Ces lieux sont morts

Patrick Graham

Fleuve noir, mai 2014, 417 p., 20,90€

Partenariat Book en Stock / Fleuve noir

N’oubliez pas que vous pouvez poser des questions à l’auteur sur Book en Stock !

4 e de couv :

Personne ne voudrait se perdre dans les lieux morts de la conscience…

Le docteur Eric Searl du Good Samaritan Hospital de Los Angeles ne vit que pour les « endormis ». Ceux qu’un accident ou qu’une maladie a plongé dans un coma profond et qu’il faut accompagner vers le réveil… ou la mort. Searl serait un pur héros s’il s’occupait aussi des « éveillés », et en particulier de sa propre famille.
C’est bien pour cela que Rebecca, sa nouvelle compagne, le maudit lorsqu’il rate leur avion à la veille de Noël et qu’elle se retrouve à conduire les trois enfants de Searl dans le chalet familial. Un lieu totalement isolé en plein coeur des Rocheuses. Malgré une tempête de neige épouvantable, Rebecca arrive tant bien que mal à bon port.
Sa seule erreur de parcours aura été de vouloir sauver un jeune auto-stoppeur du froid. Un auto-stoppeur bègue qui lui a menti sur sa destination. Lorsque Searl prend la peine d’appeler Rebecca, ce qu’il entend à l’autre bout du fil, ce sont des portes qui claquent, les hurlements de siens, et L’Enlèvement au Sérail. Puis cette voix, glaçante : « Àààà votre plaaace, je deviendrais complètement fffou, doc. » La voix de celui qui a agressé sa famille et enlevé sa petite fille. Pour Searl, le compte à rebours a commencé…

Anecdote :

Voilà un auteur que je veux lire depuis la sortie de son premier thriller. Et je n’ai même pas l’excuse de ne pas avoir le roman dans ma bibliothèque !!!  Le pire c’est qu’il y a longtemps j’ai acheté « L’Apocalypse selon Marie » à cause du titre (mon petit nom étant Rose Marie ! certains m’appellent Marie !)

Lorsque Dup et Phooka  ont lancé « le mois de.. » je me suis dis que j’allais enfin lire ses titres… puis j’ai gagné le partenariat du dernier paru… A votre avis qu’est-il arrivé ? j’ai lu le dernier reçu et les autres me regardent d’un drôle d’air ! (oui les livres me regardent !)

Arriva le moment d’écrire ma chronique et là, le super blocage… Et pourtant j’ai aimé le roman et j’ai envie de lire la suite… mais la feuille blanche !!! Le problème vient en partie du fait que dans les thrillers on a tendance à dévoiler les rouages alors cela freine !

Ma chronique :

J’ai été surprise et déçue en lisant ce roman de voir certaines pistes qui n’aboutissaient à rien… Grâce à l’interview sur Book en Stock, j’ai la réponse…  Il y a une suite de prévue !!!

Le Titre n’augure rien de très réjouissant il est expliqué au cours de la narration, je ne connaissais pas cette particularité… De quoi parle t-elle ? A vous de découvrir !

Le premier chapitre nous laisse entrevoir des choses très obscures… Puis ensuite on part sur une autre piste… On a l’impression d’un miroir brisé où chaque morceau reflète une image.

Nous avons d’une part un neurologue/psy qui se débat avec ses démons intérieurs. Un deuil qu’il n’arrive pas à faire, une partie de sa mémoire enfouie, refoulée…

D’autre part sa compagne une psy aussi confrontée à l’absence de son conjoint qui a démissionné de son rôle de père. Elle doit se débattre avec des ados qui la méprisent.

Entre ses deux êtres vont apparaître un tueur en série et une de ses victimes rescapée.

Mais il reste des questions : quel est ce centre de détention de jeunes délinquants ? Quel rôle les deux psy jouent dans cette affaire ?

L’absence de mémoire et de passé de Eric Searl ainsi que les liens de Rebecca qui ne me semblent pas très sains m’ont intriguée.

Le personnage du shérif et son rôle m’ont plu.

Le choix des liens avec une tribu indienne n’est pas anodin, mais il y a quelque chose qui m’a échappé …

L’Amérique est le pays qui se prête le mieux aux dérives médicales et spirituelles, sectaires.

Ce que j’ai aimé dans cette aventure ce sont les décors autour d’une autre Amérique, le côté road movie.

Le thème de la mémoire avec la place de la médecine qui évolue vers des expérimentations de plus en plus poussées, ainsi que le coma sont des sujets qui intéressent beaucoup d’écrivains. Cet état mental laisse libre court à de nombreuses interprétations. Entre veille et mort, puis une part obscure.

Alors que le côté olfactif est mis en avant, c’est le côté visuel qui prend le dessus. Lors de ma lecture j’ai eu l’impression de références cinématographiques.

Le roman se termine sur un rebondissement que j’avais entrevu mais qui fait grincer les dents.

Maintenant j’ai hâte de voir se que Patrick  Graham nous a concocté pour la suite…

Et je n’écouterai plus Mozart de la même façon !

Je remercie les Éditions Fleuve et Book en Stock

100 livres 2014

 86/100

NB

Article précédemment publié sur Canalblog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s