Guide de survie pour le voyageur dans le temps amateur

Charles Yu

Éditions Aux Forges de Vulcain, 2016, 319 p., 21 €

Mes lectures Aux Forges de Vulcain

guide de survie pour voyageur

4e de couv. :

Notre héros répare les machines à voyager dans le temps. Il a pour seuls compagnons un chien et une intelligence artificielle qui a le béguin pour lui. Un jour, il se trouve lui-même prisonnier d’une boucle temporelle et devra partir à la recherche de son propre père, un inventeur frustré et méconnu, qui créa la machine à remonter le temps. Un roman drôle, virtuose et touchant, rencontre improbable mais réussie entre Proust et Asimov.

Mon billet :

C’est un roman foisonnant, c’est la forêt qui cache l’arbre ! Le narrateur nous inonde d’anecdotes, de détails comme pour occulter  le sujet réel à sa voir son père, et sa disparition. Comment a-t-il disparu ? Où peut-il être ? C’est une quête.

Le narrateur joue avec les mots. Il emploi des formules alambiquées comme on en trouve dans les livres techniques, comme savent utiliser les spécialistes universitaires. Cela donne un côté drôle car c’est presque caricatural. Plus Charles Yu est sérieux plus cela me faisait sourire. Ainsi que dans sa façon de raconter sa vie, son métier.

En ce qui concerne le langage, il y a des chapitres consacrés à ce soit disant « guide de survie pour le voyageur dans le temps amateur » là on a un autre style. Ces différents types d’écritures donnent une autre dimension à la narration.

Il y a au milieu de toutes les digressions du narrateur des théorèmes, des théories et autres formules mathématiques auxquelles je n’ai pas compris grand-chose, mais pour moi ce n’est pas un problème car j’y vois autre chose. Ce côté  trop scientifique m’a aussi fait sourire, tout en m’émouvant car cela ressemblait à une protection, un rempart pour ne pas se laisser envahir par les émotions.

Le personnage est touchant dans cette solitude qu’il s’impose. Il y a un coté « barré » complètement à l’ouest et en même temps on sent qu’il gère sa vie en toute conscience.

Ses conseils très avisés sur ce qui touche aux machines à voyager dans le temps révèlent que les gens se bercent d’illusions et croient pouvoir modifier leur vie. Et lui il est là à répéter vous ne pouvez pas changer le passé !

Je ne connais pas grand-chose à tout ce qui concerne les théories sur le temps et tout l’aspect technique mais j’ai adoré « l’écouter » parler de tout cela. Les références littéraires, culturelles je n’ai dû voir que les plus évidentes. Par moment, j’ai repéré des phrases mais je ne saurais affirmer que c’était des citations plus ou moins paraphrasées, ce qui permet au lecteur de rester en éveil.

Les anecdotes concernant ses dépannages sont parfois savoureuses. Je pense notamment à celle avec Skywalker L., pas Luke non juste Linux son fils !

L’univers de Georges Lucas est très présent, cela plante le décor car c’est très connu.

Le côté geek, no life fait évidemment parti de cette histoire. Le narrateur a un côté inadapté social qu’il assume, comme son amitié avec son IA (fantasme). Il a des réflexions sur les gens et la société assez caustiques.

Ce que nous racontent les différents « mêmes personnages » devient tendre, touchant, dérangeant et bouleversant, en un mot humain.

J’ai beaucoup aimé les réflexions sur « toutes les réponses sont en nous ». Il se pose beaucoup de questions sur le passé, le futur, sur les possibles, questionnements que l’on peut avoir en dehors de cette expérience assez particulière. Ne sommes nous parfois bloqués nous aussi dans une boucle temporelle fictive ? C’est aussi un roman sur les choix et le libre arbitre, pas besoin dans les extrêmes où il se trouve pour se poser ses questions. Il faut aussi savoir accepter les choix des autres. C’est ce qui est intéressant dans ce roman on a l’impression d’être dans un délire futuriste et en fait il parle de nous, du moins c’est ainsi que j’ai ressenti ce récit à plusieurs niveaux.

Je remercie les Éditions Aux Forges de Vulcain pour leur confiance malgré mes décalages.

vulcain

L’auteur vient de faire paraître aux Éditions Aux Forges de Vulcain un recueil de nouvelles : « Super-Héros de troisième division » qui bien sûr est dans ma Wish list !

super-héros de troisième division

 4e de couv :

Dans ce recueil de nouvelles, Charles Yu, romancier reconnu, auteur de la série TV WestWorld, montre comment, en passant par des lieux communs de la culture geek, reposer des questions qui hantent l’Amérique : l’obligation de réussir, le sentiment d échec, l’incapacité à dire ce que l’on ressent, le miroir aux alouettes du capitalisme, la difficulté d’être mère. Empruntant à la fois à Kafka, pour cette impression d’étrange familiarité, et à la culture populaire, Charles Yu s’est imposé avec ce recueil, comme un des plus importants nouvellistes contemporain, publié par le New Yorker.

NB : « Guide de survie pour le voyageur dans le temps amateur » existe en Folio

Article précédemment publié sur Canalblog

2 réflexions au sujet de « Guide de survie pour le voyageur dans le temps amateur »

  1. Ping : Le jardin des bonheurs égarés | L'Atelier de Ramettes 2.1

  2. Ping : Super-héros de troisième division | L'Atelier de Ramettes 2.1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s