La Bibliothèque des cœurs cabossés

Katarina Bivald

Trad : Carine Bruy

Éditions Denoël, 15 janv. 2015, 485 p., 21,90€

Mes lectures Éditions Denoël

« FIN HEUREUSES ET AUTRES MONDES POSSIBLES »

P.446

4 e de couv :

Tout commence par les lettres que s’envoient deux femmes très différentes : Sara Lindqvist, vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, vivant à Haninge en Suède, et Amy Harris, soixante-cinq ans, vieille dame cultivée et solitaire, de Broken Wheel, dans l’Iowa. Après deux ans d’échanges et de conseils à la fois sur la littérature et sur la vie, Sara décide de rendre visite à Amy. Mais, quand elle arrive là-bas, elle apprend avec stupeur qu’Amy est morte. Elle se retrouve seule et perdue dans cette étrange petite ville américaine.
Pour la première fois de sa vie, Sara se fait de vrais amis – et pas uniquement les personnages de ses romans préférés –, qui l’aident à monter une librairie avec tous les livres qu’Amy affectionnait tant. Ce sera pour Sara, et pour les habitants attachants et loufoques de Broken Wheel, une véritable renaissance.
Et lorsque son visa de trois mois expire, ses nouveaux amis ont une idée géniale et complètement folle pour la faire rester à Broken Wheel…

Ma chronique

Ce qui m’a attiré en premier lieu ce fut le titre, puis la quatrième de couverture puis la couverture. Ça allait parler de choses qui me concernent et qui m’intéressent : les livres et la famille que l’on se crée en dehors des liens de sang.

C’est un roman qui parle de livre sans prétention, mais avec sensibilité. La plupart des titres cités sont des titres très connus afin que cela touche le plus de lecteurs de plus. Ce qui m’a manqué c’est une citation en début de chapitre, je trouve que cela aurait donné un petit plus. J’ai repéré au moins quatre-vingt titres. j’ai beaucoup aimé l’idée des petites pantacartes avec des catégories bien à elle.

Les personnages sont « authentiques » rien de sophistiqués. Katarina Bilvald a choisi comme cadre une petite bourgade des États-unis touchée par la crise comme le reste du pays mais qui a gardé sa taille humaine, une certaine entraide tacite unis certains habitants.

Son personnage principal n’est pas un être solaire, c’est plus une petite bougie qui brille dans la nuit. Elle attire à elle des êtres qui se dévoile dans la pénombre. On a l’impression que chacun lit à livre ouvert dans les pensées de l’autre mais non, chaque personnage ne laisse voir qu’un part de lui-même et les autres interprètent. Sara en tant qu’étrangère n’est pas au fait de tout ce qui s’est passé, on doit tout lui expliquer : les us et coutumes, les histoires familiales. Elle ne juge pas alors les gens se livrent sans détour. Ce que les autres ne savent pas c’est qu’elle a la version bienveillante de Amy qui pendant deux ans lui a parlé de sa petite communauté. Les lettres de l’absente viennent ponctuer les événements que vit Sara, c’est un petit plus qui dynamise l’histoire.

Le nom de la ville est déjà tout un programme « broken wheel » sauf erreur de ma part c’est « la roue cassée » vous imaginez une ville qui n’a lieu d’être que parce qu’un chariot c’est peut être cassé une roue au moment de la conquête ? Bon la j’extrapole puisqu’il n’en ai pas question dans le roman. Mais ça pourrait être une possibilité et si les gens générations après génération ne pouvaient partir parce qu’il y avait quelque chose de cassé en eux !

On retrouve les lieux communs de ses petites villes puritaine avec des personnages assez typiques : celui qui a chuté dans l’alcoolisme divorcé et au chômage, la fille-mère courageuse, la grenouille de bénitier et le pasteur, la mère de famille- femme au foyer, la « serveuse », le couple homo, les petites vieilles filles, le Black, le beau gosse… petit à petit elle va nous les rendre attachants…

Ce qui m’a plu c’est l’idée de chaque livre a son lecteur et chaque lecteur peut trouver son livre. J’ai parfois souris aux choix de Sara pour les habitants, surtout pour Gertrude et le pasteur.

Il y a des scènes cocasses surtout avec l’ouverture vers les autres villes de l’État et les révélations au sein de la communauté.

On retrouve aussi les codes de la comédie romantique : tout les séparaient, elle aime lire, il aime les grands espaces, il est beau et elle est commune, il est américain elle est suédoise et elle n’a qu’un visa de tourisme de trois mois.

Ce roman est un « page turner » car on n’est pas au bout de nos surprises quand la petite ville va se réveiller grâce à l’aura de Sara !

Un livre qui joue avec tous les bons sentiments va plaire à un large public, il va passer de main en main.

Je remercie les éditions Denoël pour ce petit moment de bonheur.

Roman sur les petits moments de bonheur simples.

Roman qui fait du bien au moral.

Roman sur des humains qui veulent vivre ensemble.

Qui en parle ?

Pampoune

Delcyfaro

Nanet

Johanne

Léa

Les livres de Fabie

Pretty book

N’hésitez pas à laisser liens vers vos chroniques en commentaire.

Article précédemment publié sur Canalblog

Une réflexion au sujet de « La Bibliothèque des cœurs cabossés »

  1. Ping : Le jour où Anita envoyer tout balader | L'Atelier de Ramettes 2.1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s