5 e Festival Méditerranée Polar et Aventure : Rencontres samedi 25 septembre 2021

Chers lecteurs,

Je vous ai déjà parlé de ce festival en 2017 et en 2019 … En 2018 je n’y suis pas allée.

Cette année nous découvrons un festival plus automnal… petite escapade improvisée.

Je ne sais pas si c’est parce que j’habite le département voisin mais j’ai l’information pratiquement la veille… pour s’organiser ce n’est pas très pratique, c’est peut-être pour cela que je n’y étais pas en 2018. Cette année j’ai vu passer sur le compte FB d’une copine le vendredi avant de partir au travail.

Est-ce que cette année je vais faire des gaffes ? Cette année toujours pas de CB mais j’avais mes petits sous…

Toujours ensable ce beau bateau ! on a fait le tour avant d’entrer.

Je suis partie de chez moi avec une légère bruine, 1 h de route plus loin le temps était plus clément. Le soleil a fait son apparition.

L’affiche est superbe. Elle m’a fait penser à Gilberto Villarroel mais il n’était pas là ! illustration Fabrice Angleraud et couleurs Michel Borderie.

De jolis noms au programme, mais ceux qui m’ont vraiment donné envie d’y aller ce sont ceux de deux auteurs que j’ai suivi sur Book en Stock, c’est à dire Lionel Davoust (sans Laurent Whale) qui était déjà venu en 2017 et Paul Béorn. Puis, d’autres auteurs… de ma liste je n’ai raté que François Xavier Dillard.

Avant de vous parler des auteurs rencontrés je vais vous présenter mes copines bloggeuses que j’ai eu le plaisir de retrouver. Verauxinelle , Litote, et Elise. Elise et Verauxinelle faisaient partie des bénévoles.

Lionel Davoust, s’est souvenu de moi et de ma Ramettes. Nous avons aussi parlé de Lucien son robot qui envoi des newsletters de son blog et autres anecdotes.

J’étais venue pour « Les Dieux Sauvages.Tome 1 La messagère du ciel » et on a un peu papoté autour des couvertures différentes entre la version Éditions Critic et la version Folio. J’avais déjà la dédicace sur « la route de la conquête » et « Comment écrire une fiction ? »

Paul Béorn, juste au moment où j’étais entrain de dédicacé on nous a demandé de remettre nos masques. Jusqu’au dernier moment j’ai hésité à acheter « Calame Tome 2 » mais ayant le tome 1 en version poche chez Bragelonne, j’ai préféré acheter un jeunesse pour découvrir son côté auteur de littérature jeunesse. J’ai oublié de faire dédicacer « Calame 1 les deux visages » et « le septième guerrier mage ». ça sera pour une autre fois.

On a aussi papoté sur son deuxième mois sur le blog de Dup et Phooka (petit bonjour partagé). Sur ce concept d’interview participatives qui permettent aux lecteurs et aux auteurs d’être à la fois sérieux et plus légers.

J’ai découvert il y a peu Yves Carchon avec « Déborah Worse« . Comme j’ai passé un bon moment j’ai acheté « Dali noir » qui se déroule en partie du côté de Collioure. Nous avons même fait des photos avec la machine prévue à cet effet.

Grâce au partenariat avec le maison d’édition Cairn j’ai aussi découvert Jacques Lavergne avec « Échecs et meurtres » nous avons un peu parlé d’une partie de l’intrigue et je suis repartie avec « Camargue blanche et série noire » dans ce roman il y a le même policier. J’adore les personnages récurrents, va t-il le devenir ?

Franck Ferric, j’ai oublié mon  » Trois oboles pour Charon » que j’ai lu il y a longtemps. C’est étrange il me reste un souvenir d’un bon livre qui m’avait marqué et lorsque j’ai relu m’a chronique je me suis rendu compte qu’au moment où je l’ai lu je l’ai trouvé trop sombre. Le temps passant ma mémoire a lissé certaines aspérités. Je suis repartie avec « Le chant mortel du soleil » de la fantasy qui va m’emporte dans steppes mongoles…

Nicolas Feuz, je ne le connaissais qu’à travers ce qu’en disait Litote sur Instagram. Je n’avais pas prévu d’acheter d’autres livres (j’avais déjà dépassé mon budget) mais il a participé à la petite table ronde et il a dit quelque chose qui m’a intéressé sur le fait qu’il était suisse et que ses romans bien qu’écrits en français sont retravaillé pour la version hexagonale.

