Alfie Bloom et l’héritage du druide T.1

Gabrielle Kent

Trad de l’anglais Cyril Laumonier

Éditions Michel Lafon, 2015, 302 p. ,14,95€

Les Tomes 1 et 2 sont déjà en poche !

Trilogie Alfie Bloom

Chronique jeunesse du mercredi

Alfie Bloom 1

4e de couv. :

Alfie Bloom est un garçon ordinaire, jusqu’au jour où il reçoit un cadeau extraordinaire : le château de Hexbridge ! Un endroit mystérieux où même les peaux d’ours peuvent voler tenu par un majordome aux pouvoirs étranges.
Le garçon y découvre bientôt qu’il est l’unique gardien d’une magie vieille de plusieurs siècles. Avec l’aide de ses cousins, il devra tout faire pour apprendre à la contrôler et à la protéger des forces obscures qui veulent s’en emparer.

Réveillez la magie

Mon billet :

J’ai découvert cette trilogie en commençant par le tome 2. J’avais été un peu frustrée de ne pas avoir lu le tome 1 avant, ensuite j’ai eu aussi le tome 3 en partenariat et c’était déjà mieux, mais il y a avait un manque. J’ai envie pu assouvir mon désir en achetant ce tome 1 ! Sitôt acheté sitôt lu, il n’est pas passé par la case PAL !

Je vais essayer d’écrire ma chronique pour les personnes qui n’ont pas encore commencé la trilogie et ensuite je vous parlerais de mes impressions par rapport à la trilogie.

Dans ce premier tome on va retrouver tous les éléments qui font partie de la mise en place des événements.

Ce que j’ai c’est découvrir un garçon très sympathique qui restera gentil malgré tout ce qui va lui arriver. Il y a beaucoup d’amour dans cette histoire.

On découvre donc un gamin qui termine l’école primaire qui n’a qu’une amie, il a le rôle du souffre douleur. Il vit seul avec son père, sa mère est décédée. Son père est un « Géo Trouvetou », un doux rêveur qui aime son fils, il a un côté rationnel du scientifique et le côté rêveur de l’inventeur fauché. Lorsqu’on leur propose d’aller vivre un château avec des revenus suffisants… rien ne les retient en ville.

On se rapproche de la famille de sa mère avec qui ils ont de bonnes relations. Leur situation financière ils vont l’utiliser à bon escient. Mais Alfie va vite découvrir la contrepartie de cet héritage. Il va vivre des choses extraordinaires, il va devoir faire des choix entre le bien et le mal.

Ce que j’ai beaucoup aimé dans cette série ados c’est qu’il va former un petit groupe solidaire, car l’union fait la force. Il y Amy de la ville sa meilleure amie, elle sera présente ponctuellement mais elle offre aussi une autre perspective et elle connaît une partie de la vie d’Alfie. Côté village il est secondé par son cousin Robin (la tête) et sa cousine Madeleine (l’action), ils sont jumeaux et très complémentaires.  Jimmy et Holly sont en renfort derrière, ils sont au courant de moins de secrets.

On découvre aussi tous ceux qui sont liés au Château de Hexbridge et l’objet des convoitises. C’est la part de magie. Il est sensé découvrir tout en son temps mais les événements feront qu’il va en découvrir certains malgré lui.

L’espace géographique et temporel est bien exposé avec tout un ensemble de secrets, de non-dits, de cachettes, d’énigme.

On retrouve les lieux qui vont partie du quotidien des adolescents : la maison (la famille, la protection et le réconfort), l’école (les copains et les contraintes) et les lieux extérieurs (amis et plaisirs et/ ou dangers). Donc les jeunes lecteurs pourront facilement s’identifier.

Ce que j’aime dans ce tome c’est qu’en dehors du socle fondateur de la trilogie, on va vivre une aventure totale avec un début et une fin. Il reste suffisamment de secrets pour avoir envie de poursuivre l’aventure avec tous se personnages.

Il y a dans ce premier tome le côté « roman de formation » puisque les personnages vont apprendre des choses, apprendre à penser par eux même, apprendre à faire des choix qui auront des conséquences sur leur vie future.

La thématique de l’amitié et très importante pour souder le groupe et déjouer les plans machiavéliques des ennemies jurées d’Alfie.

C’est un roman sur la quête de l’identité, qui sommes nous et d’où venons nous ? Alfie va jusqu’à découvrir des informations sur sa naissance. Ce sont des questionnements que tous les enfants se posent pour pouvoir se projeter dans l’avenir. Il va aussi changer son nom d’Alfred il va insister pour être Alfie, ce n’est pas anodin cette affirmation de soi.

C’est un roman qui fait appel à l’imaginaire et à une certaine attirance pour l’aventure.

