L’archiviste

Alexandra Koszelyk

Éditions Aux Forges de Vulcain, oct 2022, 268 p., 18 €

Mes lectures aux Forges de Vulcain

K est archiviste dans une ville détruite par la guerre, en Ukraine. Le jour, elle veille sur sa mère mourante. La nuit, elle veille sur des œuvres d’art. Lors de l’évacuation, elles ont été entassées dans la bibliothèque dont elle a la charge. Un soir, elle reçoit la visite d’un des envahisseurs, qui lui demande d’aider les vainqueurs à détruire ce qu’il reste de son pays : ses tableaux, ses poèmes et ses chansons. Il lui demande de falsifier les œuvres sur lesquelles elle doit veiller. En échange, sa famille aura la vie sauve. Commence alors un jeu de dupes entre le bourreau et sa victime, dont l’enjeu est l’espoir, espoir d’un peuple à survivre toujours, malgré la barbarie.

Mes impressions de lecture :

C’est le troisième roman d’Alexandra Koszelyk et un plaisir littéraire renouvelé. C’est romans bien que différents on la passion en commun. Passion pour un lieu et pour les êtres qui en émanent.

On découvre un personnage avec une érudition qui se mêle aux traditions populaires  et souvenirs  familiaux.  On va donc  passer de la sphère familiale à la sphère publique. De par son métier elle a engrangé un grand savoir. Mais on va se rendre compte qu’avant cela elle a engrangé une savoir populaire et plus traditionnel transmis entre autre par la mère et le père. L’histoire se déroule en Ukraine mais on peu transposer à notre propre culture et notre propre vécu.

J’ai ressenti une forte présence des sens. Les sens qui  jouent un rôle dans l’acte de création mais aussi de réminiscences.

Le personnage principal qui est présente sous la lettre K (pas anodin du tout comme choix). Elle va évoquer des souvenirs d’enfances et convoquer des fantômes du passé, une nouvelle fois on est entre la sphère de l’intime et la sphère de l’universel.

J’ai beaucoup aimé l’aspect onirique, le lien entre le visible et l’invisible, conscient et inconscient. Alexandra Koszelyk joue aussi avec le réel magique qui crée des liens des âmes du passé. C’était très beau ce qui ressortait de chaque « rêverie », et comment elle a relié l’universel à l’histoire familiale.

C’est un roman qui donne envie de se replonger entre autre dans l‘œuvre de Gogol par exemple. Il y a aussi un chapitre qui m’a fait à son premier roman « À crier sur les ruines » que je vous conseille fortement.

La thématique de la forêt et du monde souterrain sont des thématiques liées à la terre, à la profondeur et aux racines, ce qui illustre parfaitement ce qui se passe dans ce roman. Cela vient aussi faire écho aux mouvements qui animent le personnage de K.

Il y a un côté Kafkaïen dans se que subit notre héroïne. On l’oblige à faire quelque chose d’absurde au nom de la propagande d’État.  Ce qui va la rendre rebelle par réaction. Grâce ou à cause de ce qui lui est demandé on va découvrir certains éléments fondateurs de la culture.

On a aussi la thématique du deuil, elle ne nous parle pas que de la perte de personne chères mais aussi pertes du monde connu, de l’innocence.

J’ai été très touchée par cette histoire non seulement parce que cela touche à la situation actuelle de l’Ukraine, mais surtout parce que cela entre en écho avec mon histoire et celle de beaucoup de gens qui sont très attachés à leur racines. On est entre pays peuplé par les souvenirs et réalité. Je vous laisse lire entre les lignes ce que l’autrice partage.

Je vous invite à découvrir ce roman où la poésie  des lieux, des mots et idées nous transportent dans l’univers littéraire d’Alexandra Koszelyk avec une forte présence de l’art.

Je remercie les Éditions Aux Forges de Vulcain de leur confiance.

Publicité

4 réflexions au sujet de « L’archiviste »

  1. Ping : Aux Forges de Vulcain | L'Atelier de Ramettes 2.1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s