Une mention spéciale pour Anouk Shutterberg qui a reconnu ma Kokeshi Ramettes qu’elle a croisé sur les réseaux. Elle bien voulu poser même si je n’ai pas acheté son roman… mais j’ai noté le titre !

Merci à tous les voisins des auteurs avec qui j’ai le plus parlé… Je ne peux tout lire, ni tout acheter… certains ont ont même aidé à la mise en scène…


Des auteurs avaient du mal à laisser leurs lecteurs pour des dédicaces….

De gauche à droite : Jacques Lavergne (auteur et animateur), Paul Arquier Parayre, Yves Carchon, Paul Béorn, Lionel Davoust, Floriant ParePt et Nicolas Feuz

Il y avait une table ronde de prévue. Il y a eu un peu de retard et j’ai bien cru qu’elle n’aurait pas lieu.  » Devenir écrivain : polar et littérature même combat ? » Chaque auteur a abordé un aspect de l’écriture et notamment le travail de recherche, les points communs, les bases historiques du polar et celles de la littérature de l’imaginaire… une discussion s’est établie entre les auditeurs et les auteurs. C’était intéressant mais un peu bref comme toujours lorsqu’un sujet vous intéresse. C’était bon enfant et les auteurs étaient d’humeur taquine.
Seul bémol cette discussion a eu lieu dans la même pièce que les dédicaces donc assez bruyant. Je sais bien que la situation actuelle c’est déjà très bien d’avoir pu réunir autant de personnes intéressantes.

Pour conclure, cet article je dirais que cela m’a fait plaisir de retrouver ce festival du livre, mes copines et les auteurs. Cette année il a eu lieu hors saison et il y avait un côté plus intimiste avec un seul étage. J’espère que l’année prochaine la situation sanitaire sera plus favorable et qu’on retrouvera le festival dans toute sa splendeur avec beaucoup plus de visiteurs. Félicitations aux organisateurs car cela n’a pas dû être facile à organiser.

La petite anecdote de cette année suis restée plus longtemps que prévu avec mon ado qui m’attendait à l’extérieur. Il a été super patient et nous avons pu ensuite profité de la plage un petit moment.

J’ai un autre article à écrire sur ce nous avons vu à l’extérieur du bateau… alors à bientôt pour une autre forme d’art.

4e Festival Méditerranée Polar et Aventure 2019

Chers lecteurs,

J’ai découvert ce festival il y a deux ans … Vous aviez aimé lire mon ressenti, mes aventures et mes mésaventures de blogueuse gaffeuses… je vous rassure je ne me suis pas amélioré et ce festival non plus !

Allez c’est parti pour un petit retour en arrière…

Il y a quelques semaines je découvre sur les réseaux sociaux sur les comptes de Grégory Da Rosa qu’il venait le 15 et 16 juin… Génial ! Je bloque les dates … puis patatras le 15 je devais absolument aller au gala de Judo de mon fiston… Je me dis pas grave il y a dimanche.. Tant pis pour la fête des pères mon chéri et les enfants comprendrons (on déteste les fêtes à date fixe !)… Le papa et son fiston iront à la plage en attendant ! Pourvu qu’il ne pleuve pas…

Nous voilà donc parti pour 1h de route sous un beau soleil… arrivé là-bas je rencontre deux autres blogueuses qui elle étaient déjà venues la veille… Heureusement qu’elles étaient là et qu’elles avaient déjà testé le festival… parce qu’il y a pas mal de choses à revoir…à commencé par la signalisation, ce n’est pas balisé on arrive devant le bateau et il n’y a que cette banderole là-haut… ça va que je connaissais le coin mais rien n’est fait pour attirer les visiteurs…

On va commencer par la communication ! Cet événement ce sont les auteurs qui doivent faire leur propre pub… les deux gagnants du Prix Méditerranée sont annoncés quelques jours avant si vous cherchez l’info ! mes les auteurs présents je les ai découvert jeudi à force de chercher ! j’habite le département limitrophe et là rien ne passe entre les Pyrénées Orientales et l’Aude c’est toute une histoire !

