Blackwater T2 La digue

Michaël McDowell

Trad. Yoko Lacour avec participation d’Hélène Charrier

Monsieur Toussaint Louverture, avril 2022, 260 p., 8,40 €

4e de couv. :

Tandis que la ville se remet à peine d’une crue dévastatrice, le chantier d’une digue censée la protéger charrie son lot de conséquences : main d’œuvre incontrôlable, courants capricieux, disparitions inquiétantes.
Pendant ce temps, dans le clan Caskey, Mary-Love, la matriarche, voit ses machinations se heurter à celles d’Elinor, son étrange belle-fille, mais la lutte ne fait que commencer.
Manigances, alliances contre-nature, sacrifices, tout est permis. À Perdido, les mutations seront profondes, et les conséquences,…

Mes impressions de lecture :

J’ai beaucoup aimé le premier tome et j’avais hâte de continuer cette série. Entre une lecture et une autre je n’ai pas eu le temps… et j’ai envie de continuer la série.

Pour ceux qui me suivent vous savez combien j’apprécie les romans avec la thématique aquatique. Cette petite particularité explique en partie mon engouement. Depuis quelques lectures j’ai l’impression que c’est la thématique de la terre revient, je me suis dis allez une petite « Blackwater » pour te ressourcer (oui Ramettes se parle dans la tête). Et c’était bien sauf que ce tome « la Digue » va prendre une tournure encore pleine de terre et de boue, d’ensevelissement et de sacrifice ! je suis poursuivie !!!! mais ça m’a fait du bien !

La couverture rajoute un touche un peu gore à cette série maintenant qu’on l’on connait certaines choses. Je vous laisse découvrir à quoi correspond ce cœur transpercé d’aiguilles métalliques.

Ce que j’aime dans cette série c’est tout ce qui touche à la famille avec cette matriarche qui a de la concurrence. Les stratégies qu’elle mets en place se retournent contre elle depuis l’arrivée de Elinor. La plupart du temps adversaires et rarement liées. Deux femmes à la forte personnalité.

Elinor à l’étrange personnalité va encore nous faire frissonner, on va même faire des cauchemars avec ses brumes mystérieuses.

Michaël McDowell semble jouer avec ces personnages. L’histoire semble avoir trouvé un certain équilibre, apaisement. Chacun chez soi. Et voilà qu’une nouvelles tuile tombe sur James. J’avoue j’ai rit dans la scène de l’arrivée de Queenie, tout en me disant « le pauvre James ». Il semble attirer les pire femmes !

L’arrivée de Queenie va faire bousculer les choses. et redonner une nouvelle dynamique à la narration. En effet miroir avec l’arrivée de Early Haskew, lui aussi va avoir un rôle moteur dans le nouveau mouvement.

J’aime beaucoup la structure des cette série avec ses rebondissement engendrés par l’arrivé de nouveaux personnages ou de la mise en avant d’autres. C’est certainement dû au fait qu’il s’agisse d’un feuilleton, les rebondissements viennent régulièrement maintenir l’attention du lecteur.

C’était intéressant tout ce qui concernait la digue de l’étude sur le terrain, sa conception à sa réalisation, avec les problèmes logistiques.

Je vous laisse découvrir…

A bientôt pour le troisième volet…

Voir sur ce blog :

Blackwater. T1. La crue

Publicité

5 réflexions au sujet de « Blackwater T2 La digue »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s