Songe à la douceur

Clémentine Beauvais

Sarbacane, Coll. Exprim’, 2016, 243 p., 15,50 €

Challenge 15 K

4e de couv. :

Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17 ; c’est l’été, et il n’a rien d’autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant, et plein d’ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse de lui, et lui, semblerait-il… aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s’est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s’aperçoit, maintenant, qu’il la lui faut absolument. Mais est-ce qu’elle veut encore de lui ? Songe à la douceur, c’est l’histoire de ces deux histoires d’un amour absolu et déphasé – l’un adolescent, l’autre jeune adulte – et de ce que dix ans à ce moment-là d’une vie peuvent changer. Une double histoire d’amour inspirée des deux Eugène Onéguine de Pouchkine et de Tchaikovsky – et donc écrite en vers, pour en garder la poésie.

Mes impressions de lecture :

Cet été je participe à plusieurs challenges et dans l’un d’eux il me fallait trouver un livre avec une construction spéciale, j’ai tout de suite pensé à ce roman. Ce roman je l’ai depuis longtemps mais justement sa structure particulière m’a perturbée lorsque j’ai voulu le lire la première fois. J’ai lu plusieurs albums jeunesse  écrits par Clémentine Beauvais dont « lettres à mon hélicoptêtre » et j’aime beaucoup l’aspect poétique qui fait sa particularité.

La composition de se roman demande un peu de concentration pour entrer dans la narration. On a le personnage qui raconte, on a la voix « off » de ces pensées et visuellement cela ne saute pas aux yeux puisque le texte ressemble à un poème. Mais une fois qu’on est entré dans l’histoire on se laisse emporter par la narration au présent, les souvenirs et tous les questionnements des personnages.

On a d’une part cette histoire de premier amour Tatiana aime Eugène mais 10 ans après ils se retrouvent par hasard et on se pose des questions sur ce qui s’est passé dans leur adolescence puisqu’ils se sont perdus de vu. Nous allons donc suivre ce qui a eu lieu 10 ans,  avec une montée émotionnelle puisqu’on comprend que quelque chose de grave est arrivé.

D’autre part on voit nos jeunes adultes qui refont connaissance et qui ressentent des choses l’un pour l’autre, jusqu’où cela les mènera. On a une sorte de ballet amoureux qui se met en place. Un pas en avant deux pas en arrière ou le contraire.

Opération à cœur ouvert sur les drames passés et sur les possibilités à venir avec des variations d’intensités émotionnelles.

J’ai bien aimé le côté humoristique des échanges. Avec ces voix off de ce que pensent les personnages, des monologues intérieurs,  et les mots qui sortent de leurs bouches, les changements entre les messages texto/mails qu’ils voudraient écrire et ceux qu’ils envoient. Ce n’est pas qu’ils ne soient pas sincères mais il y a l’autocensure/ protection  qui se met en place avec l’âge.

Roman singulier très émouvant et une écriture très poétique.

Challenge 15K #23 McGyver Lire un livre avec une construction originale, particulière.

Challenge  #payetonslip

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s