Bien sûr la remise des prix était vendredi soir et les auteurs qui sont venus recevoir leur prix n’étaient plus là le dimanche !!! Vendredi soir après le travail et une heure de route ce n’était pas possible pour moi !

Puis, j’ai découvert une fois sur place qu’entre midi et deux c’est fermé… pas de restauration possible avec les auteurs ou même entre visiteurs…

On revient 14h pour une conférence/table ronde (sujet non communiqué) qui n’aura finalement jamais lieu puisque presque tous les auteurs concernés avaient disparus… aucun programme à disposition des visiteurs, il faut se référé à une affiche sur le pont !

Ensuite sur le pont là où on pourrait faire une photo avec l’affiche dans le dos, il y avait des chaises comme si le festival était déjà terminé… d’ailleurs le restaurateur pas très loin croyait que cela finissait hier soir… c’est pour dire ! La décoration intérieure n’est pas glamour… en fait il n’y en a pas !

Heureusement,  il y a les auteurs présents ! Je leur dit bravo …

Une pensée pour ceux qui m’ont vu juste passer puisque je suis allée directement vers les auteurs « fantasy et imaginaire »… C’était pour eux que je venais…

Il y avait Patrick Mc Spare, Grégory da Rosa et Ariel Holzl.

Premier petit tour de repérage, ils sont tous dans le même coin… je ressors, c’est mon côté timide… et là je découvre  Verauxinelle et Les lectures D’Elise, ou plutôt ce sont elles qui m’interpellent… on boit un café sur des canapés qui sont dehors, on parle de ce qu’elles ont vu et là Patrick Mc Spare sort et une conversation s’engage, nous parlons de tout et de rien… ce sont ces petits moments qui font le charme des petits festivals ou salons, c’est aussi signe qu’il y a peu d’affluence !

20190616_122935
20190616_122957

Puis ont est rentré … je suis allée le voir et faire dédicacer mon livre… Et là je ne sais pas ce qui m’est passé par la tête à la question vous l’avez lu je répond oui j’ai lu les quatre tomes… génial il n’y en a que trois !!! J’ai donc inventé un tome… il ne l’a pas mal pris ouf ! 

Il me demande quel personnage je veux sur ma dédicace et je dis « Tom » et là il commence à me dire qu’il a commencé une nouvelle série avec ce personnage… Bien sûr j’ai craqué et je l’ai pris … je vais à la caisse du Stand Cultura et là catastrophe ils ne prennent pas les chèques… je reviens toute penaude et nous voilà désolés tous les deux… Quand tout à coup son voisin de table Pierre Leaute lui glisse à l’oreille pourquoi tu payes pas avec ta carte bleue et la dame te donne le chèque… Eh bien il a accepté !!! Bon on a su que Cultura n’était pas reliée informatiquement alors les chèques ce n’était pas possible, ni passer la carte client ! Je remercie donc Pierre Leaute pour cette belle idée et Patrick Mc Spare pour son geste ! J’ai donc deux dédicaces !!! et un livre à lire !

héritiers de l'aube
20190616_173115
20190616_173048

« Totem Tom » Patrick Mc Spare

totem tom

Du coup, j’ai retenu le nom de Pierre Leaute pour découvrir à l’occasion ces romans… affaire à suivre !

20190616_143116
20190616_143124

Vous noterez la tenue décontractée de Pierre Leaute et en arrière plan Patrick Mc Spare qui a trouvé une autre lectrice avec qui papoter !

Je suis passée ensuite à la table de Grégory da Rosa et Ariel Holzl… Qu’est ce qu’ils sont jeunes !

20190616_140934

Miss Ramettes a rencontré M. Nyx… et elle a très envie de lire les tomes 2 et 3 !

