Les 4 enquêtrices de la supérette Gwangseon

Jeon Gunwoo

Trad. Kyungran Choi et Bessora

Éditions du Matin Calme, nov 2021, 318 p., 14,90 €

4e de couv. :
Quand quatre femmes exaspérées par un exhibitionniste prennent les choses en
main.
Dans une supérette de quartier, quatre femmes se retrouvent pour de petits
travaux et de bons après-midi de papotages. Elles ont respectivement dans les
20, 30, 40 et 60 ans environ. Toutes s’ennuient auprès de maris qui rivalisent
de paresse et de machisme. Alors quand un exhibitionniste sévit dans le
quartier, elles décident d’enquêter pour le faire arrêter. Et y parviennent.
Peu après, dans leur résidence composée d’une dizaine d’immeubles, un serial
killer vient de reprendre ses activités criminelles après quelques années de
pause. Sa spécialité : laisser prés du corps de ses victimes sans tête un
badge  » smiley « .
Ensemble, pour gagner la prime qui paiera le divorce de l’une d’elles, bravant
mille dangers, les quatre Sherlock Holmes de la supérette vont se lancer sur
les trousses de l’assassin.

Mes impressions de lecture :

Vous connaissez peut-être mon penchant depuis quelques années pour les Cosy  Mystery. J’ai surtout lu des romans britanniques et français, alors quand j’ai vu que les Éditions du Matin Calme en publiaient un, je n’ai pu résister à cette découverte. Je me le suis acheté pour les fêtes de fin d’année.

Je ne sais pas si vous connaissez les éditions « Matin Calme », leur couvertures sont souvent  avec des tons Noirs, Rouge et Blanc ce qui correspond au genre polar et roman noir, ici pour le « cosy mystery » les teintes sont plus pastelles pour qu’on ne s’y trompe pas, c’est très bien vu !

Ce qui m’a intéressé dans ce roman ce sont les personnages féminins.  Sur la quatrième de couverture il était annoncé comme un roman féministe cruel et drôle. Cela focalise le lecteur sur ces aspects en particulier.

J’ai noté d’entrée l’emploi de « papa de… » ou « maman de… » alors qu’on aurait dit monsieur ou madame. La notion de grande sœur est aussi une notion que je trouve très intéressante et qui me rappelle des souvenirs personnels loin de la Corée ce n’est donc pas spécifique à cette région du monde.

La présence du diable m’a rappelé certaines choses qui étaient racontées dans « Carnets d’enquête d’un Beau Gosse nécromant » de Jung Jeahan comme la place des superstitions et des forces du mal qui rodent dans la vie des coréens.

On y voit la vie quotidienne des petites gens, la première scène avec les chiffonnières qui vivent au jour le jour des cartons et papiers qu’elles ramassent, ce qui les pousse à certains extrêmes. Puis,  Les quatre femmes avant de devenir des détectives amatrices, elles arrondissaient leur fin de moi en cousant des yeux au nounours.

Les victimes sont des femmes et l’aspect sexuel des crimes est évident. Quand aux quatre enquêtrices, on a une jolie brochette de femmes qui ne sont pas heureuses dans les rôles qu’on leur a attribués dans la société. Elles vont transgresser les règles sociales et sortir des conventions.

C’est très intéressant les relations qu’elles ont avec la gente masculine de ce roman. On a la relation père-fille, mari-femme, homme-femme, professionnel masculin et femmes, mère et enfant…  quand au travail il est alimentaire est peu valorisé. Miri rêvait de devenir détective lorsqu’elle était jeune mais « ce métier n’existe pas en Corée » et pas de femme dans la police (d’après ce qu’elles laissent sous entendre).

Quand elles vont aborder les enquêtes, c’est avec un autre angle que les policiers. Les victimes vont leur confier plus d’informations parce qu’elles vont se sentir écoutées. Le visionnage des vidéos surveillances va être différent de celui des policiers par exemple…

J’ai beaucoup aimé la bienveillance et la solidarité féminine. J’ai aussi adoré les voir changer au fur et à mesure qu’elles s’impliquent dans les enquêtes. Elles essaient d’intégrer les hommes, mais la plupart campent sur leurs positions, ce qui révolte le lecteur ! (enfin moi)

L’humour est là, même si cela dénonce certaines choses, je pense notamment aux références à Holmes et Agatha Christie, car ne l’oublions pas nous sommes en Corée, certaines n’ont jamais lu un des romans (ou un roman quel qu’il soit) et il y en a même une qui va se lancer dans la lecture d’une adaptation enfant. Ce qui est amusant,  c’est ces drôles de dames qui vont s’acheter des trench-coats alors que les chaleurs estivales font leur apparition, cela donne lieu à des situations hilarantes. Je ne sais pas quel est l’équivalent en coréen mais elles semblent croire que l’habit fait le moine, il leur faut donc un uniforme  pour être identifiées comme détectives.

Il y a des scènes cocasses comme il se doit dans ce genre littéraire. Le côté amateur donne lieu à des entrées en scène surprenants. Quand ces femmes prennent les choses en main cela va au-delà des courses poursuites…

L’humour c’est aussi dans le langage, la traduction a su donner le ton et l’emploi de certaines formules pour rendre la narration très visuelle et vivante. On sent la retenue et tout à coup on se relâche. Un exemple : Les victimes de l’exhibitionniste parlent de son « petit truc » et puis on donne comme sobriquet à ce délinquant sexuel « Boules de mulot ».

Les événements vont prendre un tour plus dramatique et lorsque le moment de la résolution arrivera on sera au cœur de l’action en compagnie de ces quatre femmes… Ah la la la…. Je ne peux rien vous dire !

Même si j’avais compris des choses avant j’ai trouvé la résolution des énigmes très bien menée.

J’ai beaucoup aimé ce roman avec des femmes attachantes. J’espère qu’il y aura d’autres « cosy mystery » aux  Éditions du Matin Calme.

Une réflexion au sujet de « Les 4 enquêtrices de la supérette Gwangseon »

  1. Ping : Le portrait de la Traviata | L'Atelier de Ramettes 2.1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s