Dans la luge d’Arthur Schopenhauer

Yasmina Reza 

Éditions Albin Michel, 2005, 112 p., 9 €

Dans ma médiathèque il y a…

Cercle littéraire

4e de couv. :

« Le maître de mon mari a étranglé sa femme, lui se contente de laisser sa main choir au bout de l’accoudoir, de façon lamentable et flétrie. Mon mari n’a pas de radicalité. C’est un disciple. La génération de mon mari a été écrasée par les maîtres. »

Mes impressions de lecture :

Yasmina Reza est connue entre autre comme dramaturge. J’ai lu et apprécier « Art » et d’autres textes. « Dans la luge d’Arthur Schopenhaueur » est dans la catégorie « roman » pourtant on sent la dramaturge derrière.

Quatre personnages, un couple, un ami et un psychiatre.

Découpé en parties plus ou moins longues qui sont à chaque fois un monologue.

J’ai beaucoup aimé les effets théâtraux dans ces monologue où elle joue avec les réactions des personnages. Dans la première partie on attend de voir se qui va se passer entre Nadine et Ariel. La scène inaugurale avec l’orange est si visuel qu’on s’y croirait.

Le lieux sont des lieux clos, ce qui fait qu’on se sent dans un huis clos, comme pour rappeler que tout est parti de ce qui se passe dans la tête d’Ariel.

Il est question de la dépression du mari Ariel Chipman, il était spécialiste de Spinoza mais là il a fait une glissade vers la façon de penser de Schopenhauer, d’où la luge du titre.

On se rend vite compte des répercussions. On note que le couple avait glissé vers une vie bien rangée loin du grand amour. Nadine jouait le rôle de l’épouse de l’ombre. Mais là elle craque devant le comportement de son mari.

On sent que le fait qu’on soit dans une milieu intellectuel juif a un rôle dans les états d’âmes des personnages.

Leur ami et témoin Serge Othon Weil est dans un autre secteur, autour de l’économie et le finance, un autre état d’esprit. Dans son genre il est aussi monomaniaque.

Et puis il y a le psychiatre qui joue un rôle extérieur.

C’est assez ironique et satirique. J’ai bien ri par moment alors que le sujet de la dépression n’est pas très gai. J’ai pris plaisir à lire quelques passages à haute voix. Ce qui était drôle c’était de voir comment chacun essayait de le faire réagir maladroitement. Le monologue sur le fauteuil en décomposition ou de la robe de chambre sont des scènes mémorables.

On retrouve la thématique du couple en crise noyés dans une certaine mélancolie.

J’ai pris grand plaisir à lire ce roman qui a été mis en scène en 2006, mais que je n’ai pas vu.

Heureux les heureux