Le jour de l’effondrement

Michèle Astrud

Aux Forges de Vulcain, Août 2014, 184 p., 15 €

Mes lectures chez Aux Forges de Vulcain

4 e de couv :

« Là où il est tombé, s’est creusé un gouffre. Un trou d’eau noire qui absorbe toute la lumière. Le centre de ma mémoire. Les eaux bouillonnent, saccagent les berges sablonneuses. Demain, je reviendrai, je plongerai là, exactement. Demain… quand il fera jour. »
Un jeune homme revient chez lui, au bord du fleuve où, cinq ans plus tôt, il a tué son meilleur ami. Fasciné, il redécouvre la ville de son enfance, étrangère et familière, et se remémore cette amitié tourmentée jusqu’à l’événement fatal.
Récit entre ombre et lumière, roman intense et fervent où la nature reflète les passions, Le Jour de l’effondrement emporte son lecteur jusqu’à la résolution – et l’apaisement.

Chronique :

Je remercie les Éditions Aux Forges de Vulcain de m’avoir permis de lire en avant première les deux romans de la rentrée.

C’est avec plaisir que je découvre le nouveau design des couvertures des éditions Aux Forges de Vulcain. Cette rentrée littéraire s’annonce prometteuse avec ces couvertures très colorées et ce V de Vulcain qui vient barrer la couverture en diagonale qui attire l’attention. Pour nous immerger dans ce roman le graphiste Geoffrey Dorne a joué avec des dégradés de vert et des formes qui rappellent les herbes aquatiques du fleuve qui est omniprésent dans ce roman de Michèle Astrud (1).

Chaque lecteur a un prisme qui lui fait entrevoir un aspect d’une œuvre littéraire. C’est certainement cela qui a m’a rendu ce texte si émouvant. J’y ai vu la prédominance de l’eau qui ne pouvait que ma captiver car je suis très sensible aux thèmes des quatre éléments.

Un fleuve, des noyades, des baignades, des régates, la piscine, l’alcool etc. tout rappelle l’élément liquide.

Cela induit une horizontalité dans le paysage la surface du fleuve est plutôt plate. Des parallélismes se font jour entre l’autoroute avec la circulation automobile et le fleuve avec les avirons. Le parking et les berges du fleuve. La verticalité est représentée par les tours et les piliers du pont. Les tours qui doivent être détruites (présent) et les piliers qui plongent dans le fleuve et peuvent détruire (passé et présent).

La tour est vide comme un squelette sans âme, elle  fait écho à l’absent dont l’âme semble encore présente. La tour est comparée à une stèle et le narrateur est hanté par le passé. Parler de son ami c’est parler des enfants qu’ils étaient  alors le narrateur se replonge dans les souvenirs de son enfance qui l’on conduit vers son alter ego.

Le narrateur a une vingtaine d’année. Il a fuit pour vivre mais il a juste survécu. Il se retrouve plongé dans ce passé qui l’a conduit à commettre un acte irréparable.

Les derniers chapitres semblent plus chaotiques comme le combat intérieur auquel se livre le narrateur. Les émotions refont surface au cours de la narration pour atteindre l’apogée sur les derniers instants. Il est venu avec inconsciemment l’envie de tout mettre à jour pour se libérer mais il réalise que les principaux protagonistes ne veulent pas en entendre parler soit parce qu’ils sont dans le déni soit parce qu’ils ont pardonné. Va-t-il sombrer ou va-t-il trouver la rédemption dans les remous du fleuve. Le narrateur a fuit sa ville natale et le fleuve pour aller vers l’océan qui ne lui a pas permis l’apaisement de sa conscience.

A la fin de ce roman je suis incapable de dire si les deux garçons ont un nom, comme s’ils formaient un tout… Seule Sonia a un prénom qui revient à de nombreuses reprises est mis en évidence. Sonia qui signifie la sagesse.

Voyage immobile dans le passé qui forme un contraste avec le fleuve qui coule.

Cet adolescent dans l’eau m’a fait penser à Ophélie par sa jeunesse et sa folie.

Mais le fleuve peut faire penser à la purification et à la rédemption, miroir de Narcisse on attend le moment où le narrateur va rejoindre son frère spirituel.

Michèle Astrud dans ce roman s’intéresse à certains aspects de l’adolescence. (2)

Le mal être de la jeunesse qui ne se reconnaît pas dans les valeurs de la famille et de la société. D’autre part, il y l’amitié à la vie à la mort, avec l’identification à l’autre, recherche de son identité sexuelle, pulsions qui peuvent engendrer une certaine violence surtout associé à l’abus d’alcool. L’alcool dans lequel ils cherchent à anesthésier leur malaise où atteindre un état second et dépasser les limites, pertes des inhibitions, aller plus loin dans tous les sens du terme. L’absence du grand frère et l’attente que cela engendre crée une ambiance d’angoisse.

Le fleuve qui coule et le temps qui passe avec des tourbillons, la pluie qui arrive avec l’orage, tourmente ou apaisement lorsque le calme revient

 *****

(1) «Les filaments des laminaires s’écoulent entre mes doigts écartés, s’enroulent autour de mes hanches.

Mon vert paradis est là, il m’entoure, enfin proche. » p.175

« Sous les frondaisons, l’eau verte du fleuve a la netteté d’un miroir poli, cuivré. » p. 157

(2) Ces éléments m’ont rappelé d’autres lectures chez Aux Forges de Vulcain :

« et je me suis caché » Geoffrey Lachassagne

« Les majorettes, elles, savent parler d’amour » François Szabowski

Les œuvres de William Morris que j’ai lu aussi  ont pour héros des jeunes gens.

Les éditions Aux Forges de Vulcain ont aussi publié « Le grand Meaulnes » d’Alain-Fournier, « Dictionnaire Pittoresque  du collège»  et « L’histoire de ma vie » Henry de Darger » (enfance et adolescence).  « Le grand Meaulnes »  (les premiers émois et drames de l’adolescence) mais je ne m’attendrais pas sur toutes leurs publications que je n’ai pas lu… je vous laisse découvrir leur catalogue !

1%rentrée2014

1

100 livres 2014

75/100

Article précédemment publié sur Canalblog

2 réflexions au sujet de « Le jour de l’effondrement »

  1. Ping : Chevrolet Impala | L'Atelier de Ramettes 2.1

  2. Ping : Aux Forges de Vulcain | L'Atelier de Ramettes 2.1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s