On a vite papoté tous les trois Grégory Da Rosa, Ariel Holzl et moi, nous parlions de leur participation au mois de sur Book en Stock etc … Pierre Leaute souriait en suivant nos échanges… Quand Grégory m’a demandé si j’avais lu son roman mon réflexe à été « oui bien sûr… mais en fait non ! » oui je ne sais pas mentir, en fait j’avais commencé à le lire pour pouvoir poser des questions mais je fut vite débordée et je posai le livre pour lire des services presses urgent… Très fair play il ne m’en a pas tenu rigueur … j’ai argumenté…

Nous avons abordé le thème des futurs romans et on a en quelques sorte continué entamé sur Book en Stock ou Facebook et Instagram… très agréable… j’ai noté qu’il faut être patient pour avoir d’autres publications … 

20190616_141015

 

20190616_173028
20190616_141020

Merci d’avoir joué le jeu des photos… Vous voyez sur cette photo qu’il reste deux exemplaires du tome 1… eh bien ils sont vite partis !

20190616_173000

20190616_142429

Là vous vous demandez ce que Ariel Holzl est en train de faire…

Il écoute trois lectrices assises sagement sur le banc en face de son stand qui commentent les livres et les personnages… Et là il nous montre les personnages que des lectrices ont créées à partir de sa trilogie !

20190616_144641

Voici donc les trois blogueuses/ booktubeuse : VérauxinelleElise et moi même.

Nous attendions sagement la discussion « les auteurs à la barre » mais je suis partie à 15h et elle n’avait toujours pas débutée !

4e festival 2
programme 4e festival 1

Je n’ai pas l’impression que le programme annoncé à été respecté…

Chers auteurs, je vous poste une dernière photo avec ciel bleu pour vous donner envie de venir l’année prochaine car nous lecteurs nous sommes heureux de pouvoir vous voir dans le sud …

20190616_145254

Article précédemment publié sur Canalblog

Les Costa 3 : Par la mer et les nuages

Laurent Whale

Éditions Critic, mars 2018, 537 p., 23€

Mes lectures Critic

4e de couv. :
L’apocalypse a eu lieu. La politique, la finance et l’avidité des hommes ont transformé la planète bleue en un dépotoir puant et délétère.
Quelques foyers humains tentent d’y arracher une existence précaire, menacés par des hordes de chiens sauvages et de vagabonds, rendus fous par la famine. Chaque jour, la dégradation de l’air, de l’eau et l’augmentation des radiations changent la vie en un baroud perdu d’avance. Mais nul n’a l’intention de périr sans combattre.
À Pontault et Port Leucate, en dépit de tensions et de conflits internes, deux communautés de survivants entament un ultime périple vers des terres nouvelles et plus accueillantes, de l’autre côté de l’Atlantique ; parmi elles, la famille Costa.
Ainsi commence le long exode, véhiculant les espoirs d’une poignée d’humains résolus.
Cap à l’ouest ! Par la mer et les nuages.

Ma chronique :

J’ai découvert cet auteur et cette série grâce à Book en Stock et  « mois de de Laurent Whale». Un mois d’interviews sans filtres entre les lecteurs et l’auteur. Ces » mois de » me font sortir de ma zone de confort et découvrir des auteurs actuels de la littérature de l’imaginaire. C’était le second tome « les damnés de l’Asphalte » que j’avais adoré. Puis ce fut la sortie chez folio de du tome 1 à nouveau coup de cœur. Et voici donc un troisième volet qui nous fait voyager et réfléchir, je suis fan de cette série. Pourquoi je vous raconte cela ? Pour répondre à la question : « puis-je lire cet épisode sans avoir lu les autres ? » Ma réponse est donc oui, car ils sont construits de façon à vivre une aventure, il y en début de volume un « récapitulatif des personnages clés ». Bien sûr dans l’idéal il vaudrait mieux lire les trois volumes dans l’ordre, car de toute façon si vous aimez celui-ci il vous faudra les autres.

Laurent Whale à une façon de raconter le quotidien et les aspirations des membres de ces communautés à la façon des écrivains de roman d’aventure. On est au cœur des événements. On est dans des zones hostiles, il faut savoir se défendre, prendre les armes quelques quelles soient. Moi qui ne suis pas adeptes des armes et des batailles  j’ai vibré en même temps que les protagonistes. On y est on voit, on sent, on ressent.

Lorsque je parle de roman d’aventure, je pense aussi à l’aspect technique. Comment nourrir un groupe ? Comment  le faire dormir ? Comment se défendre ? Comment explorer ? Comment se déplacer ? Toutes les descriptions sont utiles, s’il nous décrit comment sont les lieux ou de quoi se composent les armes c’est parce qu’on va les voir en action.

