La cité des jarres

Arnaldur Indridason

Trad. Eric Boury

Points, 2006, 408 p., 7,70€

4e de couv. :

Un nouveau cadavre est retrouvé à Reyk-javik. L’inspecteur Erlendur est de mauvaise humeur : encore un de ces meurtres typiquement islandais, un «truc bête et méchant» qui fait perdre son temps à la police… Des photos pornographiques retrouvées chez la victime révèlent une affaire vieille de quarante ans. Et le conduisent tout droit à la «cité des Jarres»…

Mes impressions de lecture :

J’ai découvert cet auteur il y a une douzaine d’année avec « L’homme du lac », j’avais aimé cette ambiance où le passé a une grande importance. J’ai lu plusieurs romans de la série des Erlandur mais je ne les ai pas tous chroniqué, puisque je n’ai retrouvé qu’un article. Dans ma pal il y a de nombreux titres en attente.

J’ai gagné  il y a quelques années un volume avec trois histoires… dont « La cité des jarres » qui est en fait la troisième enquête publiée. merci à cette blogueuse.

Dans cette histoire le fil conducteur est la femme et l’enfantement. Nous allons retrouver des personnages qui vont avoir des grossesses non désirées pour différentes raisons. Ce roman qui date de 2000 (en VO) traite déjà d’un sujet qui est d’actualité « le consentement », ce n’est pas d’aujourd’hui que certains hommes remettent en question le comportement déplacé masculin.

L’histoire débute en 2001 mais va nous faire faire des incursions dans les années 60.

Ce que j’aime dans ces séries ce sont les interférences entre la vie personnelle de l’enquêteur et sa vie professionnelle. Il a des relations très conflictuelles avec sa fille.

Il néglige sa santé et on sent poindre des problèmes futurs.

Vous savez, si vous me suivez, que j’aime la thématique de l’eau. Je m’attendais à trouver ici celle classique liée à une île et j’ai la surprise de découvrir cette du marécage asséché.

Je vous laisse découvrir ce qu’est la cité de jarre et le rôle qu’elle va jouer.

Il ne me reste plus qu’à lire les autres titres en attente.

Je n’ai pas encore tenté les autres séries.

Et vous appréciez-vous ces romans ?

Qui en parle ?

Cryssilda de « Voyager et lire »

L’homme du lac

Arnaldur Indrason

Une enquête du commisaire Erlendur Sveinsson

Points, 2004, 406p. traduction 2008.

Prix du polar européen du Point 2008

4 ième de couv :

Il dormait au fond d’un lac depuis soixante ans. Il aura fallu un tremblement de terre pour que l’eau se retire et dévoile son squelette, lesté par un émetteur radio recouvert d’inscriptions en caractères cyrilliques à demi effacés. Qui est donc l’homme du lac ? L’enquête révélera au commissaire Erlendur le destin tragique d’étudiants islandais confrontés aux rouages implacables de la Stasi.

Mes impressions de lecture :

Merci Domy d’avoir insisté depuis des mois pour nous faire connaître cet auteur que tu apprécies énormément.

Ne connaissant pas la culture Islandaise j’ai appris des choses sur l’histoire et d’autres anecdotes sur ce pays. en autre il a fallu que je m’accroche pour les prénoms…

Le personnage hors norme du commissaire est exactement ce que j’apprécie dans les romans avec les personnages récurrents. ça spécificité à lui c’est une fixation sur les cas de disparition. les digressions sur l’aspect littéraire de ce sujet est intéressant. On imagine pas ce que les gens mono-maniaques peuvent découvrir. Vous imaginez une bibliothèque qu’avec des récits de disparition en Islande !

Sa vie personnelle est un peu « ratée » on ne peut réussir partout.

Je pense que je lirais d’autres romans dès que l’occasion s’en présentera afin de confirmer ou d’infirmer cette première sensation.

J’ai fait une bonne découverte…

Article précédemment publié sur Canalblog