Mortel printemps

Claire Gratias

Éditions Le Muscadier, 25 mars 2021,  , 16,50€

Masse critique Babelio / Le Muscadier

Chronique jeunesse du mercredi

4e de couv. :

En ce mois d’avril, tout allait bien pour Hugo, Vadim et leurs deux amis Léa et Rémi. Et voilà que, dans leur village paisible, quelqu’un est assassiné. Une personne qu’ils connaissaient bien. Or, très vite, les soupçons des gendarmes se portent sur l’un d’entre eux…

Leur amitié résistera-t-elle à la véritable tornade qui balaie ce printemps placé sous le signe de la mort et des mensonges ?

Mes impressions de lecture :

Je découvre la maison d’édition Le Muscadier. J’avais lu d’autres romans de Claire Gratias mais dans d’autres genre. La collection « rester vivant » propose des textes qui « parlent du monde d’aujourd’hui.. ».

La mise en page est surprenante et intéressante. Nous avons des fac-similés de pages d’un carnet d’écrivain avec des commentaires d’Hugo sur les événements qui donnent d’autres renseignements et nous avons la narration à proprement parler à la troisième personne, écrite par Hugo adulte, où l’on voit tous les personnages au moment des faits.

Autre chose à savoir, il ne s’agit pas d’une enquête menée par des ados, ce sont des ados qui se retrouvent mêlés à des événements tragiques.

J’ai trouvé la mise en place très bien menée pour que les regards se focalisent sur un personnage qui va devenir le coupable idéal…

On va avoir des fausses pistes et des révélations qui vont faire tenir le lecteur en haleine car il a des éléments il se pose lui aussi des questions… on a la manipulation du lecteur par l’auteur… jusqu’au bout on a des twists.

Si on se fixe sur l’idée de la retranscription de la mémoire on se dit que l’auteur connait toute l’histoire et donc sa conclusion. Il peut donc semer les indices qu’il veut en fonction d’où il veut mener le lecteur. Et puis il y a la déformation due au temps et autre…

Les commentaires de l’auteur dans son carnet son aussi des ressentis plus intimes et complètent les souvenirs. Et il explique aussi les choix d’écriture, mets en avant des phrases de la narration pour les expliquer. J’aime beaucoup lorsque l’auteur s’adresse au lecteur directement. On comprendra à la fin à quel lecteur en particulier il s’adresse. Mais que cherche t-il à réaliser en fait ?

Ce roman joue avec les «  si », comme par exemple si je avais fait ou pas alors…

Ce que ce roman met aussi en avant ce sont les conséquences de nos émotions : amour, jalousie, colère, frustrations, amitié, loyauté… Tout ce bouillonnement pendant l’adolescence qui peut révéler le meilleur comme le pire.

C’est un roman très prenant avec des chapitres courts, ces fameuses insertions de textes « manuscrits ».

J’ai eu plaisir à lire ce nouveau roman de Claire Gratias qui nous plonge dans l’intimité des adolescents, leurs relations conflictuelles ou passionnelles dans la famille ou au collège.

Je remercie Babelio et les éditions Le Muscadier.

De la même autrice sur ce blog :

Un week-end sans fin

Opération Maurice

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s