J’ai adoré me replonger dans l’univers d’Alfie Bloom. Ce que j’ai noté c’est que ce premier tome donne une vue d’ensemble de la trilogie. Gabrielle Kent avait déjà mis en place des éléments qui n’auront leur véritable portée dans les deux tomes suivants.

A la question : est-ce gênant de lire le tome 1 après les deux autres tomes ? Oui et non. Oui car on sait certaines choses racontées dans les autres tomes pour le lecteur puisse se raccrocher à des souvenirs puisque les trois tomes sont sortis entre 2015 et 2017. Donc l’effet de surprise n’y est plus entièrement. Cependant le lecteur qui sait déjà des choses est aussi très content d’en savoir plus que les personnages. Certains faits qui pourraient être secondaires on voit qu’ici ils sont principaux. Même si on connaît certaines scènes c’est un peut comme lorsqu’on regarde une bande annonce d’un film, on n’a pas tout le cheminement et tous les détails.

Si j’ai bien compris c’est une trilogie alors lire un livre quand on sait qu’un cycle est fini c’est un peu la cerise sur le gâteau quand on a tout mangé !

Cependant malgré ces côtés positifs je vous conseille vraiment de suivre l’ordre autant que possible car il y a  une véritable progression dans l’évolution des personnages.

J’ai aussi apprécié la continuité dans les magnifiques couvertures.

A la question est ce dans la veine des Harry Potter, je vais me mettre du monde à dos, je préfère ce style là beaucoup plus jeunesse et moins sombre. Il y a plus le côté aventure même s’il y a des complots. Si on fait abstraction du côté magique on est dans la veine du clan des  5. Il est dans la catégorie 9-12 ans.

Je suis triste de quitter Alfie Bloom et les autres personnages…

Même si ce n’est pas un partenariat je remercie les Éditions Michel Lafon qui sont à l’origine de cette découverte.

Article précédemment publié sur Canalblog

Alfie Bloom et la sorcière de l’île du Démon T3

Gabrielle Kent

Trad. : Cyril Laumonier

Éditions Michel Lafon, oct. 2017, 278 p., 14,95 €

Mes Lectures Michel Lafon

4e de couv. :

Il est grand temps pour Alfie Bloom de voyager dans le passé pour débuter son apprentissage auprès d’Orin Hopcraft, le dernier des grands druides. Car la magie qu’il a en lui, plus indomptable que jamais, peut l’entraîner à tout instant vers son côté obscur… Mais alors que le garçon commence à peine à comprendre son pouvoir, une étrange créature de ténèbres attaque ses proches et plonge Orin dans un coma profond. Pour sauver ses amis, Alfie doit à tout prix trouver la seule personne à même de l’aider : la sorcière de l’île du Démon.

Mon Billet :

C’est avec impatience que j’attendais ce roman jeunesse. Je termine ce mois de l’imaginaire an beauté. Même si novembre s’annonce bien riche en roman de l’imaginaire.

J’adore les couvertures de cette série. Dès le titre on est emporté dans une histoire magique.

Nous retrouvons donc Alfie, ses cousins les jumeaux Madeleine et Robin, et son Amy. Ils connaissent ses secrets et l’on déjà aidé à surmonter les épreuves.

Ce roman est le troisième aventure, elle peut se lire indépendamment car on nous donne les éléments des deux précédents romans. Donc attention aux spoiles, si vous comptez lire les précédents tomes(je râle de ne pas avoir lu le tome 1). De plus en les lisant dans l’ordre ce permet de comprendre l’évolution de la situation. Ce troisième tome pourrait représenter la fin d’une trilogie, mais il y a du potentiel pour une série plus longue alors j’espère lire un autre épisode.

Dans cet épisode Alfie et nos jeunes héros vont se former auprès d’un du druide Orin. Ils ne découvrent la présence d’un être maléfique « le spectre » qu’après le lecteur. C’est un roman à la troisième personne ce qui permet au lecteur de suivre plusieurs scènes. Eux ne le découvriront qu’à la fin du premier tiers.

Cette période de répit nous/leur permet de découvrir des choses qu’ils ont au fond d’eux. Alfie explore ses pouvoirs magiques mais il a désagréable surprise de découvrir qu’il y a un revers de la médaille.  Le combat intérieur et le combat extérieur vont le faire réfléchir.

Chaque personnage apprend à connaître ce pourquoi il a du potentiel positif. Cependant on se rend compte que certains nourrissent des sentiments négatifs, c’est leur talon d’Achille. Envie, jalousie, enivrement de puissance, la portée du pouvoir. J’ai beaucoup aimé cette étape du roman. On est dans le roman de formation.

