À rude épreuve

La saga des Cazalet. Tome 2
Elisabeth Jane Howard
Trad. Cécile Arnaud
Editions de la Table Ronde, 8 octobre 2020, 571 + 37 p., 24 €

Mes Lectures de la Table Ronde

cazalet 2

4e couv. :
Septembre 1939. La famille Cazalet, réunie à Home Place, apprend l’entrée en guerre de l’Angleterre à la suite de l’invasion de la Pologne. On ferme les demeures londoniennes les unes après les autres pour se mettre à l’abri dans le Sussex, où les préoccupations de chacun – parent, enfant ou domestique – sont régulièrement interrompues par les raids allemands.

Deuxième tome de la saga des Cazalet, À rude épreuve reprend le fil de l’existence de personnages dont Elizabeth Jane Howard continue d’explorer les secrets les plus enfouis, alors que l’Angleterre subit de plein fouet le conflit mondial tant redouté.

Mes impressions de lecture :

Elisabeth Jane Howard (1923-2014) a publié ce deuxième tome de la Saga Cazalet en 1991 mais la traduction française date de 2020.

Dans la continuité du tome 1 nous retrouvons des personnages déjà rencontrés et d’autres qui vont venir apporter leur histoire.

Cette partie de l’histoire débute en septembre 1939 et se termine en hiver 1941.

En début de volume on retrouve l’arbre généalogique et les domestiques de la maison Cazalet. Cela peut rassurer les lecteurs. Ayant lu le tome 1 il y a déjà plusieurs mois j’ai bien aimé commencer par cette vision panoramique des personnages.

La thématique principale liée à l’époque est bien entendu celle de la guerre et des implications politiques. On va aussi voir comment les civils vont se préparer. Première réaction faire sortir le plus de personne de Londres. La famille Cazalet se retrouve dans le même village où ils passent une partie de l’année à la belle saison. Ce sont des privilégiés économiques mais aussi parce qu’ils s’exilent volontairement sur leurs propriété. Mais à côté d’eux on va découvrir les « évacués » avec toutes les différences culturelles. On va rencontrer les premiers grâce aux enfants ce qui donne une version particulière. Richesse et pauvreté, campagne et ville, famille et isolement. Puis, en temps de guerre il va y avoir différentes étapes…

Ce roman fait la part belle aux relations hommes / femmes, toute une époque. Epoque de changements. La place des femmes dans la famille, dans la société, les études et dans les préparatifs de la guerre. On sent les tensions et les envies qui bouillonnent surtout dans la jeune génération, surtout lorsqu’elle réalise que les parents ne sont pas tel qu’ils sont en société.

On va découvrir la femme en tant qu’épouse, mère, puis maîtresse… les imbroglios de l’adultère avec les secrets, la culpabilité surtout chez la femme, les grossesses non désirées. Le deuil et la perte de l’enfant. L’homosexualité féminine…

La place dans la société, les études et les rôles dans cette deuxième guerre mondiale. L’expérience de la première guerre mondiale a mis en évidence leur importance même si on les cantonne à l’intendance et aux soins…

Les interactions au sein des différentes familles et les enjeux selon les origines.  La place de la culture diffère d’une éducation à l’autre. La jeunesse est portée vers la musique, la peinture, l’écriture, la comédie… (Tiens encore une jeune fille voulant devenir comédienne… ça me rappelle quelque chose !).

De la vie quotidienne au destin de la nation on va suivre les petits et grands drames qui vont jalonner le destin de ces personnages.

La découverte de l' »autre » à travers d’autres familles et des ressortissants juifs  allemands ou autres étrangers. C’est aussi l’Europe que les jeunes vont découvrir à travers les informations.

Ce que j’aime bien dans les sagas familiales c’est m’attacher à certains personnages et les voir évoluer dans l’existence. Elisabeth Jane Howard explore ici les couples, comme ans d’autres textes mais aussi l’apprentissage des jeunes filles…

La thématique de la mémoire est très présente, entre les souvenir de la première guerre mondiale, le souvenir de personnes décédées ou la perte de mémoire de certaines personnes ont a toute la panoplie.

Si les 571 pages vous inquiètent je vous assure qu’il ne faut pas. La succession de scènes qui durent à chaque fois quelques pages à peine entrainent les lecteurs  dans l’intimité des personnages. On dirait qu’un faisceau de lumière éclaire un décor et qu’on voit vivre les gens le temps d’une scène. Il y a beaucoup de mouvements, c’est très vivant. On n’a pas le temps de s’ennuyer. On court avec les enfants, on les voit évoluer. On voit aussi le temps de l’attente… de la guerre…

Elisabeth Jane Howard manie les dialogues avec brio pour nous faire découvrir les personnages et faire avancer les l’intrigue. Elle utilise aussi la correspondance et les journaux intimes. toutes c’est divers types d’écritures permettent au lecteur de ne pas se lasser.

J’ai pris encore fois grand plaisir à me laisser emporter par ses chroniques familiales. Plus que quelques mois pour attendre le tome 3… dont on peut lire les trente premières pages pour patienter !

Je remercie les éditions de la Table ronde de leur confiance.

table ronde
étés anglais
saison Hydra quai volt

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s