Superluminal

Vonda McIntyre

Traduction révisée de l’américain de Daniel Lemoine

Préface d’Olivier Bérenval, interview inédite de l’autrice

Éditions Mnémos, Collection Stellaire, juin 2022, 381 p.,22€

Mes lectures Mnémos

4e de couv. :

Désormais, l’humanité peut mener des vaisseaux au-delà de la vitesse de la lumière. Afin de rejoindre le prestigieux corps des pilotes interstellaires, Laenea n’hésite pas à sacrifier son cœur humain pour une machine sophistiquée. Mais pour aller encore plus loin, vers de nouveaux mondes distants ou d’autres dimensions, devra-t-elle renoncer à tout jamais à sa nature humaine ou pire, à aimer ?

Mes impressions de lecture :

Quel plaisir de découvrir cette collection avec ce roman. Cela m’a permis de découvrir une autrice que je ne connaissais pas. Je trouve la couverture très belle avec ces couleurs apaisantes, je ne sais pas trouver le terme elles ne sont pas mat, mais comme poudrées pour bien montrer que l’espace est parsemé d’éléments.

Le titre est tout un programme à lui seul.

Il faut avoir en tête que c’est un roman qui date de 1983. On a des références qui parlerons aux lecteurs d’un certain âge. Comme par exemple « l’homme de l’Atlantide » … des notes du traducteur guident le lecteur. Il y aussi des références à des choses que nous connaissons aujourd’hui mais que lautrice a imaginé comme par exemple les spams de nous courriels, les publicités ciblées etc. Ce sont détails qui sont amusants car on compare avec ce qui existe vraiment d’aujourd’hui.

J’ai été très touchée au départ par cette jeune femme qui veut tout, tout de suite, qui est prête à tout pour obtenir le statut professionnel qu’elle souhaite. C’était impressionnant cette opération et les conséquences sur le corps et sur le psychisme. Cette idée de « transfuge » de changement de classe et tout ce qui en découle.

Puis le contraste avec les autres visions des personnages et du choix de vie. Il est beaucoup question du corps. Corps qui pose problème pour voyager, corps blessé, modifié, nu (neutre ou charnel), corps qu’on exhibe surtout s’il y a la cicatrice qui change tout.

La rencontre entre Radu et Leana au moment où elle accède à l’univers qu’elle souhaitait nous montre une autre facette de ces voyages d’une planète à l’autre. Selon que tu sois né ici ou là-bas le point de vue sur l’histoire est bien différent.

J’ai aimé cette rencontre qui donne à Leana un côté émotionnel qu’elle n’avait pas. Elle semblait froide et déterminée.

C’est un roman dans lequel on plonge et on est vite immergé dans cet univers.

Contrairement à ce que j’imaginais la thématique de l’eau est très présente, notamment avec Orca et les plongeurs.

Il est aussi question de mémoire… de rêves…

J’ai aussi beaucoup aimé la place de la couleur dans la narration.

La notion de temps et d’espace nous renvoi aussi nos imaginaires.

L’entretien à la fin du volume est un plus lorsqu’on ne connaît pas l’autrice et son univers.

On entend parler de voyages sur mars ou sur la lune dans l’actualité et cela fait écho à cette lecture.

Je remercie les éditions Mnémos de leur confiance.

Challenge 15 K #8 Capitaine Flam : un livre qui a une scène dans l’espace. OU #24 docteur Who : un livre de Science Fiction.

Ou Challenge 15 K #24 Docteur Who : un livre de Science fiction

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s