Ce roman sur la magie et le combat contre le mal est allégé par beaucoup d’humour et des réactions d’adolescents.

L’amitié et les liens qui les lient sont leur force. On est dans un univers adolescent à peine sortis de l’enfance par les événements qui les y ont contraints.

C’était très drôle de voir ces petits citadins du XXI e siècle vivre au moyen âge. La pauvre Madeleine en robe et corset, les tissus qui grattent etc… Vivre à une autre époque n’est pas chose aisé car on ne connait pas forcément tous les codes.

Arrive un moment où ils vont devoir apprendre par eux même et faire leurs propres choix : partir, rester,  se battre, ou se laisser entraîner du côté obscure…

Ce roman aborde aussi la thématique du voyage dans le temps, ses dangers et les conséquences. Ils vont découvrir des choses.

Je n’ai pas trop approfondi un thème celui des couleurs, c’est en réfléchissant pour écrire cette chronique que me revient cette sensation de l’influence des couleurs dans cette aventure.

Bon vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé suivre cette petite troupe dans les différentes péripéties. A un moment j’ai eu l’impression de déjà lu (scène du tournoi). J’ai bien ri dans certaines scènes… Je pense que les jeunes lecteurs seront encore lus pris par le suspens et la question « vont-ils réussir ? ». Je le conseille pour les jeunes lecteurs qui aiment la littérature de l’imaginaire.

Je remercie les Éditions Michel Lafon pour leur confiance.

lafon
RL 2017
Alfie Bloom

 Dans ma wish list :

Il sort en poche mais je voudrais le grand format !

alfie Tome 1

Article précédemment publié sur Canablog

Alfie Bloom et le voleur de talisman T.2

Gabrielle Kent

trad. Cyril Laumonier

Éditions Michel Lafon, 13 oct 2016, 247 p., 14,95 €

Mes lectures Michel Lafon

4e de couv. :

Du jour au lendemain, la vie solitaire et sans intérêt d’Alfie Bloom a été bouleversée quand il a hérité du château de Hexbridge. Mais le prix est lourd à payer : des dangers qu’il n’aurait jamais imaginés le guettent désormais à chaque instant. Quand Ashford, son ami le majordome, est enlevé sous ses yeux au beau milieu de la nuit par des elfes malfaisants, Alfie ne sait plus à qui se fier. Pour le récupérer sain et sauf, un terrible échange est proposé…

Mon Billet

La couverture du livre du livre est très belle, c’est en partie ce qui m’a attiré lorsque je l’ai choisi. La quatrième de couverture à aussi bien joué son rôle.

Il s’agit du tome 2 de la série, ne cherchez pas sur le blog la chronique du tome 1 car je ne l’ai pas lu. Ce n’est pas vraiment gênant car les références au tome 1 sont assez bien amenées. Mais c’est certain que si vous avez lu le tome 1 enchainer avec ce tome cela doit donner un plus.

C’est un roman jeunesse, (à partir de 10 ans), dont j’ai aimé l’humour et le décalage chez le héros et sa famille. Alfie Bloom 12 ans n’a pas été élevé dans un milieu de magicien. Après ce qu’ils ont vécu dans le tome un, ils se retrouvent à vivre dans un château plein de mystères et de magie. Le gamin lui s’adapte assez facilement mais le papa pas du tout. Il y a tout la fraîcheur de l’émerveillement de cet adulte perdu dans cet univers. Alfie Bloom vit très bien ses apprentissages à l’emporte pièce.

Dès le début on a un enlèvement par des elfes par un passage magique… je ne vais pas vous révéler les surprises et autres rebondissement, ainsi que les effets secondaires… Mais je m’y suis senti bien dans cet univers. Le druide Orin a un côté facétieux qui m’a bien plu, il est si sûr de ce qu’il va arriver.

Ce qui me plaît dans ces romans jeunesse, ce sont les amitiés fortes qui se créent entre les enfants et l’entraide. Je ne sais si c’est le château, la bande de gamins ou les parents un peu en marge et bien que plus « moderne et magique» j’ai retrouvé des émotions de mes lectures des romans mystères d’Enid Blyton. C’est un compliment !!! En fait cela a réveillé tout un pan de mon histoire de lectrice que seule les plus de quarante ans peuvent comprendre ! Bien sûr le rythme est plus rapide et les scènes beaucoup plus « magiques ».

L’intrigue est bien menée et on a envie de lire pour savoir ou Gabrielle Kent veux nous mener. Et lorsqu’on arrive à la conclusion on a envie de lire la prochaine aventure !

Je remercie les éditions Michel Lafon pour leur confiance.

laffon
Capturer% rentrée 2016

Article précédemment publié sur Canalblog