Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom.

Barbara Constantine

Le livre de poche, 2010, 215 p.

Lu dans le cadre du club de lecture d’auf 

4 e  de couv :

Tom a onze ans. Il vit dans un vieux mobil-home déglingué avec Joss, sa mère (plutôt jeune : elle l’a eu à treize ans et demi). Comme Joss aime beaucoup sortir tard le soir, tomber amoureuse et partir en week-end avec ses copains, Tom se retrouve souvent tout seul. Et il doit se débrouiller. Pour manger, il va dans les potagers de ses voisins, pique leurs carottes, leurs pommes de terre… Mais comme il a très peur de se faire prendre et d’être envoyé à la Ddass (c’est Joss qui lui a dit que ça pouvait arriver et qu’elle ne pourrait rien faire pour le récupérer), il fait très attention, efface soigneusement les traces de son passage, replante derrière lui, brouille les pistes. Un soir, en cherchant un nouveau jardin où faire ses courses, il tombe sur Madeleine (quatre-vingt-treize ans), couchée par terre au milieu de ses choux, en train de pleurer, toute seule, sans pouvoir se relever. Elle serait certainement morte, la pauvre vieille, si le petit Tom (petit homme) n’était pas passé par là…

Mon billet :

Un village, un vélo, une mob et en route pour l’aventure quotidienne.

Voici un roman sur l’intelligence du cœur.

Des sujets graves traités avec délicatesse : la vieillesse, la solitude, les grossesses précoce…

Les personnages s’accordent une deuxième chance pour accéder au bonheur.

Joss qui a tout lâché adolescente car elle est tombé enceinte à 13 ans, décide de prendre sa vie en main et ne plus être une victime.

Samy jeune homme qui sort de prison et qui veut aussi pendre sa vie ne main et ne plus faire de mal.

Madeleine, 93 ans, qui sort de sa solitude.

Archibald et Odette jeunes retraités qui essaient de se reconstruire une nouvelle vie.

Et leur point commun, c’est Tom, un gentil petit gamin qui a encore l’innocence de croire en l’avenir, même s’il a dû grandir plus vite.

Une galerie de portraits de gens ordinaire, comme nous.

On sent beaucoup de tendresse dans la création de ces êtres de fiction. Dans ce roman on a une recherche de liens humains vrais et réciproques, pas  besoin d’internet et de réseaux sociaux, une bonne dose d’humour. Momo le braconnier et sa femme Marie Rose la sorcière sont des personnages en arrière plan assez loufoques. Il y a d’autres personnages Raymond, Mine, Josette, Clara qu’on a l’impression qu’ils font partie de l’univers de l’auteur. On a un clin d’œil à « A Mélie, sans mélo »  et peut-être à « Allumé le chat » (je ne l’ai pas lu mais une intuition m’y fait penser).

On retrouve les chiens et les chats qui sont les meilleurs amis de l’homme.

En conclusion : le monde est petit, les gens qui doivent se rencontrer se rencontrent et aucun secret ne le reste à jamais.

A lire si on aime les livres positifs, que certains trouverons naïfs mais qui parlent de la recherche des bonheurs simples.

J’ai beaucoup aimé, même si « A Mélie, sans mélo » reste mon chouchou.

NB : fini de lire le 23 août 2012.

Article précédemment publié sur Canalblog

3 réflexions au sujet de « Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom. »

  1. Ping : A Mélie, sans mélo. | L'Atelier de Ramettes 2.1

  2. Ping : Allumer le chat | L'Atelier de Ramettes 2.1

  3. Ping : Au petit bonheur la chance | L'Atelier de Ramettes 2.1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s