Et si la vie décidait de lui réserver un drôle de tour ?

Mon Billet :

Je suis très contente de vous parler du troisième roman de Carène Ponte.  A chaque fois elle me surprend. J’avoue que ce roman m’a fait du bien. Ces romans peuvent sembler légers dans la façon d’aborder les sujets mais elle traite pourtant de questions qui peuvent « pourrir » la vie de certains.

La solitude, le deuil et le manque de communication avec les membres de sa famille tout le monde peut comprendre.

Elle nous parle de jeunes femmes qui cherchent leur voie, l’épanouissement, un sens à leur vie.

L’amitié et la famille sont très importantes. Nous avons une jolie galerie de portrait et des fragments de vie. Des rencontres et des situations tendres ou drôles.

Maxine n’a encore que peu d’expérience professionnelle, mais elle n’a déjà plus (ou jamais eu) l’enthousiasme qu’il faut pour donner de la passion à ce qui n’était pas une vocation. Elle est devenue prof comme par défaut.

En quête d’un amoureux avec qui partager sa vie, elle va devoir des questions sur ses envies. A chaque rencontre elle sait ce qu’elle ne veut pas… c’est déjà ça !

Sous forme de comédie, Carène Ponte va nous montrer à travers las diversité des personnages au caractère bien trempé qu’il faut se connaître pour s’épanouir.

Les non-dits et les mensonges vont influencer plusieurs vies. Elle va devoir poser les questions et accepter les réponses.

L’originalité de ce roman c’est l’expérience que va vivre Maxine. Une incroyable aventure qui va lui ouvrir les yeux.

On rit beaucoup ! et parfois on pleure, beaucoup d’émotions.

J’adore les « apartés », les pensées de la narratrice « je » Maxine. Les pensées  et les désirs.

Elle joue beaucoup avec les dictons et les phrases toutes faites qu’elle agrémente à sa sauce.

Il y a beaucoup de dialogues ce qui pimente  l’intrigue.

Beaucoup de références cinématographiques, musicales et autres sont très girly et parlent au plus grand nombre.

J’ai adoré les petits clins d’œil sur le roman précédent.

Et je ne vous parle pas des chansons… Les scènes sont bien écrite et on s’y croirait !

Les romans de Carène Ponte sont devenus comme des rendez-vous que j’attends.

Je remercie les Éditions Michel Lafon de leur confiance.

Qui en parle ?

Jangelis

Un_merci_de_trop
tu as promis

  Article précédemment publié sur Canalblog

Un merci de trop

Carène Ponte

Éditions Michel Lafon, juin 2016, 284 p. 16,95 €

Mes Lectures Michel Lafon

4e de couv. :

S’il fallait décrire Juliette en un mot, « transparente » serait sans doute le bon. Depuis toujours, elle a fait ce que l’on attendait d’elle, mettant de côté ses rêves et celle qu’elle est vraiment. Résultat, à trente ans, elle mène une vie où choisir entre lasagnes et sushis est un événement. Pourtant, au fond d’elle-même, elle sait qu’elle n’est pas cette fille sans personnalité.
Heureusement, il n’est jamais trop tard pour devenir soi. C’est ce que va découvrir Juliette au détour d’un merci, un merci de trop. Et elle est loin d’imaginer où cela va la mener.

Parfois, le bonheur est à portée de main

Mon billet :

Je ne suis pas une  grande lectrice de chiclitt mais la couverture et le pitch m’ont donné envie de découvrir cette histoire. C’est pour moi une lecture qui s’accorde bien avec l’été… si vous lisez cette chronique dans quelques mois je pourrais aussi vous dire que c’est une bonne lecture sous la couette avec une tasse de thé… tout simplement parce que c’est une lecture feelgood qui aborde des sujets qui pourraient être lourds  traités d’une autre façon.

C’est un page turner avec des personnages attachants et sympathiques à part un ! ça va surtout tourner autour de trois personnages très différents.

Les deux copines forment un duo complémentaire. Nina se charge des aspects terre à terre et de donner les claques que le lecteur ne peut pas donner… et Juliette réagit au quart de tour !

Ce roman évite les écueils qui m’agacent dans ce genre littéraire. Juliette ne va pas passer 200 pages à se lamenter pour les mêmes choses… l’auteure a su mettre plusieurs chausses trappes pour rendre l’histoire intéressante.

Ce roman aurait pu se découper en trois tomes, mais heureusement pour moi tout est concentré en un seul volume. On a des rebondissements plus importants, il faut dire qu’elle ne fait rien dans le bon ordre cette pauvre Juliette. On a plusieurs aspects des comédies romantiques. D’ailleurs certaines  très connues sont citées au cours de la narration ce qui nous mets bien dans l‘ambiance. Il y a des scènes « classiques » dans la chic litt mais Carène Ponte a su les mettre en scène pour se les approprier et nous faire sourire… Je n’ai pas eu la larme à l’œil pour des scènes « émotives ». J’étais plus soit dans le sourire soit dans qu’est-ce qu’elle va décider… cela vient peut-être de mon état d’esprit à ce moment…

Il y a des situations que l’on a toutes plus ou moins connues alors l’identification est facile. Contrairement aux héroïnes américaines, j’ai mieux visualisée ces filles. Les métiers mis en scènes sont aussi proche de nous. On n’est pas dans la mode ou je ne sais quel métier  médiatique.  Juliette prend le TGV et pas le jet privé ou la limousine. Bien sûr le côté je n’ai plus de travail mais je ne galère pas m’est étranger, mais c’est cela la fiction, faire rêver.

Ce qui m’a plu, c’est qu’il y a des sujets très forts qui ne sont pas traités à la légère tout en ne plombant pas complètement l’ambiance. On reste dans des situations assez vraisemblables mais romanesque.

J’ai bien aimé le personnage de Nina la raisonnable, la presque parfaite qui en plus n’est même pas prétentieuse, ni sentencieuse ! Elle met  le doigt dans la plaie non pas pour faire mal mais pour assainir la situation. La morale est sauve dans cette comédie romantique.

Sur twitter Carène Ponte demandait si cela intéresserait les lecteurs-lectrices qu’elle écrive une suite. On est tellement bien avec les personnages qu’on a envie qu’ils vivent encore… mais là je me demande ce qu’elle va leur faire tomber sur la tête… Non, parce que dans ces aventures là elle leur fait tomber quelques tuiles…  je ne veux pas trop spéculer sur les drames à venir, laissons faire l’imagination de l’auteure.

Ce qui m’a plu, c’est que le roman est à la première personne et que c’est Juliette qui nous raconte son histoire avec sa vision personnelle, donc pas objective. Il n’y a que deux ou trois chapitres où Carène Ponte donne la parole à un autre personnage puisque Juliette n’assiste pas à la scène. On a ainsi un discours direct qui donne plus d’impact à l’action que si elle avait utiliser la forme indirecte.

C’est un joli premier roman, maintenant attendons de voir sa prochaine histoire.

Je remercie les Editions Michel Lafon pour cette lecture estivale bien agréable.

laffon

NB : maintenant que j’ai écrit ma chronique je vais aller visiter son blog : 

Des mots et moi

Articlé précédemment publié sur Canalblog