12 bis, avenue du Marechal-Joffre

Anne de Kinkelin

Éditions Harper Collins, 3 juin 2020, 266 p,

Mes  Lectures Harper Collins

 

12 bis avenue

4e de couv. :

« Qu’avais-je, moi, pour commencer ? Une adresse : 12 bis, avenue du Maréchal-Joffre 78800 Houilles. Je n’aimais rien dans cette localisation. »

12 bis, avenue du Maréchal-Joffre, à Houilles. C’est son adresse. Banale, comme elle. Hôpital-maison-bac avec mention : un pur esprit dans un corps frêle et l’âme perdue dans un sfumato proche de la brume du lac de Côme. Mais voilà qu’un jour, réfugiée sur son toit, Léa acte la rupture. L’été est là. L’heure des possibles. Le moment rêvé pour quitter les siens et surtout, vérifier si la banalité du lieu où l’on vit détermine la grandeur de son destin.
Elle tient l’itinéraire parfait : parmi les milliers d’occurrences trouvées sur Google, quatre « 12 bis », des êtres dont elle ignore tout et veut tout savoir. 2615 kilomètres plein Sud, de Mérignac à La Colle-sur-Loup en passant par Tarbes et Biarritz, pour goûter à l’art des jardins sauvages, vivre sa vie à l’envers, rire de la colère et – qui sait ? – apprendre à aimer sa mère.

Ma chronique :

C’est  le troisième roman de la collection « Traversée » que je lis et que j’apprécie beaucoup, pour chacun ce fut une agréable  surprise. Surprise dans le sens d’étonnement ne sachant pas vraiment à quoi m’attendre.

Je trouve la couverture magnifique avec cette main levée comme si elle essayait de toucher les nuages à travers la vitre par une journée ensoleillée. J’imagine que c’est le paysage qu’elle découvre pendant un trajet en train que Léa.

Ce roman est à la fois à la première personne, Léa dix huit ans et certains chapitres sont à la troisième personne, ce qui fait que le lecteur à une vue d’ensemble contrairement à notre jeune héroïne.

Léa malgré son jeune âge a déjà un passif assez conséquent. On va avoir un condensé de huit d’anorexie et de souffrances. Des allers retour à l’hôpital à frôler la mort. Des relations familiales toxiques autant pour elle que pour ces parents. Famille dysfonctionnelle que l’on va découvrir de chapitre en chapitre.

Léa a un déclic à dix-huit ans avec son bac avec mention en poche. Elle décide de couper le cordon ombilical de manière surprenante. Elle décide d’aller à la rencontre d’inconnus habitant à la même adresse qu’elle dans d’autres villes de France pour découvrir si avec une adresse aussi banale on peut avoir un destin.

Le lecteur va découvrir ces inconnus avant elle puis avec elle …

Léa crée au fur et à mesure qu’elle progresse dans sa quête des déséquilibres. Elle bouleverse l’ordre des choses pour créer un autre équilibre. On pense au début qu’elle va prendre ce dont elle a besoin mais on se rend bien vite compte qu’elle a beaucoup à apporter en retour, ce n’est pas juste action-réaction.

Mais tout le monde est-il prêt à la recevoir ?

Le chaos qu’elle a laissé en partant de la cellule familiale va avoir des conséquences sur son parcours. Ce n’est donc pas une succession de rencontres, c’est à chaque fois une expérience, d’autant que chaque étape la fait elle-même évoluer.

Il y est question de sentiments, d’amour de soi et d’amour pour l’autre … ou le manque de tout cela.

Léa est très touchante par sa sincérité. Les mensonges et les non-dits lui ont fait tant de mal. Elle le dit elle-même l’hôpital lui a appris qu’il fallait être vrai, ne pas se tromper soi-même.

J’ai beaucoup aimé cette galerie de portrait d’être à fleur de peau même si certains je ne les ai pas apprécié !

C’est un roman qui parle des blessures qu’on peut s’infliger à soi ou à l’autre. Je n’en dirais pas plus pour vous laisser découvrir.

Cette histoire c’est aussi celle des graines que l’on sème sur son chemin de vie et qui parfois donnent de belles prairies. Une nouvelle fois je suis emportée par un voyage initiatique, une voyage de formation et j’y ai pris grand plaisir.

Merci d’avoir donné en fin de volume les titres des chansons qui ont donné le titre de chaque chapitre.

Je remercie les Éditions Harper Collins de leur confiance.

Article précédemment publié sur Canalblog

Une réflexion au sujet de « 12 bis, avenue du Marechal-Joffre »

  1. Ping : L’iguane de Mona | L'Atelier de Ramettes 2.1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s