CANDIDE

Voltaire

Le livre de poche, 1759, 128 p. (dans ma version)

4e de couv. :
Candide nous conte les mésaventures d’un voyageur philosophe qui affronte les horreurs de la guerre et les sanglants caprices de la Nature ; qui connaît les désillusions de l’amour et découvre les turpitudes de ses semblables, faisant à l’occasion l’expérience de leurs dangereuses fantaisies. Pourtant si l’homme est un bien méchant animal et si l’existence n’est qu’une cascade de catastrophes, est-ce une raison pour que le héros perde sa sérénité et le récit son allégresse ? Sous la forme d’une ironique fiction, Candide propose une réflexion souriante sur l’omniprésence de la déraison qui puise sa force aux sources vives d’une expérience humaine, celle de l’auteur. Candide, on l’a dit, ce sont les « Confessions » de Voltaire, et c’est en cela qu’il nous émeut.
Mais ce « roman d’apprentissage » est aussi – et peut-être surtout – un festival merveilleusement ordonné de drôlerie et de fantaisie sarcastique, ruisselant d’un immense savoir maîtrisé qui ne dédaigne jamais de porter le rire jusqu’au sublime. C’est en cela qu’il nous éblouit et qu’il nous charme.

Mes impressions de lecture :

Conte philosophique. J’avais lu « Zadig » et j’avais apprécié au lycée.

Que dire d’une œuvre classique aussi étudiée???

Elle se lit facilement si on ne cherche pas à approfondir tous les sujets abordés.

Voltaire égratigne les autres philosophes, l’église, les femmes, les nobles …

J’ai adoré les pages sur Paris… il y est pas tendre.

Candide est un jeune westphalien qui aime Cunégonde et suit les préceptes de la philosophie de Pangloss… Rejeté de son paradis il va découvrir le vaste monde…

Les visions du monde selon Voltaire sont très intéressantes… Candide va trouver sur son chemins des gens plus en phase avec la réalité et parfois il sera grugé… Il va faire un long voyage avant de se fixer.

Parler de chaque épisodes dévoilerait les aventures… des disparus qui croisent le brave Candide dans des lieux insolites. On se retrouvent avec des invraisemblances qui font aussi le charme du conte.

J’ai passé un excellent moment. Mais en feuilletant un livre scolaire je ne me sent pas d’écrire une disserte sur les sujets abordés… je ne me vois pas repasser le bac de français.

Bonne lecture !

Ps: Une lacune de comblée et un livre de mon challenge 2010 de lu !


Article précédemment publié sur Canalblog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s