On est dans une France post-apo , alors il faut être inventif et ingénieux. Ce qui m’intéresse ce n’est pas tant de savoir que telle ou telle pièce va permettre de créer un nouvel engin adapté à ce nouveau mode de vie, c’est de savoir qu’il faudra compter sur la mémoire de certains, de voir comment les vieux documents vont pouvoir servir. La famille Costa a su récupérer et se constituer une bibliothèque utile. Lorsque je vois que dans nos petites bibliothèques de village on ne garde que le récents et peu de livres techniques, je m’inquiète. Aujourd’hui on compte trop sur les serveurs informatiques et les données stockées… mais que ce passera t-il lorsque l’énergie sera rationnée.

L’auteur a fait un remarquable travail de recherche, c’est très documenté comme dans chacun de ses romans.

C’est un véritable roman d’aventure qui nous fera voler dans un dirigeable (en autre) nous fera naviguer sur des catamarans modifiés, etc. comme le titre l’indique « Par la mer et les nuages »

On retrouve la communauté de Pontault, de Port Leucate, du delta de l’Ebro… on découvrira au fil du voyage les stocks d’Hélium en Algérie avant de partir plus loin encore…

La pollution est telle que pour tenter de survivre, il faut refaire le voyage vers « le nouveau monde ». L’Histoire se répète ?

Ce qui est intéressant, c’est de reconstruire des communautés sans commettre les mêmes erreurs du passé. Le partage du pouvoir et faire primer les valeurs humaines dans les prises de décision, ce n’est pas toujours évident. Le facteur humain dans la reconstruction d’une société ce n’est pas comme créer un engin à partir de pièces détachées hétéroclites.

Ce que j’ai aimé dans la construction narrative c’est qu’en début de chapitre nous avons la date, le lieu et l’heure de ce qui va se produire. Il y a aussi des extraits de documents du style articles de journaux d’une autre époque. Cela débute par le mois de septembre 2107  Jour 1… Et là il y  une sonnette d’alarme qui s’allume dans ma tête de lectrice, mon fils aura 100 ans ! Oui, Laurent Whale nous parle de demain… on reconnaît encore des éléments de notre époque, cela donne au récit quelque chose de plus fort encore.

Ce que j’aime aussi dans cette série c’est que l’on n’est pas dans le jugement, mais dans le constat. Il n’est pas dit clairement c’est de notre fautes gens de 2017 si on en est là, il nous laisse tirer nos propres conclusions. A chacun sa prise de conscience ou pas. Ce n’est pas un roman moralisateur, c’est un roman de l’action, il faut agir pour survivre à la pollution, aux pénuries en groupe. On voit d’autres modes de survie différents plus tournés vers la violence. Certains personnages  on un côté visionnaire et idéaliste tout en étant pragmatiques.

Ne vous y trompez pas il y a l’aspect technique, l’aspect politique (vie de la cité) mais ce sont les relations humaines qui sont au cœur de tous ces efforts. La vie, la mort, l’amour et l’amitié, les émotions restent des sujets primordiaux pour ne pas retomber dans la bestialité. La réflexion, les dialogues, les discussions, la communication  et le partage sont là pour faire avancer les choses chez l’être de parole.

Vous l’aurez compris une nouvelle fois j’ai été conquise. A vous de vivre l’aventure avec la famille Costa, mais rien à voir avec les croisières Costa !

Je terminerai par une petite anecdote personnelle. J’ai rencontré Laurent Whale au Barcarès (près de Port Leucate) sur le Lydia, bateau ensable transformé en salle de spectacle, c’était pour le festival du roman d’aventure. Et l’auteur correspondait vraiment à ses récits, aussi spontané que ces écrits.

Je remercie les Éditions Critic pour leur confiance.

kokeshi coup de coeur
étoiles s'en balancent critic
damnés mitraillette

  

NB : J’aime aussi une autre série très différente de Laurent Whale « Les rats de poussière » dont j’ai lu « Good bye Billy »

goodby billy critic

Article précédemment publié sur Canalblog

NB